Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
134-39

John C. Green, Mark J. Rozell, Clyde Wilcox, éds., The Christian Right in American Politics:Marching to the Millennium

Washington (DC), Georgetown University Press,
coll. « Religion and Politics Series », 2003, 296 p.
Ronan Teyssier
p. 147-299

Texte intégral

1Plus de trente ans après son émergence sur la scène politique nationale, la droite chrétienne n'en finit pas d'attiser les passions les plus vives aux États-Unis. Faisant ce constat, J.C. Green, M.J. Rozell et C. Wilcox entreprennent, en réaction aux interprétations alarmistes et sensationnalistes, une analyse distanciée de l'implication des chrétiens conservateurs dans la politique américaine. En complément à leurs travaux antérieurs, traitant principalement de la droite chrétienne dans diverses compétitions électorales, les éditeurs proposent dans cet ouvrage un bilan de l'activisme politique chrétien conservateur depuis les années 1980 en privilégiant la dimension comparative d'une analyse État par État (state-by-state analysis). Pour ce faire, douze États ont été sélectionnés dans lesquels la droite chrétienne est présente, visible et structurée depuis plus de deux décennies. Les trois éditeurs ont sollicité la contribution de vingt-deux politologues spécialistes de la droite chrétienne dans leur État respectif, leur donnant pour mandat de dresser un inventaire des activités politiques du mouvement depuis les années 1980. Les douze études de cas composant cet ouvrage se suffisent à elles-mêmes et peuvent par conséquent être lues indépendamment les unes des autres. Toutes, cependant, respectent le canevas commun exposé par J.C. Green, M.J. Rozell et C. Wilcox dans le chapitre introductif qui ont ainsi demandé aux contributeurs d'inclure une présentation du paysage politique et religieux de l'État examiné, une description des organisations composant la droite chrétienne dans cet État ainsi qu'une évaluation des stratégies politiques mises en œuvre par les mouvements chrétiens conservateurs depuis le début des années 1980.

2En dépit de la diversité des chemins suivis par la droite chrétienne dans les douze États considérés dans l'ouvrage, chacune des contributions envisage les relations des mouvements chrétiens conservateurs à leur environnement politique en termes de soutiens, d'opportunités politiques et d'étendue de l'opposition (p. 8). Partout l'implication politique de la droite chrétienne a nécessité des soutiens. Toutes les études de cas présentées dans l'ouvrage confirment la prépondérance des protestants évangéliques dans le mouvement. À cet égard, l'analyse de C.D. Vinson et J.L. Guth portant sur la Caroline du Sud est exemplaire. Cependant, le Michigan ou l'Iowa offrent des contre-exemples intéressants dans la mesure où le mouvement s'y est trouvé bien organisé sans pour autant que la population évangélique y ait jamais été nombreuse. La droite chrétienne a, ainsi, su ponctuellement recevoir dans ces États du Midwest les appuis de conservateurs catholiques et protestants non évangéliques. Il reste que l'un des constats du livre est que la droite chrétienne américaine demeure réticente à franchir la ligne des clivages ethniques, ce qui la prive d'appuis potentiels parmi les populations conservatrices noire protestante et hispanique catholique comme le démontrent par exemple, analyse statistique à l'appui, J.C. Soper et J.S. Fetzer au sujet de la Californie (p. 227).

3Au-delà des soutiens religieux nécessaires à la politisation du mouvement, toutes les contributions de l'ouvrage soulignent l'importance, pour la droite chrétienne, de la diversité des opportunités politiques rencontrées au fil du temps. Le mouvement a très clairement tiré parti des possibilités institutionnelles qui se sont offertes à lui, notamment en pénétrant le Parti Républicain dans la plupart des États. Cette stratégie a été mise en place au sein des groupes chrétiens conservateurs dans le courant des années 1980 après l'abandon successif des deux options alternatives que constituaient l'implantation bipartisane et la fondation de tiers partis. Malgré cette unité stratégique des factions de la droite chrétienne, chacune des analyses proposées dans l'ouvrage retrace un parcours spécifique des conservateurs chrétiens à l'intérieur du Parti Républicain des différents États pris en compte. Ainsi, l'accès de certains militants de la droite chrétienne à des postes importants au sein du Parti Républicain a été facilité, dans des États tels l'Iowa, le Colorado et le Minnesota, par la relative perméabilité des partis politiques à l'influence de groupes issus de la société civile. Dans les États du Sud, le succès des stratégies d'infiltration des chrétiens conservateurs est venu en partie de la faiblesse historique du Parti Républicain jusqu'à la fin des années 1970. Dans les États de l'Ouest, les gains effectués en terme d'influence à l'intérieur du Parti Républicain ont été rendus possibles par le fait que les partis politiques y constituent une ressource politique électorale limitée.

