Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
136-10

Helen J. Baroni, Obaku Zen. The Emergence of the Third Sect of Zen in Tokugawa Japan

Honolulu, Hawai University Press, 2000, 280 p.
Fabienne Duteil-Ogata
p. 115-283

Texte intégral

1L'école Obaku est l'école bouddhiste de tradition Zen la moins connue et pourtant la plus récente. Comparée aux deux grandes écoles Rinzai et Soto introduites respectivement au xiie et au xiiie siècles, l'école Obaku fait son apparition plus tardivement au xviie siècle, lorsque le Japon décide de fermer ses frontières au motif de la christianisation du pays, laissant la presqu'île de Deshima, dans la baie de Nagasaki, ouvertes aux seuls Chinois, Coréens et Hollandais.

2C'est le contexte particulier de l'émergence de cette école que Helen J. Baroni nous relate ici. La richesse de ce travail réside principalement dans l'originalité de son approche et également dans le travail inédit de traduction, notamment le Obaku Geki écrit par Mujaku Dôchû. L'auteur a tenu ses promesses, à savoir rendre compte de l'émergence de cette nouvelle école dans plusieurs perspectives afin de montrer les multiples implications de ce nouveau mouvement religieux, comme elle se plaît à le nommer.

3Trois principales approches ont retenu son attention : l'école Obaku vue de l'intérieur par ses moines, l'école Obaku et les autres écoles bouddhiques de la période Tokugawa (1603-1868), et l'école Obaku face aux autorités politiques. Cette démarche permet ainsi de donner la parole aux partisans et détracteurs de cette nouvelle école Zen et de mettre en avant les différents enjeux.

4Les deux premiers chapitres présentent l'ouvrage et interrogent les notions d'école, de secte et de filiation dans le contexte particulier du bouddhisme chinois et japonais mais H.J. Baroni préconise plutôt le concept moderne de Nouveau Mouvement Religieux (NMR).

5Les six chapitres suivants décrivent l'école Obaku de l'intérieur. Tout d'abord, l'auteur dresse un tableau historique très fouillé de la venue des premiers moines chinois de la période des Ming introduisant l'école Obaku au Japon. On découvre alors la vie de la communauté chinoise recluse dans le port de Nagasaki et les difficultés de déplacements pour ces moines étrangers. Puis, les portraits des fondateurs chinois et de leurs successeurs japonais permettent de montrer les apports des différents protagonistes et les différences d'appréciation des textes, et des rites. Deux chapitres sont consacrés à l'essence même de cette école qui fait son originalité : son style de vie monastique empreint de pratiques chinoises des Ming du code monastique, et son influence de l'école bouddhique de la Terre Pure, à travers notamment la pratique du nembutsu. Ce qui fait dire à ses partisans que l'école Obaku est la plus achevée car elle intègre les dernières influences chinoises. Les opposants voient au contraire l'influence du bouddhisme de la Terre Pure comme une contamination du Zen chinois originel.

6Le deux derniers chapitres abordent l'école Obaku de l'extérieur. Le premier décrit la place de la nouvelle école au sein des autres écoles bouddhiques japonaises et le second met en lumière ses rapports privilégiés avec le Shogunat de Tokugawa et l'empereur Gomizunoo mentionnant alors les différends que ces deux relations ont pu engendrer.

7Cet ouvrage montre avec finesse l'implantation et le développement de cette nouvelle école dans le contexte particulier du xviie siècle japonais, et balaie ainsi l'explication trop simpliste de son émergence par l'adoption de la seule pratique du Nembustu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Duteil-Ogata, « Helen J. Baroni, Obaku Zen. The Emergence of the Third Sect of Zen in Tokugawa Japan », Archives de sciences sociales des religions, 136 | 2006, 115-283.

Référence électronique

Fabienne Duteil-Ogata, « Helen J. Baroni, Obaku Zen. The Emergence of the Third Sect of Zen in Tokugawa Japan », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 136 | octobre - décembre 2006, document 136-10, mis en ligne le 12 février 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/3856

Haut de page

Auteur

Fabienne Duteil-Ogata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org