Navigation – Plan du site
Comptes rendus
132-56

Marvin Perry, Frederick M. Schweitzer, Antisemitism. Myth and Hate from Antiquity to the Present

New York, Palgrave Macmillan, 2002, 309 p.
Yves Chevalier
p. 215-311

Texte intégral

1L'antisémitisme est un phénomène historique, qui traverse les siècles et se renouvelle à mesure que les contextes et les situations se modifient. Pierre-André Taguieff a proposé d'appeler ce phénomène « judéophobie » pour signifier qu'il consiste d'abord en une représentation particulière du juif, en une « haine » irrationnelle qui repose sur des « mythes » construits. Les auteurs du présent ouvrage se positionnent à peu près dans la même perspective : « notre recherche dans le domaine des mythes anti-juifs, particulièrement ceux qui diabolisent et déshumanisent le peuple juif, a renforcé notre sentiment que l'historien a besoin d'explorer plus profondément le pouvoir et la signification du non rationnel dans les affaires humaines. » D'où le plan de leur travail qui, en six chapitres, s'attache à étudier différents « mythes » élaborés à propos des juifs et qui ont nourri la représentation que s'en faisaient et que s'en font les antisémites. Mythes de « déicide » et du « peuple criminel », nés d'une interprétation faussée du procès et de la mort de Jésus ; mythe du « crime rituel » apparu au Moyen Âge (la première attestation date de 1146) ; mythe de la « diabolisation » du juif suppôt de Satan, du juif ayant vocation à détruire la chrétienté, mythe qu'on retrouve à la base de la « théorie du complot » de l'antisémitisme moderne (judéo-maçonique, judéo-bolchevique...) ; mythe de la « puissance économique » juive, de l'Homo Judaicus Economicus, né lui aussi au Moyen Âge avec l'accusation d'usure, qui se retrouve symbolisé dans Le marchand de Venise, et qui aura au xixe et au xxe siècle les prolongements que l'on sait. Les auteurs consacrent un chapitre à la « négation de l'Holocauste » et aux mythes néo-nazis : selon les négationnistes, le IIIe Reich n'avait pas de politique d'extermination, la plupart des juifs qui ont été tués l'ont été en légitime défense, les chambres à gaz n'ont jamais existé, seul un petit nombre de juifs a perdu la vie pendant la guerre, les « témoignages » qui disent le contraire ont été falsifiés... Le dernier chapitre traite du problème spécifique de l'antisémitisme musulman noir aux États-Unis, à travers l'analyse des positions de Louis Farrakhan et de Khallid Abdul Muhammad, deux leaders de la « cause » de la Nation de l'Islam. En conclusion, les auteurs insistent sur ce qui leur paraît le plus dangereux dans ce mécanisme : la diabolisation de tout un peuple ; ce faisant, ils mettent en lumière l'un des éléments majeurs de la construction de l'antisémitisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevalier, « Marvin Perry, Frederick M. Schweitzer, Antisemitism. Myth and Hate from Antiquity to the Present », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 | 2005, 215-311.

Référence électronique

Yves Chevalier, « Marvin Perry, Frederick M. Schweitzer, Antisemitism. Myth and Hate from Antiquity to the Present », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 131-132 | juillet - décembre 2005, document 132-56, mis en ligne le 27 mars 2006, consulté le 28 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/3209

Haut de page

Auteur

Yves Chevalier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org