Navigation – Plan du site
Comptes rendus
132-45

Bruno Léal, La crosse et le bâton. Visites pastorales et recherche des pécheurs publics dans le diocèse d'Algarve, 1630-1750

Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2004, 595 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 215-311

Texte intégral

1Dans l'historiographie française comme portugaise, l'exploitation des visites pastorales constitue depuis les années 1970 une source importante de l'histoire de l'Église à l'époque moderne. Cependant le Portugal offre une spécificité mise en valeur par le présent ouvrage : l'importance du volet disciplinaire à travers la dénonciation des pécheurs publics. Cette caractéristique des visites portugaises tient en particulier aux conditions politiques de la réception du Concile de Trente, une place privilégiée étant donnée aux pouvoirs juridictionnels des évêques. Malgré une documentation inégale, l'étude porte sur le diocèse du sud du Portugal, durant la période 1630-1750.

2Dans une première partie, l'auteur rappelle la situation géographique et économique du diocèse d'Algarve, replace la pratique des visites pastorales dans la tradition locale et dans le renouveau tridentin en évoquant sa place dans la trilogie des mécanismes d'intervention dans le domaine disciplinaire (confession, visites, Inquisition), le cas de ce diocèse étant exemplaire du Portugal dans son ensemble. La seconde partie est l'occasion de mesurer les variations dans la pratique des visites épiscopales entre 1630 et 1750, la vacance épiscopale et les conflits entre l'évêque et son clergé étant peu propices à l'organisation de ces entreprises pastorales et disciplinaires. À défaut d'étudier l'ensemble des composantes des visites pastorales, l'auteur vise essentiellement à décrire les procédés utilisés par les visiteurs pour repérer les pécheurs publics, le premier d'entre eux étant la pratique de la délation recueillie de la bouche d'individus désignés au préalable, plus ou moins représentatifs de la diversité géographique et sociologique des villages visités. Cette méthode a ses limites, les délateurs se faisant peu zélés, surtout les membres du clergé, même si l'on conserve 6 500 récits de délation. Qui sont alors les pécheurs publics ainsi découverts : environ 10 % d'ecclésiastiques (péché de la chair, comportements indécents, travaux et loisirs illicites et non respect de certaines obligations de leur ministère) et une grande majorité de laïcs dénoncés d'abord pour des faits d'adultère, de concubinage et de débauche mais aussi pour sorcellerie, obligations religieuses non respectées et enfin péchés de langue (blasphème, médisances publiques et insultes). Quant aux sentences, elles demeurent modérées. Si un tiers des dénoncés sont effectivement jugés, un quart échappe à toute sanction, quelques-uns sont emprisonnés ou bannis et la majorité se voit infliger une faible amende. Très descriptif et analytique, l'ouvrage comporte 82 tableaux et 70 cartes de cette région du sud du Portugal, de nombreuses annexes apportant aussi des éléments d'analyse économique, sociologique et démographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Bruno Léal, La crosse et le bâton. Visites pastorales et recherche des pécheurs publics dans le diocèse d'Algarve, 1630-1750 », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 | 2005, 215-311.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Bruno Léal, La crosse et le bâton. Visites pastorales et recherche des pécheurs publics dans le diocèse d'Algarve, 1630-1750 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 131-132 | juillet - décembre 2005, document 132-45, mis en ligne le 21 février 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/3183

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org