Navigation – Plan du site
La vie de la matière

Stones Who Love Me

Dimensionality, Enclosure and Petrification in Andean Culture
Des pierres qui m’aiment : dimensionnalité, imbrication et pétrification dans la culture andine
Piedras que me aman: dimensión, imbricación y petrificación en la cultura andina
Catherine J. Allen
p. 327-346

Résumés

Dans les communautés quechuaphones et aymaraphones des hautes Andes, certains petits objets de pierre (inqaychu, illa) renferment le bien-être de leurs propriétaires humains. Désignés par les expressions : « ceux qui vivent » et « ceux qui aiment » ils sont considérés comme des dons accordés par des lieux puissants qui contrôlent la vitalité et la reproduction des animaux des troupeaux. Ces objets prennent leur naissance aux temps de réajustement et de transition cosmique. En ces moments, un individu chanceux qui rencontre un bel animal, s’il le capture, verra cet animal se rétrécir et devenir une petite pierre. Ce article explore le caractère animé de ces pierres, mettant l’accent sur le défi à nos modes usuels de pensée, d’analyse et de pratique que représente le caractère animé – le statut de personne – que l’on attribue à ces « pierres qui nous aiment ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Inqaychu: the living one
Points of View
Through the Water Doors
We raise them and they raise us
Animate Earth: Nested and Nesting
Turning points
The Animacy of Stone
Animu
Finding the right words
Starving stones

Aperçu du texte

Photos 1. a) Inqaychu in the form of a ram. One leg is broken, which may account for its having been sold in Cuzco, Peru, as discussed in the final section of the paper. It measures approximately 7 cm × 5 cm × 3 cm

b) Inqaychu in the form of an alpaca. The hole in its back would have been filled with fat. It measures approximately 7 cm × 4 cm × 2 cm

c) Small inqaychu in the form of a llama. It measures approximately 4 cm × 2.5 cm × .5 cm

© Catherine J. Allen

Inqaychu: the living one

In many Andean highland communities, tiny stone animals called inqaychu (Photos 1 a-c) slumber in beds of coca leaves, bundled in finely woven napkins and hidden away in the niches and rafters of adobe houses. At intervals these sleepers are roused and removed from hiding (on the first of August, during Carnival at the beginning of Lent, during the feast of St. John the Baptist on June 24, and often during a feast day in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine J. Allen, « Stones Who Love Me », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 327-346.

Référence électronique

Catherine J. Allen, « Stones Who Love Me », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/27854 ; DOI : 10.4000/assr.27854

Haut de page

Auteur

Catherine J. Allen

Department of Anthropology,The George Washington University, kitallen@gwu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org