Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-95

Adalbert de Vogüe, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’antiquité. 1re partie, tome VIII, Le monachisme latin. De la fin de la « Vie des Pères du Jura » aux œuvres de Césaire d’Arles (500-542)

Paris, Éditions du Cerf, coll. « Patrimoines, christianisme », 2003, 414 p.
Jean Séguy
p. 97-251

Texte intégral

1Avec ce tome VIII, l’érudit Adalbert de Vogüé, bénédictin et ermite de la Pierre-qui-Vire, aborde les débuts du vie siècle de son histoire du mouvement monastique. Il note judicieusement, en avant-propos, qu’« en cette première moitié du vie siècle – entre Augustin et Benoît, en gros – les œuvres monastiques latines se multiplient ». Le christianisme et le monachisme latin se répandent en effet et s’institutionnalisent à cette époque en Europe du Sud. Aussi bien, la littérature qui les concerne est, alors et à la fois, reprise, commentaire et extension de la production précédente en la matière, illustrée par des interventions remarquées – au siècle précédent – de Jérôme, d’Augustin et de tels conciles locaux ou régionaux. Mais cette littérature est aussi – et il faut le souligner – création, jusqu’au niveau du vocabulaire. Les paragraphes consacrés à la recherche – par les auteurs monastiques de l’époque – d’un vocabulaire latin convenable pour traduire l’askèsis grecque et ce qui s’y rapporte (cf. pp. 237-240) ne manquent pas d’intérêt. L’auteur note, à ce propos, qu’on peut y constater une influence de Platon autant que celle des Écritures (p. 249). Impression qu’on dira « à vérifier » ou « à nuancer », pour ne pas manquer aux traditions.

2Les textes d’auteurs ascétiques (des Vies des Pères du Jura aux Règles du Maître), dont le P. de Voguë traite et qu’il commente ici, traduisent, selon lui, les évolutions du monachisme sud-européen lui-même : monachisme qui « se réclame des modèles orientaux tout en s’en détachant ». La façon précise dont sont traités les textes retenus – issus de plumes connues, monastiques ou/et épiscopales – permet en tout cas de saisir, parfois jusqu’au détail infime, la vie concrète des moines et des moniales de cette époque dite « lointaine ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Séguy, « Adalbert de Vogüe, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’antiquité. 1re partie, tome VIII, Le monachisme latin. De la fin de la « Vie des Pères du Jura » aux œuvres de Césaire d’Arles (500-542) », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Jean Séguy, « Adalbert de Vogüe, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’antiquité. 1re partie, tome VIII, Le monachisme latin. De la fin de la « Vie des Pères du Jura » aux œuvres de Césaire d’Arles (500-542) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-95, mis en ligne le 17 septembre 2007, consulté le 24 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/7462

Haut de page

Auteur

Jean Séguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org