Navigation – Plan du site
I

Philosophie – Morale – Sociologie – Esthétique

Polybiblion, revue bibliographique universelle (Paris, novembre 1912)
Louis Maisonneuve

Note de la rédaction

Source primaire :
Maisonneuve (Louis), « Philosophie - Morale - Sociologie - Esthétique. 15. Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Le Système totémique en Australie, par Émile Durkheim, Paris, Alcan, 1912, in-8 de 647 p. avec carte, 10 F. », Polybiblion, revue bibliographique universelle (Paris), 125 (25), novembre 1912, p. 393-394

Source(s) numérique(s) identifiée(s) :
http://archive.org/stream/polybiblionrevue124sociuoft#page/393/mode/1up

Texte intégral

115. — Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Le Système totémique en Australie, par M. E. Durkheim : c’est par l’analyse de la religion, la plus simple qui soit, que l’on arrive à déterminer les formes élémentaires de la vie religieuse et, indirectement, la genèse des formes fondamentales de la pensée. La religion n’est pas essentiellement le surnaturel ni la relation de la créature avec Dieu, mais la détermination des choses sacrées. L’animisme et le naturisme ne fournissent pas les motifs de cette distinction. Le phénomène religieux fondamental est le totémisme, solidaire d’une organisation sociale et pour lequel l’Australie est un terrain d’études très favorable. Il faut rechercher et analyser les croyances et les rites de ce culte primitif dont l’origine est la conviction collective de l’origine mythique de tel ou tel clan, et qui détermine les notions des forces physiques et morales que la tribu vénère. Pratiques ascétiques, prières et sacrifices s’expliquent comme une dérivation et une transformation des idées et des sentiments propres à la tribu. C’est le groupe social qui situe et classe tous les êtres dans des cadres construits selon les lois plus ou moins complexes d’une mentalité collective donnée : « Au fond, concept de totalité, concept de société, concept de divinité ne sont vraisemblablement que des aspects différents d’une seule et même notion. »[1] — Des faits patiemment recueillis, une érudition assez spéciale mais réelle, des considérations contestables et des interprétations inspirées par des idées préconçues, des conclusions fausses qui ne se déduisent pas des prémisses, une sorte de fidéisme sociologique et matérialiste, un froid mépris, traduit en expressions qui semblent correctes et respectueuses, de toute religion qui unit et soumet les hommes à Dieu, tel est ce livre, plus dangereux qu’une œuvre de combat et très propre à fausser les esprits peu réfléchis ou mal préparés.

Haut de page

Notes

1 [« Conclusion », Durkheim 1912, p. 630-631]

Haut de page

Table des illustrations

URL http://assr.revues.org/docannexe/image/24477/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maisonneuve Louis, « Philosophie - Morale - Sociologie - Esthétique », Polybiblion, revue bibliographique universelle (Paris), 125 (25), novembre 1912, p. 393-394

Référence électronique

Louis Maisonneuve, « Philosophie – Morale – Sociologie – Esthétique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], La première réception des Formes (1912-1917) (S. Baciocchi, F. Théron, eds.), I, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/24477

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org