Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-78

Franz Rosenzweig, The Star of Redemption

Préf. de Michael Oppenheim ; introd. d’Elliot R. Wolfson ; trad. par Barbara E. Galli. Madison, The University of Wisconsin Press, 2005, 459 p.
Michael Löwy
p. 97-251

Texte intégral

1Il s’agit d’une nouvelle traduction en anglais du Stern der Erlösung (1920), un des ouvrages majeurs de la philosophie juive du xxe siècle. Une traduction antérieure, par Rudolf Hallo, en 1970, était, de l’avis général des spécialistes, dépassée.

2Notre revue a déjà recensé la remarquable traduction française par Alexandre Derczansky et Jean-Louis Schlegel. Franz Rosenzweig n’aimait pas qu’on décrive son ouvrage comme « un livre juif » ; à ses yeux il s’agissait d’un « système philosophique » à vocation universelle. Il est vrai que la « nouvelle pensée » de l’opus de 1920 était inspirée par la « philosophie positive » de Schelling, et on peut la situer dans le courant de l’existentialisme religieux moderne. Il n’empêche qu’il s’agit d’une œuvre « juive » d’un bout à l’autre, fondée sur l’interprétation de la Bible, et des pratiques liturgiques juives. Rosenzweig concevait son livre comme la fusion de deux triangles, l’un orienté vers le haut – Dieu, le Monde, l’Homme – et l’autre vers le bas : Création, Révélation, Rédemption. Ensemble, ils forment l’Étoile de David, c’est-à-dire l’Étoile de la Rédemption qui donne son titre à l’ouvrage.

3Les commentateurs sont unanimes pour constater que le Stern der Erlösung est un ouvrage d’une lecture extrêmement difficile. Ici, plus encore que pour d’autres livres, toute traduction est une interprétation. Celle de Barbara Galli est particulièrement réussie. Elle a essayé, et dans une grande mesure réussi, à rendre la « musique » du langage de Rosenzweig. L’Étoile, observe-t-elle dans une introduction, est « un opus composé symphoniquement et poétiquement, avec ses répétitions incluant des reversions, ses crescendos, ses pianissimos, ses notes de pause et ses notes silencieuses d’allusion ». Elle a aussi gardé la composition de la version originale, avec des titres en marge du texte.

4Le volume comprend très peu de notes ; la traductrice s’en excuse, en argumentant qu’il faudrait tout un volume complémentaire de notes pour commenter le texte. L’index à la fin du livre est très utile. On peut néanmoins regretter qu’il n’y ait pas un glossaire des termes allemands. Ceux-ci ont d’ailleurs complètement disparu dans le texte anglais, c’est qui est dommage, dans la mesure où la meilleure des traductions ne peut pas rendre compte de toutes les nuances de certains termes du langage philosophique propre à Rosenzweig : l’introduction, entre parenthèses, de quelques mots-clés de la langue originaire est une pratique habituelle des traductions à partir de l’allemand en philosophie ou en sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « Franz Rosenzweig, The Star of Redemption », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Michael Löwy, « Franz Rosenzweig, The Star of Redemption », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-78, mis en ligne le 17 septembre 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://assr.revues.org/7072

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org