Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
134-67

Jacques Potin, Valentine Zuber, éds., Dictionnaire des monothéismes

Paris, Bayard, 2003, 560 p.
Jean Lambert
p. 147-299

Texte intégral

1Ce lexique de six cents mots « clés, courants et essentiels » entend présenter successivement et expliquer les trois monothéismes à un large public, probablement scolaire au premier chef. Dénommées au singulier le judaïsme, le christianisme, l'islam, trois religions sont « représentées dans leur patrimoine spirituel, historique et politique » : kacher, séfarade, Israël, carême, hérésie, Terre Sainte, charī‘a, imām, Seldjoukides ou Palestine... Pour les auteurs, chacun de ces univers comprend « une identité, une histoire, une culture et une espérance » encore vivantes aujourd'hui. Afin d'en réduire les oppositions et la violence, il s'agit de « ne pas occulter l'héritage commun du monothéisme dans notre civilisation », et donc d'exhiber ce « vaste ensemble spirituel, théologique et culturel distinct des autres religions » qu'induisent « leur histoire partagée et leur croyance en un Dieu unique ». Un système de renvois, que complète un index alphabétique, permet au lecteur de naviguer par mots ou notices voisines d'une religion à l'autre, mais sans aucune intention comparative (les citations bibliques sont tirées pour le judaïsme de la bible du rabbinat, et pour le christianisme de la bible Bayard).

2Une participation de J.  Costa pour le midrach et de K. Azmoudeh pour le chiisme est signalée, mais aucune liste de rédacteurs, si elle existe, n'est mentionnée, et le lecteur ignore noms et qualités des signataires dirigés par J. Potin et V. Zuber, qui ne sauraient assumer seuls la variété de ton d'une notice à l'autre. Or la multiplication actuelle de ces « inventaires religieux », que précipite une forte attente éditoriale, promet toujours plus qu'elle ne tient, et il devient critique pour l'amateur de discerner les intentions et la qualité d'un ouvrage. Ici, la qualité est globalement correcte, au sens propre « kacher », conforme aux rites culturels attendus, fortement désuète pour l'information historique, atone pour la spiritualité, et, si l'on peut toujours disputer du choix des entrées à la Prévert (enfer esclavage éthique...) que consacre l'aléa des voisinages alphabétiques (Palestine Paradis...), on doit reconnaître une fade orthodoxie théologique aux limites mêmes du projet, qui fait écho aux deux volumes d'une Encyclopédie des religions des mêmes éditions assomptionnistes Bayard en 1997. Quand il existera un imprimatur commun aux autorités religieuses des trois monothéismes, cet ouvrage-ci l'obtiendra à coup sûr, puisqu'il présente, à un large public, la Synagogue et la Mosquée avec les traits civilement acceptables de l'Église catholique romaine (cf. le dessin de couverture).

3En conséquence, sur l'intention, la visée et la réalisation, il n'est pas possible de rendre compte de ce Dictionnaire Apologétique et Confessionnel de quelques monothéismes sans se déterminer. Car, s'il peut prétendre au rôle d'ouvrage type à l'intention d'aumôneries patentées (qui ne seraient ni à visée œcuménique où il apparaîtrait rétrograde, ni à vocation spirituelle où il en décevrait plus d'un), il ne saurait, en aucune façon, satisfaire aux exigences scientifiques d'un enseignement comparé du fait religieux, auxquelles il est tout à fait contraire. Si la rhapsodie était une méthode, elle ferait ici couture. S'agit-il d'exégèse philologique, de sémiotique narrative, d'histoire critique, de glossaire théologique, d'anthropologie comparée, de sociologie des rituels, de folklores populaires ? Ces distinctions claires tombent d'elles-mêmes devant l'intention proprement politique de l'ouvrage qui construit trois centralités orthodoxes virtuelles (le judaïsme, le christianisme, l'islam) pour les besoins géopolitiques de clergés racinés : rabbins, évêques, imams, etc., dont les normes, référées à un ombilic géographique (Jérusalem, Rome, La Mecque) ne sont pas du tout imaginaires, et qui assurent porter la continuité des trois édifices monothéistes (mais l'ensemble ne se comprend pas lui-même car « monothéiste » est absent du dictionnaire !). Faut-il rappeler que l'avertissement « personne n'a originairement le droit de se trouver à un endroit de la terre plutôt qu'à un autre » d'un certain Emmanuel Kant, vaut pour nombre d'appropriations symboliques ? Ainsi, l'élément commun de beaucoup d'articles, qui ont peut-être fait l'objet d'une relecture en ce sens, est une démarche qui part d'une définition canonique, décrit des variantes historiques comme autant de dissidences, et conclut au rejet des rejetons actuels. La documentation d'appui parfois valide ne rend jamais justice à ce qu'il faut continuer d'appeler déviances, apocryphes, sectes et autres Réformations... Soit Jansénisme : « À l'origine doctrine de Jansen, le jansénisme fut condamné à maintes reprises par l'Église catholique romaine et déclaré hérétique... », suit un bref rappel de ses formes et de ses vains combats jusqu'au xixe siècle. Ainsi Protestantisme, réduit à « l'individu exégète », aussitôt éclaté en une inconcevable multiplicité multiforme.

