Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-80

Omid Safi, The Politics of Knowledge in Premodern Islam : Negotiating Ideology and Religious Inquiry

Chapel Hill, The University of North Carolina Press, coll. « Islamic Civilization and Muslim Networks » 4, 2006, liii + 292 p.
Adel Sidarus
p. 97-251

Texte intégral

1Nous avons affaire à une histoire intégrée, à la fois politique, institutionnelle, intellectuelle et religieuse du Moyen-Orient au moment où l’Islam – religion et civilisation – prend ses traits essentiels, à savoir l’époque des sultans turc-seljoukides (ve-vie/xie-xiie siècles [Nous signalons en premier lieu l’ère ou la date de l’hégire, suivie de l’ère ou la date chrétienne]. Même si l’espace en jeu ne constitue qu’une portion de l’ensemble des territoires sous domination islamique, il s’agit bien du noyau central, du cœur et du cerveau de l’aire musulmane, qui ne cessera pas de rayonner sur l’ensemble.

2L’auteur, d’origine iranienne, est professeur d’études islamiques à l’université Colgate, Hamilton, NY, et co-président du comité directeur pour l’étude de l’islam à l’Académie américaine de religion. Rappelons qu’il est l’éditeur de l’important ouvrage collectif, Progressive Islam: On Justice, Gender, and Pluralism.

3Contrairement aux histoires jusqu’ici existantes, l’auteur articule savamment les divers aspects civilisationnels mentionnés plus haut, et cela à partir des sources non seulement arabes, mais aussi persanes et turques, jusqu’ici négligées. De plus, il ne se limite pas aux écrits historiques de l’époque, toujours suspects de partialité et d’idéologie ; il analyse et interprète de même les textes à caractère politique et les hagiographies de soufis. Il arrive ainsi à dégager les relations complexes entre le pouvoir, d’un côté, et les oulémas et soufis, de l’autre, au-delà des idées établies. On devine l’intérêt potentiel de cette reconstruction de O. Safi pour l’analyse de la tragédie qui secoue les sociétés musulmanes de nos jours.

4À part la longue introduction programmatique, accompagnée de tableaux et de synopses, et la conclusion suivie des notes, de la bibliographie et d’un index détaillé, l’ouvrage se divise en six chapitres. Le premier, intitulé « Deconstructing the Great Saljuq Myth », dresse l’arrière-plan social et politique de l’Iran-Mésopotamie sur lequel se formuleront progressivement les prétentions idéologiques du sultanat seljoukide. Car l’auteur rappelle qu’à l’origine il s’agissait tout simplement d’une confédération de tribus nomades des steppes de l’Asie centrale envahissant un espace hautement civilisé (cf. le cas des peuples germains et de l’Empire romain ou, plus idoine, celui des Mongols et de l’Empire du Milieu...).

5Les deux chapitres suivants examinent la trajectoire et l’action de Nizam al-Mulk (m. 456/1064), figure qui est considérée, à juste titre, comme l’architecte et la personnification du régime seljoukide, avec ses institutions intellectuelles et religieuses « conditionnantes » (madrasa-s et khanaqa-s ; promotion de l’école chafi‘ite-ach‘arite) et socio-économiques (système de l’iqta‘), ainsi que les appareils d’État coercitifs (intelligence et fiscalisation). On notera l’Appendice sur la descendance du grand vizir dans l’administration seljoukide.

6Au chapitre 4, la pensée politique du grand al-Ghazali (l’Algazel des Latins, m. 505/1111) est analysée historiquement, laissant dégager une évolution graduelle au fur et à mesure que le pouvoir turc s’impose et se renforce. Après avoir soutenu la prééminence absolue du califat, notre philosophe est amené à élaborer et justifier, dans des termes qui rappellent un peu la problématique chrétienne occidentale de la division des pouvoirs spirituel et temporel, le sultanat comme bras civil et militaire du califat.

7Alors qu’au chapitre 5 « Bargaining with Baraka », l’auteur étudie les modalités de compromis et de négociation du pouvoir avec les soufis (Ahmad-i Jam, Abu Sa‘id-i Abi l-Khayr...), grâce à la dévotion et au patronage des politiciens, le long chapitre 6 traite de l’opposition conséquente du maître soufi ‘Ayn al-Qudat Hamadani, mis à mort en 525/1131. O. Safi, qui a délivré un résumé de sa recherche sur ce personnage pour la troisième édition de l’Encyclopédie de l’Islam, insiste sur sa critique sociale et politique à l’encontre de ceux qui veulent y voir un simple martyr mystique « à la Mansur al-Hallaj ».

8Incontestablement, l’ouvrage de O. Safi marquera une étape importante dans l’historiographie moderne du monde musulman. Il faudra toutefois le compléter en y intégrant la dynamique socioéconomique pour rendre vraiment compte de ce relais majeur de la civilisation islamique. Par ailleurs, nous observerons que c’est à cette époque que fusionnent les cultures arabe, persane et turque, donnant à l’Islam sa couleur prédominante. De plus, l’expérience seljoukide se répétera, d’une façon ou d’une autre, avec les Mamelouks (viie-ixe/xiiie-xve siècles) et même avec les Ottomans (ixe-xiiie/xve-xixe siècles).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adel Sidarus, « Omid Safi, The Politics of Knowledge in Premodern Islam : Negotiating Ideology and Religious Inquiry », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Adel Sidarus, « Omid Safi, The Politics of Knowledge in Premodern Islam : Negotiating Ideology and Religious Inquiry », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-80, mis en ligne le 17 septembre 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/7112

Haut de page

Auteur

Adel Sidarus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org