Navigation – Plan du site
L’atelier des sciences sociales du religieux
Serge Bonnet et la « religion populaire »

Le débat sur le catholicisme populaire en France (1960-1980)

Une crise de légitimité
André Rousseau
p. 137-152

Note de l’auteur

Dans les années 1970, en Amérique latine, en Europe francophone et au Québec, la sociologie a été prise dans un débat à triple entrée sur la « religion populaire ». Elle a pu d’abord être invoquée comme argument face aux historiens et aux clercs. Des sociologues ont ensuite inscrit la question dans les effets divers du concile Vatican II, ainsi que dans les théories de la sécularisation, puisque l’une des acceptions du terme religion « populaire » renvoie à ce qu’il y a d’archaïque ou peu rationalisé, dans les attitudes religieuses. Enfin ce débat soulevait la question de la différenciation des comportements religieux selon les classes sociales et ipso facto, celle des effets de ce phénomène sur la dynamique interne au monde catholique.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les armes de la critique : échos d’un débat
Les protagonistes
Les prises de position de Serge Bonnet
De Bonnet à Bourdieu et la culture légitime
La critique des armes : nouvelles perspectives sur la légitimité culturelle
Les classes populaires et la domination culturelle
Conclusion : improbables équilibres ?

Aperçu du texte

On n’a peut-être pas suffisamment prêté attention à certains éléments de la chronologie des publications. Ce qui attire la mienne en tout cas est peut-être idiosyncrasique, et tient à la contribution écrite que j’ai apportée au débat. Si l’on prend comme point de départ le travail de Serge Bonnet sur Saint Rouin (1956), on pourrait remarquer que le dernier numéro de Jeunesse de l’Église est de 1955, dont la préoccupation missionnaire identifie le « peuple » chrétien à la classe ouvrière et celle-ci au Parti communiste. En 1963, la revue Parole et Mission titre : « Les sacrements livrés à l’incroyance », tandis que Bonnet ferraille avec le clergé, dès 1969, sur la volonté de supprimer la communion solennelle et sur le catholicisme populaire jusqu’en 1977. Mais cette année-là, il le fait dans le cadre d’un colloque organisé par le CNRS sur le sujet, tandis que François-André Isambert avait posé un premier diagnostic sociologique sur la question et ses protagonistes en 1975, et y revie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Rousseau, « Le débat sur le catholicisme populaire en France (1960-1980) », Archives de sciences sociales des religions, 176 | 2016, 137-152.

Référence électronique

André Rousseau, « Le débat sur le catholicisme populaire en France (1960-1980) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 176 | octobre-décembre 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/28122 ; DOI : 10.4000/assr.28122

Haut de page

Auteur

André Rousseau

Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université Bretagne Occidentale, rousseauandre18@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org