Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
138-28

Clotilde Cornut, La revue Planète. Une exploration insolite de l’expérience humaine dans les années 1960

Paris, Éditions de l’Œil du Sphinx, 2006, 284 p.
Frédéric Gugelot
p. 97-251

Texte intégral

1Il ne faut pas se tromper quand on prend l’objet en main. Il a la forme de la revue Planète, sa couverture, sa pagination, ses couleurs, sa mise en page... Ce n’est pas un exemplaire de la revue de retour parmi nous mais une étude de son histoire. D’octobre 1961 à l’automne 1968, Planète est un succès inattendu. Le premier exemplaire se vend à cent mille exemplaires, et les abonnés sont rapidement trente mille. Ce succès est la combinaison d’hommes (Louis Pauwels, Jacques Bergier...) à la recherche d’un autre monde et d’une ligne éditoriale qui souhaite réconcilier toutes les expériences humaines et mêler tous les genres, en particulier science et spiritualité. Elle veut privilégier l’extraordinaire, l’anticipation et l’insolite, tout ce qui n’est pas « établi ». Le succès est aussi celui d’une présentation (format carré, textes sur deux colonnes, illustrations nombreuses) et d’un graphisme.

2S’y mélange tout le fantastique des années 1960 : science innovante, mystères de l’archéologie, civilisations perdues, ufologie et parapsychologie. Elle promeut aussi une littérature nouvelle, en particulier le fantastique et la science-fiction, et traduit des auteurs tels Lovecraft, Arthur C. Clarke, Ray Badbury, rejetant tant l’académisme que le Nouveau roman. Entre ses lignes, une libération de l’imagination est en cours. « Rien de ce qui est étrange ne nous est étranger » proclame la revue. Sur les questions religieuses, la revue s’ouvre aux religions de substitution (yoga, zen, mysticismes) et rejette toute religion « officielle ». Néanmoins, voir dans Planète une avant-garde du renouveau charismatique et mystique de la décennie suivante est peut-être un peu rapide tant ses choix semblent se rattacher à des réalités spirituelles déjà anciennes (ésotérisme de la fin du xixe, bouddhisme reconstruit, Alexandra David Néel). S’y expriment, une fois de plus, le refus de l’établi, par une intervention dans les débats de l’Église comme, par exemple, celui sur le célibat des prêtres (no 15), et une exaltation des marginalités spirituelles (ésotérisme, reconnaissance des sectes). Mais aussi son contraire, tant Planète abrite parfois des auteurs différents et des évolutions complexes. Les collaborateurs de la revue viennent d’horizons très divers, un « magma » (C. Cornut) de panthéistes, d’anarchistes, de marxistes et de chrétiens. L’ouvrage comporte des annexes dont les sommaires détaillés des numéros. Planète est donc pour l’auteur une revue « compensatoire », un moyen d’échapper à un monde moderne de plus en plus technique et complexe. Parascience et paracroyances sont alors autant d’alternatives libératoires.

3On peut regretter que l’auteur s’en tienne parfois à une simple évocation de certains aspects, ainsi sur les résistances et critiques adressées à la revue à partir des années 1965 qui ne sont qu’évoquées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Clotilde Cornut, La revue Planète. Une exploration insolite de l’expérience humaine dans les années 1960 », Archives de sciences sociales des religions, 138 | 2007, 97-251.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Clotilde Cornut, La revue Planète. Une exploration insolite de l’expérience humaine dans les années 1960 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 138 | avril - juin 2007, document 138-28, mis en ligne le 11 septembre 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/5902

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org