Navigation – Plan du site
Comptes rendus
132-22

Richard Faber, éd., Imperialismus in Geschichte und Gegenwart

Würzburg, Verlag Konnigshausen & Neumann, 2005, 277 p.
Michael Löwy
p. 215-311

Texte intégral

1Ce recueil rassemble différentes études sur les concepts d'empire et impérialisme, depuis l'« impérialisme démocratique » d'Athènes (Egon Flaig) jusqu'aux débats actuels autour du livre Empire d'Antonio Negri et Michael Hardt (commentaires de H.D. Kittsteiner, J. Link, H. Brunkhorst).

2Deux essais concernent directement les sciences sociales des religions. Hans-Lukas Kieser étudie les aspects religieux de l'idéologie impériale ottomane, à partir du xve siècle. L'Empire ottoman fut, comme l'on sait, le plus étendu et le plus durable pouvoir musulman de l'histoire. Ses conquêtes étaient religieusement légitimées par le concept de djihad, ce qui demandait quelques adaptations dans la mesure où les adversaires étaient souvent, eux-mêmes, de confession musulmane (présentés alors comme hérétiques ou corrompus). L'auteur compare l'eschatologie apocalyptique de l'islam – la venue du Mahdi des derniers jours, précédée d'une époque de chaos mondial (fitna) – avec celle des chrétiens et des juifs. Ces derniers, expulsés d'Espagne, avaient trouvé refuge dans l'Empire ottoman, et certains de leurs penseurs, comme Eliahu Capsali, voyaient dans le Sultan une sorte de « premier Messie » ouvrant la voie à la restauratio des juifs sur leur Terre promise. L'essor du nationalisme turc laïque au début du xxe siècle mettra fin à la longue histoire du sultanat ottoman.

3Richard Faber a contribué à deux essais fort intéressants : l'un sur le roman Benito Cereno de Hermann Melville et l'autre, qui nous intéresse plus directement, sur l'idéologie « chrétienne occidentale » dans l'Europe du xxe siècle. Analysant les écrits de plusieurs penseurs allemands, certains connus – comme Carl Schmitt et E.R. Curtius – et d'autres oubliés aujourd'hui – Th. Haecker, G. Moenius, F. Heer –, il montre la formation d'un discours politico-religieux qui trace une ligne de continuité ininterrompue depuis l'Imperium romanum jusqu'aux empires européens et américain modernes, en passant par la médiation décisive du Sacrum imperium de Karl der Grosse (Charlemagne). Cette doctrine est résolument confessionnelle et voit dans l'Empereur Constantin et la latinitas médiévale les sources spirituelles de l'Occident euro-américain. Par contre, le concept de Pax Americana – utilisé par des documents officiels du Pentagone – et l'inscription sur chaque billet américain de la devise de Virgile, Novus ordo seclorum, témoignent d'un rapport de l'idéologie impériale américaine directement avec le modèle romain, sans la médiation historique du Saint Empire romain germanique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « Richard Faber, éd., Imperialismus in Geschichte und Gegenwart », Archives de sciences sociales des religions, 131-132 | 2005, 215-311.

Référence électronique

Michael Löwy, « Richard Faber, éd., Imperialismus in Geschichte und Gegenwart », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 131-132 | juillet - décembre 2005, document 132-22, mis en ligne le 20 février 2006, consulté le 23 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/3139

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org