Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
134-35

Étienne Fouilloux, Bernard Hours & dirs, Les Jésuites à Lyon xvie-xxe siècles

Lyon, Éditions de l’École normale supérieure, 2005, 274 p.
Frédéric Gugelot
p. 147-299
Référence(s) :

Étienne Fouilloux, Bernard Hours & dirs, Les Jésuites à Lyon xvie-xxe siècles, Lyon, Éditions de l’École normale supérieure, 2005, 274 p.

Texte intégral

1L’ouvrage regroupe différentes interventions qui permettent de croiser l’histoire d’un ordre supranational (les jésuites) et d’un lieu géographique donné, la ville de Lyon. Cette alliance du local et de l’universaliste ne se réalise pas sans difficulté. Cette rencontre est d’abord marquée par une emprise au sol, la construction d’un collège, qu’accompagnent l’implantation d’une bibliothèque et la venue de professeurs. Chargés d’y combattre les progrès de la Réforme, les jésuites fondent leur réussite tant sur le collège, que sur les retraites et prédications qu’ils réalisent et participent déjà activement des débats et polémiques de l’époque.

2Cette géographie joue un rôle essentiel, car au-delà des aléas religieux et politiques, elle dépose sa marque tant au sein de l’ordre qu’en celui de la cité. Elle assure d’abord son assise sociale, offrant progressivement un réseau d’anciens élèves très bien implanté au sein de la société locale. Les jésuites participent à la naissance d’une bourgeoisie catholique lyonnaise au xixe siècle au caractère à la fois mystique et social. Ils sont devenus aussi un enjeu des affrontements locaux. L’opposition exprime une hostilité virulente à l’alliance entre l’ordre et la bourgeoisie urbaine, marquée particulièrement par des épisodes anticléricaux vifs (Commune...).

3La ville devient la capitale provinciale de l’ordre et profite de son ouverture commerciale, en particulier vers la Syrie, le Liban et l’Algérie : la province de Lyon est au cœur de l’apostolat envers les musulmans. L’installation en 1858 du scolasticat à Fourvière permet la naissance d’un foyer théologique et spirituel actif qui joue le premier rôle dans la naissance de la résistance spirituelle au nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale. Les derniers feux des jésuites lyonnais brillent alors avec « l’école de Fourvière », qui est plus une « orientation commune de volonté et d’intelligence » qu’une pensée élaborée en commun. Les mesures d’autorité prises par Rome, au début des années 1950, et la fermeture, en 1974, mettent fin à ce rayonnement lyonnais. L’ordre et la ville se sont donc fécondés l’un l’autre. Les différents articles de l’ouvrage parviennent ainsi à dresser les différentes facettes du portrait d’une rencontre réussie entre un ordre religieux et une ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Étienne Fouilloux, Bernard Hours & dirs, Les Jésuites à Lyon xvie-xxe siècles », Archives de sciences sociales des religions, 134 | 2006, 147-299.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Étienne Fouilloux, Bernard Hours & dirs, Les Jésuites à Lyon xvie-xxe siècles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 134 | avril - juin 2006, document 134-35, mis en ligne le 18 octobre 2006, consulté le 25 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/3519

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org