4Si l'ancrage de la droite chrétienne à l'intérieur du Parti Républicain est un phénomène connu, l'un des points originaux de l'ouvrage est de documenter un autre type d'opportunité politique, les consultations référendaires d'initiative populaire, que la droite chrétienne américaine a parfois su exploiter. De nombreux États américains, particulièrement dans l'Ouest du pays, prévoient la possibilité de recourir à ces modes de démocratie directe. À cet égard, la contribution de R. Zwier portant sur le Colorado, offre une illustration remarquable de l'utilisation par la droite chrétienne des consultations populaires. Un autre exemple de l'utilisation de ce type d'opportunité politique est donné par M.C. Moen et K.T. Palmer au sujet du Maine. Les deux auteurs retracent avec minutie la mobilisation de la droite chrétienne, tout au long des années 1990, contre l'adoption de diverses orientations législatives prohibant la discrimination fondée sur le sexe. Après de multiples revirements de l'opinion publique et trois consultations référendaires à son initiative, la droite chrétienne a finalement réussi à faire prévaloir sa position.

5En dépit de quelques victoires ponctuelles sur des enjeux précis, l'ensemble des contributeurs de l'ouvrage souligne, toutefois, que l'impact politique de la droite chrétienne demeure en fin de compte limité. Le mouvement chrétien conservateur aurait pu influer plus nettement sur la vie politique et sur les politiques publiques s'il n'avait pas suscité tout au long de son histoire un niveau considérable d'opposition. Les groupes chrétiens conservateurs ont, en effet, depuis les années 1980 régulièrement provoqué l'ire de leurs opposants « naturels », les groupes féministes ou les groupes de défense des droits des homosexuels. Ce type d'opposition s'est principalement cristallisé autour de consultations référendaires controversées à l'initiative de la droite chrétienne qu'évoque par exemple W.M. Lunch pour le cas de l'Oregon. La droite chrétienne ne cesse pas, par ailleurs, de susciter l'opposition de groupes de la gauche religieuse. J.W. Lamarre, J.L. Polinard et R.D. Wrinkle fournissent une excellente illustration de ce type d'opposition dans leur analyse du cas texan. De plus, chaque contribution rapporte des illustrations des divisions que la droite chrétienne a fréquemment suscitées au sein du Parti Républicain en coalisant contre elle des modérés du parti, le courant libertarien et certains républicains proches du monde des affaires. La plupart des contributions de l'ouvrage reviennent enfin sur les querelles internes au mouvement chrétien conservateur qui continuent de le fragiliser et hypothèquent, dans certains cas, la pérennité de son existence politique. Analysant le cas de l'Iowa, D.P. Racheter, L.A. Kellstedt et J.C. Green offrent à cet égard une illustration intéressante appuyée par des données empiriques qualitatives et quantitatives de l'effet des divisions internes sur l'impact politique du mouvement.

6Dans un court épilogue, les éditeurs ne tirent pas de conclusion sur la base des études de cas mais évoquent brièvement la problématique de l'impact politique de la droite chrétienne d'un point de vue normatif (p. 277). Il est cependant regrettable que cette question pourtant fondamentale n'ait été qu'esquissée. Il est également décevant de constater l'absence d'un chapitre supplémentaire qui, synthétisant les éléments saillants de chacune des contributions, aurait sans aucun doute permis de dépasser l'analyse essentiellement descriptive. Pour autant, le projet annoncé dans les pages introductives est remarquablement mené à son terme et la qualité constante des contributions mérite incontestablement d'être soulignée. Le caractère limité des considérations conclusives, précédemment relevé, ne saurait par ailleurs hypothéquer la valeur de cet ouvrage que J.C. Green, M.J. Rozell et C. Wilcox ont conçu à la fois comme le bilan de leurs travaux passés et le prologue à un futur agenda de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Teyssier, « John C. Green, Mark J. Rozell, Clyde Wilcox, éds., The Christian Right in American Politics:Marching to the Millennium », Archives de sciences sociales des religions, 134 | 2006, 147-299.

Référence électronique

Ronan Teyssier, « John C. Green, Mark J. Rozell, Clyde Wilcox, éds., The Christian Right in American Politics:Marching to the Millennium », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 134 | avril - juin 2006, document 134-39, mis en ligne le 05 septembre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/3529

Haut de page

Auteur

Ronan Teyssier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org