Navigation – Plan du site
La vie de la matière

Les « Pots-esprits » et leurs « maisons »

Étude d’un complexe d’objets rituels chez les Sora
The “Spirit-pots” and their “houses”. Study of a set of ritual objects among the Sora
Los “cuencos espíritu” y sus “casas”. Estudio de un conjunto de objetos rituales en los Sora
Cécile Guillaume-Pey
p. 303-326

Résumés

Chez les Sora, un groupe tribal du centre-est de l’Inde, un complexe d’objets, de substances et d’images matérialise le divin dans la pièce centrale des habitations. L’étude porte en particulier sur les récipients en argile désignés par l’expression « pots-esprits », lesquels sont associés à différents types d’agents – humains et non-humains –, ainsi que sur les peintures murales au pied desquelles ils sont posés. Ces dernières correspondent à des « maisons » en deux dimensions destinées à des puissances invitées à les habiter lors du rituel présidant à leur création. Le complexe pot-peinture, devant lequel des sacrifices sont régulièrement exécutés, doit-il être appréhendé comme un autel dédié à des puissances invisibles, transcendantes, ou bien comme une « chose-dieu » qui ne renvoie qu’à elle-même ? Il s’agit de s’interroger sur le statut ontologique de ces divers objets et images abreuvés de sang réunis au sein d’un même espace ainsi que sur les ressorts de leur efficacité, laquelle est parfois mise en péril.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Du « pot-esprit » au « pot-personne »
Localiser, canaliser, transformer : les pots-esprits et leur mode d’action
Consacrer, nourrir, nommer, briser : étapes de la vie d’un pot
Autour du pot : une « maison »
Fabriquer des maisons avec du riz, du sang et des chants
Décrire, captiver ou narrer ? Modes d’action des ididun’ung
Supports des esprits en transit : des maisons sans propriétaires ?

Aperçu du texte

Chez les Sora, un groupe tribal concentré dans des villages situés au centre-est de l’Inde, à la frontière entre l’Odisha et l’Andhra Pradesh, un complexe d’objets, de substances et d’images matérialise le divin dans la pièce centrale des habitations. On s’intéressera en particulier aux pots d’argile remplis de céréales, d’objets rituels miniatures, de poudre vermillon et d’encens, ainsi qu’aux peintures murales au pied desquelles ils sont posés. Ces dernières correspondent à des « maisons » en deux dimensions destinées à des puissances invitées à les habiter lors du rituel présidant à leur création. L’installation de pots et la réalisation d’images peuvent intervenir en divers contextes rituels : construction d’une maison, rites agraires, rites de cure, naissance d’un enfant ou encore mariage célébré entre un spécialiste religieux et sa divinité tutélaire. À l’instar de nombreux objets rituels que l’on peut qualifier de « forts », de « puissants », ou d’« efficaces », on a affaire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Guillaume-Pey, « Les « Pots-esprits » et leurs « maisons » », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 303-326.

Référence électronique

Cécile Guillaume-Pey, « Les « Pots-esprits » et leurs « maisons » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/27845 ; DOI : 10.4000/assr.27845

Haut de page

Auteur

Cécile Guillaume-Pey

Centre d’Anthropologie Sociale, Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires, CNRS, EHESS, Université Toulouse Jean Jaurès, heyokcha@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org