Navigation – Plan du site

Présentation

Archives de sciences sociales des religions est une revue fondée sous l’égide du CNRS et créée en 1956, aujourd’hui publiée par les Éditions de l’EHESS. Les Archives se donnent pour objectif de promouvoir une perspective comparative, élargie à toutes les religions vivantes ou mortes, de favoriser une coopération de toutes les sciences sociales aux fins d’éclairer les facettes multiples du phénomène religieux et d’accueillir l’exposé des développements théoriques de la recherche. Elle publie alternativement des numéros thématiques ou de varia et des synthèses bibliographiques. Elle accueille – en français, en anglais, et en espagnol – des articles témoignant des recherches les plus avancées en ce domaine, en France et à l’étranger.  

Les numéros récents sur Cairn : http://www.cairn.info/revue-archives-de-sciences-sociales-des-religions.htm

La collection des Archives de sciences sociales des religions (1956-1999) : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/assr

Le texte intégral sur Revues.org de 2000 à j – 3 ans :  http://assr.revues.org/

Dernier numéro en ligne
167 | juillet-septembre 2014
Postérités Allemandes

Le premier dossier de ce numéro invite à un voyage sociologique outre-Rhin. La postérité des auteurs classiques y est abordée par une présentation originale de l’ascèse chez Georg Simmel et par les traductions inédites de deux textes, l’un de Niklas Luhmann sur la religion comme communication et l’autre de Thomas Luckmann sur les transcendances. Les développements contemporains portent notamment sur la spiritualité envisagée comme construction communicationnelle de la transcendance et sur l’attitude non-religieuse dans une perspective comparative entre ex-RDA et USA. Enfin, deux études macrosociologiques reprennent les questions des « modernités multiples » et de la sécularisation aujourd’hui.

Le second dossier revient sur l’œuvre historienne de François Laplanche récemment disparu. Cet éminent spécialiste de l’exégèse biblique sur longue durée a notamment fait connaître pour l’époque moderne la déconstruction historique des Écritures saintes par les théologiens calvinistes de Saumur au XVIIe siècle, les atermoiements de la « science catholique » au XIXe siècle et le renouvellement de cette même « science » après la « crise moderniste » au tournant du XXe siècle.

Le troisième dossier réunit enfin diverses réflexions autour de l’objet religieux dans les sciences sociales. Il comprend une relecture des Formes élémentaires de la vie religieuse (Durkheim) par Bruno Latour, un bilan par Albert Piette de son approche ethnographique de la religion en train de se faire, une critique de la notion de « modernité religieuse » par Lionel Obadia et en contre-point l’idée avancée par Véronique Altglas d’« exotisme religieux » pour mieux appréhender la logique sociale des croyances contemporaines.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org