Navigation – Plan du site
Comptes rendus
132-54

Gwénaël Murphy, Les religieuses dans la Révolution française

Paris, Bayard, 2005, 329 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 215-311

Texte intégral

1L'histoire des religieuses contemplatives et actives pendant la Révolution, objet de ce livre, est révélatrice de la construction historiographique de cette période charnière de l'histoire de France. Faire cette histoire, c'est déconstruire une vision à la fois héritée de la littérature des Lumières (le thème de la vocation forcée) et des récits hagiographiques issus, au xixe siècle, des congrégations reconstituées. Cet héritage paraît uniforme autour de quelques points : la complaisance des religieuses à l'égard des réfractaires, leur refus du serment de l'Égalité, leur statut de victimes de la Terreur et la rapidité de leur restauration sous l'Empire. Sont exclues de cette image les religieuses sécularisées qui ont choisi le monde ou, contraintes, qui s'y sont adaptées. Fruit d'une thèse sur les religieuses du Poitou, l'ouvrage s'appuie sur de nombreuses sources locales, manuscrites et imprimées. Dès lors, dans une contextualisation permanente (débats et décisions révolutionnaires), les religieuses apparaissent, à la fois et parfois contradictoirement, en tant que communautés (par exemple les lettres collectives rédigées et influencées par les supérieures) et individus (lettres ou actes isolés) ; d'où la présentation de nombreux itinéraires individuels en regard de visions d'ensemble. L'auteur s'attache d'abord à cerner les modalités d'introduction des nouvelles donnes révolutionnaires dans les couvents (1789-1792), où se mêlent à la fois la crainte, la défense des vœux et la peur sociale de l'avenir dans le monde mais aussi, individuellement, la manifestation d'espoirs de libération. Dans un deuxième chapitre, est examinée la question de la sortie du couvent. Si la question se pose à toutes les religieuses, 5 % d'entre elles, dans le Poitou, choisissent volontairement de sortir du couvent avant 1792. Il s'agit de cas isolés, de petits groupes ou d'une sortie individuelle ayant un effet déclencheur : tous les âges sont présents mais aussi toutes les origines sociales (on sort cependant plus facilement si le contexte familial ou matériel est favorable). Les raisons évoquées sont la santé, la vocation forcée, la mésentente interne dans le monastère voire même l'attente d'un enfant. La suppression des couvents de femmes (1792) permet d'évoquer à partir du cas poitevin la typologie des expulsions.

2Expulsées, que deviennent ces religieuses ? C'est le thème du troisième chapitre. Prête-t-on serment à l'automne 1792 par sincérité, par conviction ou/et par nécessité de survie matérielle ? Autre point essentiel, quel avenir immédiat, c'est-à-dire économique et social, pour ces ex-religieuses confrontées à la vie quotidienne ? La réinsertion professionnelle à partir de compétences développées dans le cloître (infirmières, institutrices, domestiques pour les converses) ou héritées de milieu familial (marchandes), le mariage mais aussi la mendicité et, à l'opposé, la volonté de rester religieuse, désir témoignant d'un véritable refus de la Révolution (continuité clandestine de la vie en groupe, participation à des réseaux de soutien aux prêtres réfractaires, engagement ostentatoire sous la forme de l'appui apporté aux émigrés, du port de l'habit religieux...). Reste la question essentielle de la reprise ou non de la vie religieuse à partir de 1798, sachant que deux tiers des survivantes poitevines ne redeviennent pas religieuses. La reprise officielle du voile, rendue possible par le décret Chaptal de décembre 1800, ne concerne pas toutes les familles religieuses. Dans le Poitou comme ailleurs, ce sont les hospitalières puis les enseignantes qui sont les premières autorisées. Pour les contemplatives, l'autorisation légale de réouverture est bien plus tardive. Ces différences ne sont pas sans conséquence sur le devenir des ex-religieuses. Ainsi, on voit d'anciennes professes, mariées civilement puis veuves ou divorcées, redemander à être accueillies dans leur couvent d'origine comme pensionnaires. L'auteur n'oublie pas les anciennes religieuses, souvent d'anciennes converses, qui choisissent de demeurer dans le monde malgré la restauration de leur communauté, signe de la réussite d'une insertion sociale et professionnelle.

3Ces différents itinéraires collectifs et individuels servent aussi de fondement à la construction d'une mémoire de l'événement révolutionnaire, objet du cinquième et dernier chapitre. Il y a quelques demandes de pardon et de réconciliation avec l'Église mais surtout la constitution de témoignages sur la révolution destinés à construire une mémoire apologétique. Témoignages immédiats lorsqu'une religieuse raconte à sa communauté ce qui se passe dans une autre communauté au cœur même des événements ; témoignages postérieurs à la Révolution qui font des survivantes de véritables héroïnes. Ces seconds témoignages prennent corps en particulier autour de la transmission des reliques soumise à l'authentification épiscopale au début du xixe siècle. Ils peuvent aussi être réunis volontairement, comme ici, par la Société des Antiquaires de l'Ouest sous la forme de récits dramatisés. Dernier niveau : la construction d'une mémoire après le décès des dernières survivantes sous la forme de portraits hagiographiques que l'on trouve dans les chroniques conventuelles des années 1880-1920 et dans nombre de monographies de congrégations et communautés religieuses. Bien entendu, les survivantes sécularisées sont totalement exclues de l'écriture de cette mémoire collective qui fait une large place à la victimisation, à la sainteté et au martyre. De nombreux tableaux éclairent l'ouvrage, mettant en particulier en valeur la forte différence entre contemplatives et actives face à la Révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Gwénaël Murphy, Les religieuses dans la Révolution française », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 | 2005, 215-311.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Gwénaël Murphy, Les religieuses dans la Révolution française », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 131-132 | juillet - décembre 2005, document 132-54, mis en ligne le 27 mars 2006, consulté le 24 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/3205

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org