Navigation – Plan du site
Figures de l’entrepreneur religieux

La finance islamique en France : que valent ces paroles ?

The Islamic finance in France: what is the value of these words?
La finanza islámica en Francia: cual es el valor de estas palabras?
Marie-Liesse de Luxembourg
p. 159-180

Résumés

La « finance islamique » recueille la sympathie de bien des jeunes musulmans en France : ils appellent de leur souhait le développement d’un ensemble de techniques qui permettrait à la fois un développement équitable des pays émergents, l’harmonie sociale et la reconnaissance des hautes exigences morales de l’Islam, ainsi que l’exercice d’un métier aussi gratifiant matériellement que symboliquement. L’enquête dans divers lieux d’expression de ce savoir économique, de Londres à Strasbourg en passant par Kuala Lumpur, rend compte de la perception de cette réalité par la « communauté des croyants de la finance islamique ». On voit naturellement apparaître une tension entre les logiques économiques et des ambitions spirituelles pas toujours rentables pour les investisseurs... Et c’est probablement en France que s’exprime le plus fortement la contradiction entre l’absence manifeste de réalité économique et la force de la croyance.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Dans les pays où l’islam est une référence constitutionnelle
Des principes
Fiction juridique ou unité de fait ?
Une origine plausible
Les entrepreneurs de la finance islamique
Une finance islamique à la française ?
Des réseaux
Anouar Hassoune : le pionnier
Les courtiers
Quel est l’Islam de la finance islamique en France ?
Les entrepreneurs : des conférenciers jeunes
Entre islamic pride et communauté de destin

Aperçu du texte

Finance islamique. Chacun de ces termes paraît si grevé de préjugés qu’il faut l’innocence de la jeunesse pour trouver quelque enthousiasme à cette rencontre. Dans les mois qui ont suivi la débâcle de la bulle immobilière transatlantique et des banques impliquées, il semblait pourtant nécessaire de changer les principes de fonctionnement du système financier, de rompre avec la spéculation, avec l’incertitude des contrats aléatoires qui avaient transformé l’économie en « casino », avec l’intérêt signe de rapacité. C’est tout ce que proposait la finance islamique, qui intéressait alors la ministre de l’Économie et les banquiers parisiens d’Europlace, tentait certains des promoteurs de l’économie sociale et solidaire, suscitait le débat dans les media et à l’Assemblée Nationale tandis que la DST enquêtait sur le financement de réseaux terroristes et les juristes sur les montages, comme celui qui avait permis à une filiale de l’Union des Banques Suisses d’acquérir le 1, Trafalgar Square...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Liesse de Luxembourg, « La finance islamique en France : que valent ces paroles ? », Archives de sciences sociales des religions, 175 | 2016, 159-180.

Référence électronique

Marie-Liesse de Luxembourg, « La finance islamique en France : que valent ces paroles ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 175 | juillet-septembre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/27961 ; DOI : 10.4000/assr.27961

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org