Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
136-16

Marc Bloch, L'Histoire, la guerre, la résistance

Édité par Annette Becker et Etienne Bloch.
Paris, Gallimard, 2006, 1176 p.
Frédéric Gugelot
p. 115-283

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2009.

1Marc Bloch a pris une stature iconique chez les historiens. L'ouvrage édité chez Gallimard permet de revenir à l'œuvre et à l'homme. On y retrouve des textes classiques comme L'apologie de l'histoire et L'étrange défaite mais aussi ses souvenirs du conflit, son carnet de guerre, des rapports d'opérations militaires rédigés par l'officier ainsi que des photographies prises par lui, des comptes rendus, des articles, des lettres. N'y figurent pas les deux grandes œuvres savantes, Les rois thaumaturges et La société féodale.

2Ce corpus de textes nous livre, en filigrane, la vie insécable d'un savant critique et d'un citoyen au vif sens politique. On y découvre combien, après l'affaire Dreyfus, la Grande Guerre fut une expérience fondatrice des réflexions d'historien de Marc Bloch. Celui qui, dès 1906, propose de « substituer à la notion “d'événement” celle de “phénomène” », définissant ce dernier comme « le produit de l'analyse de l'événement », « a fait de ses guerres, et particulièrement de la première, un véritable atelier de sa pensée » conclut Annette Becker. Ses Réflexions sur les fausses nouvelles (bruits, rumeurs) de la guerre (1921) nourrissent ses recherches sur les formes de l'inconscient collectif, sur « l'atmosphère mentale » à l'origine de son ouvrage capital, les Rois thaumaturges (1924). Le compte rendu du livre de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire dans lequel Bloch s'interroge sur le thème des représentations, dévoile une pensée en élaboration où les propres recherches de l'auteur se mesurent à la pensée de son collègue de l'Université de Strasbourg. Il insiste sur la question de la transmission des « souvenirs collectifs » de génération en génération. La confrontation se révèle riche pour les deux hommes. D'autant que Marc Bloch a, très tôt, prêté une vive attention aux travaux des sociologues, de Durkheim en particulier.

3Tous deux sont morts quand paraîtra la réponse d'Halbwachs dans son ouvrage posthume La mémoire collective. Le sociologue ne survit pas à sa déportation à Buchenwald, l'historien est fusillé en 1944 à 57 ans.

4Le citoyen n'est en effet jamais loin du savant. Ce balancement incessant entre histoire personnelle et œuvre est un des intérêts du livre. L'appareil critique d'accompagnement est très abondant. Une biochronologie précise et une introduction dense rendent le destin de ce patriote israélite qui découpe son analyse de la défaite de 1940 en trois parties intitulées : présentation du témoin, déposition d'un vaincu, examen de conscience d'un français. Revendiquant sa judéité face à l'antisémitisme, il refuse toute distinction qui isolerait les juifs de la communauté nationale. Il s'oppose par lettre et pétition à la création de l'Union générale des israélites de France (UGIF) en 1941 qui doit regrouper tous les juifs pour les représenter auprès des autorités, et qui lui apparaît comme un premier pas vers la ségrégation avant de s'engager dans la résistance. N'écrit-il pas dans son testament de 1941 : « je me suis senti, durant ma vie entière, avant tout et très simplement français ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Marc Bloch, L'Histoire, la guerre, la résistance », Archives de sciences sociales des religions, 136 | 2006, 115-283.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Marc Bloch, L'Histoire, la guerre, la résistance », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 136 | octobre - décembre 2006, document 136-16, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://assr.revues.org/3871

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org