Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-70

Louis Georges Papon, L’incidence de la vérité chez Thérèse de Lisieux. L’épreuve spirituelle du savoir et son enseignement pour la psychanalyse

Préface de René Lew. Paris, Éditions du Cerf, 2006, 245 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 97-251

Texte intégral

1Une lecture de plus de la vie et de l’œuvre de Thérèse de Lisieux ? Oui et non. Le livre de Louis-Georges Papon est à la fois une étude du rapport au savoir de Thérèse et une réflexion sur la psychanalyse dans laquelle l’expérience de l’auteur, sa connaissance des écrits thérésiens mais aussi sa relation personnelle voire intimiste avec l’œuvre de la carmélite ne sont pas absentes, ce qui n’est pas sans dérouter quelque peu, tant sont évacuées les approches historiques et contextuelles classiques et complémentaires que l’on sent cependant connues de l’auteur. En dehors des propos théoriques, en particulier sur les liens entre psychanalyse et catholicisme, l’auteur tente de montrer comment tout le travail d’écriture de Thérèse consista à réduire « l’enthousiasme ressenti » dans l’expérience spirituelle et comment elle choisit une forme de fragilité pour exprimer la grandeur divine. En six chapitres, il s’appuie sur le Manuscrit A et sur les Derniers entretiens. Il décline les mises en scène et les mises en forme de la vie de la carmélite et montre les conséquences de cette forme d’écriture féminine et son impact sur le lecteur. S’impose alors l’idée que tout lecteur de Thérèse aurait une relation particulière avec la carmélite qui peut être remise en cause et donc objectivée par la psychanalyse. Dès lors, la simplicité du langage de la foi est gage d’authenticité, la fragilité et le doute font partie de l’univers thérésien tout comme le parallèle entre le « cœur maternel » et l’amour divin, la question du père, des liens entre grâce divine et diversité humaine (à propos en particulier de l’appel missionnaire et de la prière pour Pranzini). Bien entendu, la nuit de Noël 1886 et le voyage à Rome permettent à l’auteur d’évoquer les différences conceptuelles entre vocation et conversion. De même, se pencher sur Thérèse, c’est aussi envisager une approche « familiariste » de la famille Martin, à propos de laquelle l’auteur insiste particulièrement sur la personne du père dont ce que dit Thérèse lui permet de construire une sorte de théologie du Père céleste contribuant ainsi à consolider ses propres intuitions spirituelles. Des derniers moments de la jeune carmélite, l’auteur insiste sur la nécessité préalable de les dégager des éléments extérieurs (comme les témoignages au procès de canonisation par exemple) afin de qualifier cette mort de « féminine » (capacité à l’émerveillement, fragilité, équivalence entre la mort et l’amour). On aurait pu imaginer, à destination d’un lectorat plus historien et littéraire que psychanalyste, la présence, sous forme d’annexes, de textes clés et d’une bibliographie choisie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Louis Georges Papon, L’incidence de la vérité chez Thérèse de Lisieux. L’épreuve spirituelle du savoir et son enseignement pour la psychanalyse », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Louis Georges Papon, L’incidence de la vérité chez Thérèse de Lisieux. L’épreuve spirituelle du savoir et son enseignement pour la psychanalyse », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-70, mis en ligne le 12 septembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://assr.revues.org/6902

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org