Navigation – Plan du site
Recensions

Sylvain Parent, Aurélien Girard, Laura Pettinaroli, Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains

Paris, Éditions Autrement, coll. « Atlas/Monde », 2016, 96 p.
Rodolfo de Roux
p. 365
Référence(s) :

Sylvain Parent, Aurélien Girard, Laura Pettinaroli, Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains, Paris, Éditions Autrement, coll. « Atlas/Monde », 2016, 96 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage, par la taille, mais non par son contenu, tient la promesse faite dès son « Introduction » : rendre compte, en moins de cent pages, de la diffusion spatiale des identités chrétiennes sur près de vingt siècles en montrant le déplacement du centre de gravité du christianisme au cours de son histoire. Celui-ci est à présent très largement minoritaire dans la partie orientale du bassin méditerranéen où il est né. Et si, jusqu’au début du xvie siècle, la quasi-totalité des chrétiens était concentrée en Europe, en 2010 cette dernière ne comptait plus que 25,9 % des 2,2 milliards de fidèles, toutes Églises et confessions chrétiennes confondues. Le dynamisme vient maintenant des Amériques, mais aussi et surtout de l’Afrique subsaharienne, où le nombre des chrétiens a explosé depuis la deuxième moitié du xxe siècle jusqu’à constituer près de 24 % des chrétiens dans le monde à l’heure actuelle.

2Pour éclairer ces évolutions et recompositions récentes, l’atlas dirigé par Sylvain Parent privilégie une approche historique large plutôt que de se limiter à une présentation détaillée du christianisme contemporain. L’autre caractéristique de l’ouvrage est son approche globale de l’implantation du christianisme. La prise en compte de toutes les aires géographiques et confessions permet de mieux dégager des héritages multiples et fait ressortir les conditions de la diversification des Églises chrétiennes au cours des siècles.

3Afin de répondre à ce choix de globalité et de longue durée, l’ouvrage s’articule autour de cinq parties thématiques. La première partie, « Expansion », part des fondements du christianisme en insistant tout particulièrement sur sa dynamique missionnaire et sur ses étapes clés, exposées en huit thèmes : la naissance du christianisme ; sa diffusion dans l’Empire romain ; la christianisation de l’espace urbain, avec l’exemple de Rome ; la conversion de l’Occident au Moyen Âge ; les ordres mendiants et l’ouverture du christianisme sur le monde aux xiiie et xive siècles ; la conquête spirituelle des Amériques ; les missions en Afrique ; le christianisme en Asie et dans le Pacifique. Comme pour le reste de l’ouvrage, chaque thème occupe deux pages de texte explicatif, avec cartes et graphiques.

4La seconde partie, « Un christianisme pluriel », expose en douze points thématiques la diversité des principales Églises chrétiennes depuis l’Antiquité, et revient sur les scissions multiples qui les ont déchirées – et les déchirent encore. La troisième partie, « Pratiques du christianisme », est constituée des cinq thèmes suivants : le monachisme ; les saints et la sainteté ; les pèlerinages ; le christianisme au féminin ; les Églises et l’enseignement du Moyen Âge aux Temps modernes. La quatrième partie, « Les chrétiens et les autres : cohabitation et conflits », met en avant les rapports des Églises chrétiennes avec les autres religions monothéistes en abordant les thèmes suivants : les communautés chrétiennes en terre d’Islam au Moyen Âge ; Jérusalem à l’époque des croisades ; les chrétiens du Moyen-Orient, des Ottomans à nos jours ; chrétiens et Juifs en Occident, du Moyen Âge aux Temps modernes ; de l’Inquisition à la censure : répression et contrôle dans l’Église catholique. Enfin, la dernière partie traite quelques-uns des défis auxquels les Églises chrétiennes sont confrontées depuis la fin du xxe siècle : la déchristianisation en Europe ; l’Église catholique face à la modernité ; l’expansion du pentecôtisme et du charismatisme ; l’œcuménisme et le dialogue interreligieux ; les persécutions contemporaines en Europe ; les chrétiens dans la diplomatie et l’humanitaire.

5Grâce à des cartes et des graphiques aux couleurs vives qui agrémentent sa consultation et à des commentaires historiques qui vont à l’essentiel de chaque thème, cet atlas constitue une bonne initiation à la compréhension des dynamiques spatio-temporelles de la diffusion et de l’implantation du christianisme dans toute sa diversité. Dans l’éventualité d’une seconde édition, les corrections suivantes devraient être apportées : les jésuites développèrent le système des « réductions » au Paraguay à partir de 1609, et non de 1605 (p. 22) ; à la page 26, il est écrit que le diocèse de Goa fut créé en 1534, mais la carte de la page 27 indique 1533 – il faudrait choisir entre 1533 (31 janvier), date de la création du diocèse, ou 1534 (3 novembre), date où le pape Paul III a confirmé l’érection du diocèse. Il serait également bienvenu d’inclure des cartes, graphiques et textes expliquant de façon plus détaillée les dynamiques religieuses aux xxe et xxie siècles dans les Amériques et dans l’Afrique subsaharienne, où se trouvent actuellement un peu plus de 60 % de la totalité des chrétiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodolfo de Roux, « Sylvain Parent, Aurélien Girard, Laura Pettinaroli, Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains », Archives de sciences sociales des religions, 176 | 2016, 365.

Référence électronique

Rodolfo de Roux, « Sylvain Parent, Aurélien Girard, Laura Pettinaroli, Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 176 | octobre-décembre 2016, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/28346

Haut de page

Auteur

Rodolfo de Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org