Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
110-67

HOUÉE (Paul), Louis Joseph Lebret. Un éveilleur d’humanité

Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, 219 p. (coll. « Mémoires d’hommes, mémoires de foi »)
Michael Löwy
p. 118-119
Référence(s) :

HOUÉE (Paul), Louis Joseph Lebret. Un éveilleur d’humanité,Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, 219 p. (coll. « Mémoires d’hommes, mémoires de foi »)

Texte intégral

1Cette biographie de Lebret retrace les principaux moments de la vie, de l’œuvre et de l’action de l’inspirateur du mouvement « Économie et Humanisme ». Comme la plupart des biographes de ce personnage hors pair, l’auteur part lui aussi des analyses d’Émile Poulat sur l’intransigeantisme catholique pour comprendre sa démarche. Si cette orientation a conduit l’animateur du mouvement de Saint Malo (action catholique maritime) vers le corporatisme et ensuite, vers le soutien à Pétain – l’A. cite une lettre au Maréchal de 1943 qui est assez parlante – il va aussi, dans un mouvement parallèle et contradictoire, l’attirer vers Marx, qu’il commence à étudier sérieusement dès 1938. Dans un témoignage de 1945, Lebret raconte que le premier nom qu’il avait voulu donner à ce qui deviendra en 1942 « Économie et Humanisme » était « Centre International d’Études sur le Marxisme » ! Cet intérêt – critique – pour le marxisme va marquer l’itinéraire intellectuel et politique du penseur dominicain (et chercheur au CNRS), indépendamment de ses prises de position – ou absences de positions – politiques au cours des années.

2Cela explique sa sympathie initiale pour la démarche d’Henri Desroches, et son soutien à l’ouvrage de ce dernier, Signification du marxisme (1949). C’est moins autour de ce livre que de l’option de Desroches pour le christianisme progressiste (proche du PCF) que va se dérouler leur conflit, suite à la condamnation, par le Saint-Office, de toute collaboration entre chrétiens et communistes. Comme l’observe l’A., ce décret romain va élargir le fossé entre Desroches, qui refuse la rupture du dialogue avec les communistes et Lebret, qui plaide pour une application souple et prudente de la décision du Vatican. Ce sera donc, en mai 1950, la séparation entre les deux amis et collaborateurs.

3Par contre P.H. ne nous apprend rien sur le deuxième moment de tension grave dans « Économie et Humanisme » : l’affaire des prêtres-ouvriers. Cet événement, qui va ébranler toute la communauté dominicaine, et aussi Lebret – même s’il va, encore une fois, accepter de se plier à la discipline romaine – est pratiquement absent du livre.

4Les projets de développement de Lebret pour le Tiers-Monde et l’IRFED occupent une place importante dans cette esquisse biographique. Pour mieux documenter cette partie, l’A. a demandé à des collaborateurs d’Économie et Humanisme en Afrique (Roland Colin, ancien directeur de cabinet de Mamadou Dia, du Sénégal) et en Amérique latine (Francisco Whitaker Ferreira, du Brésil) de témoigner. Le texte de Whitaker, secrétaire de la Commission Justice et Paix de l’Église catholique brésilienne montre que l’influence spirituelle et socio-religieuse de Lebret sur la jeunesse universitaire catholique et sur certaines figures catholiques comme l’écrivain Alceu Amoroso Lima ou l’évêque D. Helder Câmara a été bien plus importante que celles des enquêtes socio-économiques conduites par un bureau d’études au nom impossible créé au Brésil en 1947 par Lebret – la « Société d’Analyses Graphiques et Mécanographiques Appliquées aux Complexes Sociaux », ou SAGMACS ! Celles-ci n’ont pas eu beaucoup de conséquences pratiques ; par contre, les écrits et les conférences de Lebret ont inspiré toute une génération de catholiques brésiliens qui va animer, au début des années soixante, un courant chrétien de gauche, précurseur de la théologie de la libération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « HOUÉE (Paul), Louis Joseph Lebret. Un éveilleur d’humanité », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 118-119.

Référence électronique

Michael Löwy, « HOUÉE (Paul), Louis Joseph Lebret. Un éveilleur d’humanité », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-67, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/20653

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org