Navigation – Plan du site

Présentation

Archives de sciences sociales des religions est une revue fondée sous l’égide du CNRS et créée en 1956, aujourd’hui publiée par les Éditions de l’EHESS. Les Archives se donnent pour objectif de promouvoir une perspective comparative, élargie à toutes les religions vivantes ou mortes, de favoriser une coopération de toutes les sciences sociales aux fins d’éclairer les facettes multiples du phénomène religieux et d’accueillir l’exposé des développements théoriques de la recherche. Elle publie alternativement des numéros thématiques ou de varia et des synthèses bibliographiques. Elle accueille – en français, en anglais, et en espagnol – des articles témoignant des recherches les plus avancées en ce domaine, en France et à l’étranger.  

Les numéros récents sur Cairn : http://www.cairn.info/revue-archives-de-sciences-sociales-des-religions.htm

La collection des Archives de sciences sociales des religions (1956-1999) : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/assr

Le texte intégral sur Revues.org de 2000 à j – 3 ans :  http://assr.revues.org/

Dernier numéro en ligne
166 | Avril-Juin 2014
Leszek Kołakowski

La réception et l’étude de l’œuvre du philosophe et historien polonais Leszek Kołakowski semblent aussi fragmentées que le destin propre de ce penseur. Actif en Pologne dès les années 1950 (ses premiers travaux portent sur Spinoza), auteur d’une vaste Histoire du Marxisme (1976) qui ne sera partiellement traduite en langue française qu’en 1987, et d’une fresque sur les dissidences chrétiennes au XVIIe siècle, Chrétiens sans Église, par laquelle il est d’abord et surtout connu, il quitte son pays après 1968 pour l’Europe occidentale et les États-Unis d’Amérique. Son travail s’oriente alors vers l’histoire du jansénisme et vers une exégèse de cette composante du discours catholique moderne.

Comment une pensée mûrie dans le dialogue conflictuel entre marxisme et catholicisme dans la Pologne d’après-guerre a-t-elle pu progressivement prendre pied dans un autre dialogue, celui des « jésuites modernistes » et des « jansénistes réactionnaires » (selon les termes de l’avant-propos de Dieu ne nous doit rien, en 1995) ? Comment comprendre cette étrange « involution » historique ? Mais comment prendre aussi la mesure, dans ces différents temps, d’un même archipel de dissidences – des marxismes hétérodoxes à Port-Royal des Champs ? L’œuvre de Kołakowski, trop mal connue encore en France, ouvre une perspective d’une acuité et d’une singularité rares sur l’histoire intellectuelle de l’Europe.

Le recueil de Varia enrichit plusieurs domaines d’élection de la Revue, dans une diversité des espaces, des temps et des approches qui est la clef de voûte des Archives : les politiques religieuses, la place du fait religieux dans les chaînes de transmission générationnelle et la pluralité des cultes dans le monde contemporain, le problème de la patrimonialisation des « biens » religieux, les rapports de l’Église et de la médecine dans le dernier XIXe siècle ; il ouvre enfin le chapitre du retour sur le Concile Vatican II par la question spéciale du réaménagement des lieux de culte catholiques.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org