Navigation – Plan du site
Comptes rendus
132-40

Thierry Keck, Jeunesse de l'Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France

Paris, Karthala, 2004, 483 p.
Frédéric Gugelot
p. 215-311

Texte intégral

1L'ouvrage, issu d'une thèse, nous révèle à la fois l'histoire, et la préhistoire, du mouvement « Jeunesse de l'Église » mais aussi le parcours intellectuel qui se cache derrière ce groupe. À l'origine, un dominicain, Maurice Montuclard qui développe le projet de rénover une Église confrontée à une société sécularisée quand, jeune religieux de formation classique thomiste, il est frappé par les évènements de 1936. L'auteur dégage trois respirations dans l'histoire du mouvement. La première, de 1936 à 1944 se déroule à Lyon. Le religieux parvient à regrouper autour de lui des prêtres, des laïcs, des couples qui s'engagent dans une forme de vie communautaire. La Communauté disparaît avant la fin de la guerre. Montuclard a alors inventé « Jeunesse de l'Église » qui veut mobiliser toutes les ressources du renouveau des années 1930 pour rajeunir l'Église. En 1946, l'aventure se poursuit en banlieue parisienne. Le mouvement prône le passage d'une logique d'incarnation ou d'évangélisation à une logique d'assomption. Pour le dominicain, les ouvriers ne sont pas des barbares sans foi ni loi, ils ignorent les valeurs du christianisme au profit de celles du mouvement ouvrier. Dans le contexte de la Libération, il faut renouveler l'idée d'Église, communion entre les croyants plus que structure hiérarchique, reconnaissant laïcité et pluralisme, intégrant la dimension politique à la conscience chrétienne et menant le combat, toujours au nom de l'Évangile, pour une plus grande justice sociale. La prégnance du marxisme apostrophe ces catholiques, l'investissement social les confronte directement au parti communiste et à ses compagnonnages. La hiérarchie s'inquiète d'une contamination possible. Thierry Keck montre que l'influence de Montuclard fut exagérée d'autant que « Jeunesse de l'Église » reconnaît la vision marxiste de l'histoire mais rejette sa philosophie matérialiste. Rares sont d'ailleurs ceux, en son sein, qui sautent le pas d'une adhésion au parti communiste. La condamnation survient néanmoins.

2L'épisode progressiste des années 1947-1955 traduit une double convergence, une volonté d'apostolat envers les ouvriers et une réflexion intellectuelle sur le marxisme et sa grille de lecture de la société. L'engagement politique est déterminé au départ par une conviction religieuse et une préoccupation missionnaire qui identifient le peuple chrétien à la classe ouvrière et celle-ci au Parti. L'ouvrage de Thierrey Keck est passionnant et nous permet de dégager un des grands épisodes de cette crise du catholicisme, où une des formes de rénovation de l'Église échoua.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Thierry Keck, Jeunesse de l'Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 | 2005, 215-311.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Thierry Keck, Jeunesse de l'Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 131-132 | juillet - décembre 2005, document 132-40, mis en ligne le 20 février 2006, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/3173

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org