Navigation – Plan du site

Les sciences religieuses en France : des sciences que l’on pratique mais que l’on n’enseigne pas

Michel Despland
p. 5-25

Résumés

Après avoir passé en revue l’état des connaissances sur l’institutionnalisation des sciences religieuses en France (1880-1886), l’article examine les plaidoyers visant à introduire un enseignement d’histoire des religions dans les écoles, lycées et universités. Ces tentatives sont analysées dans leur contexte : la réforme de l’enseignement supérieur et la laïcisation de l’école primaire. Des divisions entre les partisans d’un tel enseignement, la rivalité entre les disciplines et la prudence politique firent que le dossier s’enlisa. Des propositions dans ce sens continuèrent néanmoins à être avancées jusqu’au moment des lois de Séparation. Un contraste est dressé entre la situation française et celle de quelques autres pays européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Despland, « Les sciences religieuses en France : des sciences que l’on pratique mais que l’on n’enseigne pas », Archives de sciences sociales des religions, 116 | 2001, 5-25.

Référence électronique

Michel Despland, « Les sciences religieuses en France : des sciences que l’on pratique mais que l’on n’enseigne pas », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 116 | octobre - décembre 2001, mis en ligne le 11 octobre 2005, consulté le 25 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/465 ; DOI : 10.4000/assr.465

Haut de page

Auteur

Michel Despland

Université Concordia – Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org