4Au service de cette politique de centration, de noyautage par l'Un fabuleux, l'ouvrage élabore une propagande qui consiste à présenter comme historiquement attestée et universellement reconnue la validité d'une partie sur le tout : celle du mythe israélite, du mythe catholique et du mythe islamique, à l'encontre de variations historiques en chevelures elles-mêmes issues de commencements en rhizomes. Mythe illégitime d'un unique judaïsme qui se développerait sur 3 500 ans, d'un unique christianisme pris pour catholicisme romain depuis Jésus (même si on signale ici ou là des confessions dans ce même christianisme), d'un unique islam prolongeant l'axe La Mecque-Médine, toutes visions fausses des partis vainqueurs. Par exemple Erets Israel déroule le mythe fondateur deutéronomiste (mais Deutéronome est aussi un article manquant qui montre une ignorance grave des récentes et totales refontes des études du Pentateuque) puisé dans ces collections de textes édités vers le ve siècle avant notre ère par le parti d'Esdras-Néhémie. Ce judaïsme du Pentateuque, ce mythe national-religieux, une nation-un temple-un dieu, qui unifie abstraitement des périodes claniques anciennes sur lesquelles il instruit très peu, n'a pas la consistance historique que lui prête partout ce Dictionnaire : « à l'époque d'Abraham, à l'époque de Moïse, à l'époque de Josué, à l'époque de David ! » ignorant que cette époque est... l'Exil ! Nous sommes avec un tel « monothéisme » durablement en présence d'une mythidéologie telle que Marcel Détienne vient de la réfuter à propos de l'autochtonie chez les Grecs ou les Français de souche. Dans la mesure où les judaïsmes rabbiniques produits par le Moyen Âge prennent racine dans les judaïsmes bibliques produits par les prêtres qui dominent l'État-Cité-Temple de Jérusalem du ­  ve­  ive siècle jusqu'en 70, le dictionnaire perd toute consistance anthropologique et historique par l'unité fabuleuse et normative qu'il veut affirmer.

5Le lecteur pourra s'essayer à un exercice comparable à propos du traitement réservé aux christianismes, illégitimement dominés par l'orthodoxie catholique victorieuse, et spécifiquement à la vulgate islamique présentée ici selon l'orthodoxie la plus usuelle et la moins réformée, très ignorante de nombreux travaux contemporains. Bien sûr, ici et là, des articles diversement informés stimuleront sa curiosité. En particulier, au centre de l'ouvrage, l'article Jésus, remarquable de clarté et de pertinence, fait regretter que l'esprit de cette notice ne se soit emparé du Dictionnaire. Mais hélas, Béatitudes fait rimer l'effraction chrétienne avec Platitudes de codes et règles, et ainsi de suite. Dans l'ensemble, le lecteur conclura que, décidément, les sciences sociales des religions sont choses trop affinées pour être laissées aux mains profanes des sciences sacrées des religions. Cet ouvrage qui se prétend une étude de l'objet exhibe précisément un objet de l'étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lambert, « Jacques Potin, Valentine Zuber, éds., Dictionnaire des monothéismes », Archives de sciences sociales des religions, 134 | 2006, 147-299.

Référence électronique

Jean Lambert, « Jacques Potin, Valentine Zuber, éds., Dictionnaire des monothéismes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 134 | avril - juin 2006, document 134-67, mis en ligne le 18 octobre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/3597

Haut de page

Auteur

Jean Lambert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org