Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique
134-4

Elisabeth Arweck, Martin D. Stringer, éds., Theorizing Faith. The Insider/Outsider Problem in the Study of Ritual

Birmingham, The University of Birmingham Press,
2002, 186 p.
Erwan Dianteill
p. 147-299

Texte intégral

1Le dilemme n'est pas nouveau : faut-il appartenir au groupe religieux que l'on étudie pour le comprendre ? Ou bien cette adhésion est-elle une entrave à l'objectivité scientifique ? Les contributions réunies ici permettent d'aborder ces questions sous un angle un peu différent. Il s'agit moins d'évaluer les mérites de l'appartenance ou de l'extériorité que de s'interroger sur ce que signifient les statuts d'insider et d'outsider (termes bien difficiles à traduire). La plupart des textes relativisent la partition fondamentale « interne/externe ». Chaque religion donne une définition variée de ces statuts, qui constituent souvent un continuum. Il y a des degrés de participation et de croyance variables. L'anthropologue ne se trouve pas toujours sommé par les acteurs de se définir comme insider ou comme outsider, pour la bonne raison que les organisations religieuses conçoivent très fréquemment elles-mêmes une gradation de la participation, du simple visiteur au clerc professionnel.

2Un premier ensemble de trois textes porte sur la question de la participation aux rituels. Bilal Sambur concentre ses analyses sur les textes d'un théologien du xie siècle, Al-Ghazali. Le texte, lui-même à la frontière de la théologie, avance néanmoins une idée intéressante pour l'anthropologie : les statuts d'insider ou d'outsider existent au sein d'une communauté religieuse. Pour le soufi, le docteur de la loi est à l'extérieur de la religion (et inversement). Il ne faut pas, en d'autres termes, surévaluer l'homogénéité communautaire lorsque l'on étudie une religion. De son côté, Mathew Guest rend compte de la ritualité dans un mouvement intitulé « alternative worship » qui mélange des éléments de liturgie chrétienne et de « pop culture », de la vidéo, des projections d'images, de la musique techno, sans rupture avec l'Église anglicane. Ce mouvement vise à déstabiliser certaines évidences, en particulier celle de la limite du religieux : la dichotomie insider/outsider se trouve ainsi déconstruite. Enfin, Helen Waterhouse prend pour objet le rituel dit de gongyo dans la Soka Gakkai. Elle expose très clairement que les motivations des outsiders sont variées, tout comme celle des insiders, et qu'il existe, en outre, une dynamique entre l'intérieur et l'extérieur. En effet, le converti potentiel est dans une zone liminaire, tout comme les chercheurs qui participent ponctuellement à une pratique, mais ne sont pas nécessairement « croyants » (statuts liminaires apparemment bien intégrés par la Soka Gakkai).

3La seconde partie de l'ouvrage est plus centrée sur la restitution d'expériences personnelles de recherche par des anthropologues. Peter Collins relate comment il a été à la fois chercheur et warden à une rencontre de Quakers. Selon lui, la pratique religieuse quaker et l'anthropologie ont une certaine affinité dans la mesure ou l'une et l'autre proposent une vision du monde « multiple » et « dialectique ». Jo Pearson soulève un autre problème : elle a mené son enquête dans le milieu Wikka (la « nouvelle » sorcellerie) après un anthropologue qui s'était fait passer pour un insider, abusant de la confiance des informateurs. Le texte d'Elisabeth Arweck tend à montrer que, dans l'étude de certains mouvements religieux, l'important est moins d'être insider ou outsider que d'être perçu comme ayant une attitude de sympathie ou d'agressivité. La question du vocabulaire employé est particulièrement importante (l'usage du mot « cult » en anglais marquant particulièrement une attitude critique). Un dernier texte signé d'Eleanor Nessbitt porte sur l'identité « quaker » de certains ethnographes : en quoi modifie-t-elle leur pratique professionnelle ? Est-elle une entrave ou un avantage ? Les conclusions rejoignent ici celles de Peter Collins : le « quakerisme » serait une école d'écoute et de tolérance, qualités qui font les « bons » anthropologues. L'argumentation prend ici malheureusement un peu l'allure d'une apologie de la morale quaker.

4Au total, voilà un ensemble de contributions (inégales) constituant un apport intéressant à la question de l'engagement du chercheur dans son champ d'étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Dianteill, « Elisabeth Arweck, Martin D. Stringer, éds., Theorizing Faith. The Insider/Outsider Problem in the Study of Ritual », Archives de sciences sociales des religions, 134 | 2006, 147-299.

Référence électronique

Erwan Dianteill, « Elisabeth Arweck, Martin D. Stringer, éds., Theorizing Faith. The Insider/Outsider Problem in the Study of Ritual », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 134 | avril - juin 2006, document 134-4, mis en ligne le 05 septembre 2006, consulté le 17 août 2017. URL : http://assr.revues.org/3454

Haut de page

Auteur

Erwan Dianteill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org