Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
136-88

S. Brent Plate, Walter Benjamin, Religion and Aesthetics. Rethinking Religion through the Arts

London, Routledge, 2005, 171 p.
Michael Löwy
p. 115-283

Texte intégral

1Voici une tentative originale de construire, à partir des écrits de Walter Benjamin, une « religion esthétique » ou une « esthétique religieuse » : en d'autres termes, d'interpréter l'esthétique d'un point de vue religieux, et inversement. L'auteur définit l'esthétique en partant de l'étymologie grecque du mot : « perception sensible ». Le rapport sensible au monde conduit à la création de symboles, mythes, et rituels, et ainsi, à la religion.

2Dès l'introduction, l'auteur s'interroge : « je ne suis pas sûr que ce livre est sur Benjamin ». Le lecteur, à la fin de l'ouvrage, se pose la même question... En fait, reconnaît l'auteur, son travail est seulement « inspiré » par Benjamin, comme certains films sont inspirés par des ouvrages littéraires. Soit. Mais cela ne permet pas d'attribuer à Benjamin des idées ou des analogies qui lui sont étrangères...

3Le chapitre le plus réussi du livre est probablement celui qui tente d'analyser la thèse de Benjamin sur le drame baroque allemand, le Trauerspiel, terme que l'auteur propose de traduire par « théâtre du deuil » ou plutôt « théâtre des lamentations » (de source hébraïque). On trouve chez Benjamin un mode de pensée allégorique, qui saisit des fragments du passé pour les réarranger dans une perspective rédemptrice. L'allégorie devient ici une forme esthétique de penser la religion, bref une esthétique religieuse qui, au contraire des formes conventionnelles, ne s'intéresse pas à « la Beauté du Seigneur », mais aux choses terrestres, matérielles, transitoires.

4Bien plus discutable est le chapitre suivant, qui traite du célèbre article de Benjamin sur l'œuvre d'art (« à l'époque de la reproductibilité technique »). La tentative de l'auteur d'interpréter ce texte à la lumière de la Kabbale lurianique – que Benjamin ne connaissait que de deuxième main (par son ami G. Scholem) – est passablement tirée par les cheveux... L'auteur tente aussi, assez maladroitement, de construire une analogie entre le cinéma et la religion en général, comme formes de « sélection et création », ou entre le cinéma et la Réforme luthérienne, comme façons de « rapprocher les masses » de l'objet de leur désir ; par contre, il ne semble pas donner beaucoup d'attention aux origines religieuses du concept d'aura chez Benjamin – que celui-ci rattache explicitement aux rituels cultiques ou magiques pré-modernes – ou au lien possible entre le « déclin de l'aura » et la sécularisation.

5Le dernier chapitre s'éloigne beaucoup de Benjamin, pour discuter des thèses de Derrida, Kristeva, Lacan, etc. On y trouve cependant une affirmation forte qui touche juste au sujet d'un aspect central de la théologie benjaminienne : le Messie n'est pas une force qui vient d'un autre monde, mais de l'intérieur de ce monde-ci, c'est-à-dire la révolution. Plus problématique est l'affirmation que l'ère messianique est celle où advient « une communauté esthétique ». Ce que l'auteur entend par cela reste assez confus, et le principal exemple qu'il donne, pour conclure son livre, est pour le moins curieux : la « communauté esthétique » advient lorsque la mort cesse d'être une affaire strictement privée et intime : « la perception de la mort devient une activité publique et sert comme une source de communication, rassemblant ensemble la communauté ». Hélas, on pourrait citer beaucoup d'exemples, dans l'histoire du xxe siècle, de la mort comme activité publique, sans que cela favorise l'essor de la « communauté esthétique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « S. Brent Plate, Walter Benjamin, Religion and Aesthetics. Rethinking Religion through the Arts », Archives de sciences sociales des religions, 136 | 2006, 115-283.

Référence électronique

Michael Löwy, « S. Brent Plate, Walter Benjamin, Religion and Aesthetics. Rethinking Religion through the Arts », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 136 | octobre - décembre 2006, document 136-88, mis en ligne le 14 février 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://assr.revues.org/4024

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org