Navigation – Plan du site
Figures de l’entrepreneur religieux

Jésuites ou jansénistes ?

Affiliations marchandes au XVIIIe siècle
Jesuits and Jansenists. The religious choices of the merchants in eighteenth-century France
¿Jesuitas o jansenistas? Las opciones religiosas de los mercaderes franceses en el siglo 18
Nicolas Lyon-Caen
p. 25-46

Résumés

Au xviiie siècle, les manifestations d’engagement dévot jouent un rôle crucial au sein d’élites marchandes qu’on décrit volontiers comme gagnées sinon aux Lumières, du moins à une privatisation et à une intériorisation du croire. À rebours de cette « fidélité passive », l’accent est ici mis sur le sens et la motivation de gestes exprimant publiquement un soutien en faveur des jansénistes ou des jésuites. Les traces en sont nombreuses : legs, hébergement, participation au culte du diacre Paris, participation aux sociabilités liées aux collèges ou noviciats jésuites ou à des confréries, propos tenus dans les livres de raison ou les écrits du fors privé, etc. Ces orientations partisanes ne traduisent pas l’adhésion intellectuelle à une doctrine qui serait en conformité avec les intérêts d’une classe marchande. Elles sont plutôt le résultat d’interactions sociales, situées à la fois localement et chronologiquement, et structurent puissamment les relations entrepreneuriales et de travail. Au-delà de pratiques parfois opportunistes, parfois sincères, ces choix illustrent la difficulté à singulariser le religieux au sein d’une description des groupes sociaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

L’engagement : faire plutôt que croire
Des engagements opposés pour une cause commune
Un engagement collectif

Aperçu du texte

L’alliance entre la bourgeoisie et les Lumières a longtemps constitué sinon un dogme, du moins un axiome de la représentation d’un xviiie siècle placé depuis Groethuysen au moins sous le signe du détachement des élites économiques vis-à-vis des pratiques et des enseignements de l’Église (Groethuysen, 1927 ; Roche, 1978). Comme le formulait Robert Mauzi, « de moins en moins chrétien », le bourgeois est « résolument attaché à un ordre humain » et ne « sait se ressouvenir de l’ordre surnaturel [que] dès que le premier est en péril » (Mauzi, 1979 : 282 et 284). Mais cette lecture est aujourd’hui fortement nuancée. L’historiographie récente, inspirée par la sociologie du fait religieux contemporain, s’est d’avantage consacrée à montrer des Lumières caractérisées par une intériorisation du croire, un redéploiement vers la sphère du privé, une fidélité certes plus passive mais aussi plus personnalisée, au sein d’une religion catholique « en transition » (Châtellier, 2000 ; Gauchet, 2007). ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lyon-Caen, « Jésuites ou jansénistes ? », Archives de sciences sociales des religions, 175 | 2016, 25-46.

Référence électronique

Nicolas Lyon-Caen, « Jésuites ou jansénistes ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 175 | juillet-septembre 2016, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/27889 ; DOI : 10.4000/assr.27889

Haut de page

Auteur

Nicolas Lyon-Caen

Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS, ENS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, nicolas.lyon-caen@ens.fr

Articles du même auteur

  • Demeurer à Babylone [Texte intégral]
    Les jansénistes parisiens à la fin du XVIIIe siècle : entre consommation matérielle et espoirs messianiques
    Paru dans Archives de sciences sociales des religions, 165 | janvier-mars 2014
Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org