Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-61

Paul Magnin, Bouddhisme : unité et diversité. Expériences de libération

Paris, Éditions du Cerf, 2003, 763 p.
Evan Mirzayantz
p. 97-251

Texte intégral

1Le bouddhisme se caractérisa tout au long de son histoire asiatique par une importante plasticité, s’actualisant sous la forme de traditions aussi dissemblables que le Theravada, le Chan, le Zen, le bouddhisme vietnamien ou le lamaïsme. À l’heure où l’implantation du dharma en Occident suscite de nombreuses interrogations sur son devenir, l’ouvrage de P. Magnin fournit une série d’éclaircissements importants sur les différentes phases de développement et d’acculturation de la religion du Bouddha. En premier lieu, si nous voulons bien comprendre la situation actuelle du bouddhisme dans l’Occident moderne, il faut le « penser au pluriel en respectant chaque phase de son développement, en prenant en compte l’époque, les pays et les orientations qu’il s’est donné », cela parce que « parler du bouddhisme en général, c’est parler d’une abstraction dénuée de toute réalité » (p. 9).

2Cette importante monographie est introduite par une synthèse des analyses de B. Étienne, R. Liogier, F. Lenoir et L. Obadia sur la nature de la population des proches, sympathisants et nouveaux pratiquants français. L’insistance bouddhiste sur le rapport maître à disciple, sur l’expérience directe du méditant dans l’exploration de son intériorité, sur les liens qu’établit le lamaïsme entre le pratiquant, le cosmos et des forces invisibles, ou l’explication des souffrances à travers des doctrines non théistes (la loi du karma), sont autant d’éléments spécifiques aux bouddhismes qui permettraient d’expliquer l’attrait du dharma pour de nombreux occidentaux.

3L’ouvrage, réalisé à partir de très nombreuses sources bibliographiques, donne un éclairage précis sur la diversité des écoles et traditions bouddhistes, le contexte et l’histoire de leur émergence ainsi que sur ce qui fonde l’unité du bouddhisme. Il est divisé en onze chapitres. Les cinq premiers sont accordés à une présentation fouillée des fondements historiques, culturels et doctrinaux du bouddhisme ancien. L’émergence et les principales caractéristiques du mahâyâna sont présentées en un seul chapitre. Deux chapitres traitent de la formation du bouddhisme chinois et de l’importance centrale de la méditation pour les différentes écoles du Chan. Deux chapitres sont dédiés à l’examen de l’origine du bouddhisme tantrique et des deux phases de sa diffusion tibétaine. Enfin, un dernier chapitre confronte le bouddhisme au christianisme, en recensant un certain nombre d’oppositions majeures qui distinguent ces deux religions et qui apparaissent lorsque l’on confronte leurs conceptions de l’accès à la béatitude et de l’origine des souffrances humaines.

4Trois thématiques traversent cette vaste compilation :

5La « diversité » des traditions bouddhistes est illustrée par l’exposition détaillée des principales spécificités des doctrines, de l’éthique, des rites et pratiques de chacun des grands mouvements du bouddhisme (Theravada, Mahâyâna – illustré par la présentation du bouddhisme chinois et de son histoire –, lamaïsme).

6L’« unité du bouddhisme » est traitée en filigrane tout au long de l’ouvrage. P. Magnin ramène cette unité à deux éléments que partagent l’ensemble des traditions bouddhistes, les Quatre Nobles Vérités comme texte fondateur, et la méditation assise, silencieuse, comme pratique essentielle.

7Les acculturations asiatiques du bouddhisme. Si l’auteur parvient à bien illustrer la richesse et les singularités qui caractérisent chacun des principaux courants du bouddhisme, ce sont surtout ses analyses de certaines acculturations de la religion du Bouddha qui pourraient aider à mieux appréhender la situation actuelle du dharma en Occident. Sinologue et spécialiste du bouddhisme Chan, P. Magnin analyse et retranscrit avec minutie toute la formation du bouddhisme chinois à travers ses multiples confrontations au confucianisme et les différentes influences qu’il subit au contact des religieux taoïstes. Son histoire de l’émergence du Chan repose à la fois sur d’importantes données anthropologiques et sur de profondes analyses sociohistoriques. Il en ressort que le bouddhisme indien qui s’implantait en Chine dut renoncer à certains aspects de ses doctrines, s’épurer jusqu’à s’actualiser au terme de trois siècles d’évolution sous la forme d’un bouddhisme spécifiquement chinois, adapté à la culture chinoise sans avoir renié les éléments essentiels aux bouddhismes que sont l’enseignement des Quatre Nobles Vérités et la pratique de la méditation.

8Cependant l’ouvrage recouvre un champ d’étude si vaste que certaines parties sont traitées trop superficiellement. On pourra, par exemple, regretter que les nombreuses pratiques du lamaïsme ne donnent pas lieu à plus de présentations et d’analyses, que l’histoire de l’acculturation du bouddhisme au Tibet soit trop brièvement résumée, et surtout que la thèse de l’unité du bouddhisme soit finalement pauvre et peu étayée. Car l’auteur ne retient de l’unité du bouddhisme que deux éléments très connus (les Quatre Nobles Vérités et la pratique de la méditation) et ne semble pas avoir tenté de pousser plus loin son analyse de l’essence des traditions bouddhistes. Cette monographie n’en demeure pas moins incontournable pour toute étude de l’acculturation du bouddhisme dans l’Occident moderne, elle dévoile largement la complexité de la religion du Bouddha et encourage effectivement à ramener le dharma à différentes traditions fort différentes dont il faut pénétrer les histoires et doctrines respectives. Aussi P. Magnin invite les chercheurs qui souhaiteraient réfléchir à la situation actuelle du bouddhisme à recourir à des analyses anthropologiques et sociohistoriques pour que la présence occidentale de la religion du Bouddha soit analysée à l’aune de la richesse et de la complexité de ses évolutions et acculturations passées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evan Mirzayantz, « Paul Magnin, Bouddhisme : unité et diversité. Expériences de libération », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Evan Mirzayantz, « Paul Magnin, Bouddhisme : unité et diversité. Expériences de libération », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-61, mis en ligne le 12 septembre 2007, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/6692

Haut de page

Auteur

Evan Mirzayantz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org