Navigation – Plan du site
La vie de la matière

Le sacrifice comme mode de construction

Du sang versé sur les fétiches (mandingues)
Sacrifice as a construction mode. Pouring blood on fetishes (Mandingues)
El sacrificio como modo de construcción. De la sangre derramada sobre los fetiches (mandingas)
Agnieszka Kedzierska-Manzon
p. 279-301

Résumés

En pays mandé (Mali, Côte d’Ivoire, Guinée), l’usage de certains artefacts matériels pour influer sur le destin collectif et individuel est très répandu. De taille et forme variées, ces artefacts fonctionnent comme des sujets dotés d’une capacité d’action dans l’expérience de leurs partenaires humains qui leur adressent la parole et les sacrifices sanglants. Contrairement à l’interprétation classique de tels sacrifices comme mode de communication avec l’invisible, l’analyse des « affordances » du sang mobilisées dans leur cadre révèle qu’ils s’apparentent davantage à un mode de construction. En raison de son caractère polymorphe tant sur le plan de la consistance que celui de la couleur, le sang sacrificiel, versé sur ces dieux toujours en devenir que sont les fétiches, joue un rôle essentiel dans leur constitution et leur conceptualisation, permettant de les façonner de manière sans cesse renouvelée. Offrant aux humains nécessiteux un interlocuteur à jamais inachevé mais à vocation de persister, le sacrifice ouvre ainsi la porte au changement continu et aux négociations permanentes des rapports sociaux existants de même qu’à la création des nouveaux arrangements dans un univers perpétuellement en mutation.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

sacrificio, fetiches, sangre, ritual, África
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le sacrifice en Afrique : un petit tour d’horizon
Les choses-personnes en pays mandé
Le sacrifice à l’intention des choses-personnes : sa logique et ses supports
Des « dieux en cours de construction »

Aperçu du texte

Le sacrifice, ce « rite religieux majeur » (De Heusch, 1986 : 13) a fait couler beaucoup d’encre en anthropologie. Objet d’études désormais classiques (Mauss, 1968 [1899] ; Evans-Pritchard, 1956 ; Lévi-Strauss, 1962 ; de Heusch, 1986), c’est aussi autour de ce thème que s’articule dans les années 1970 le programme de recherche de « Système de Pensée en Afrique Noire », un des plus importants laboratoires africanistes français. Les enquêtes menées par ses membres, auxquels s’associent quelques indianistes et hellénistes, donnent lieu à de nombreuses publications dont cinq volumes – trente-neuf contributions au total – de la revue dont le laboratoire est éponyme. Vu leur qualité ainsi que l’abondance d’autres textes sur le sacrifice, à quoi bon revenir sur ce dossier ?

Un tel retour me semble souhaitable dans la mesure où, à quelques exceptions près, les travaux existants tendent à faire l’impasse sur la dimension matérielle de ce rite, même ceux qui, en apparence, s’y intéressent, en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnieszka Kedzierska-Manzon, « Le sacrifice comme mode de construction », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 279-301.

Référence électronique

Agnieszka Kedzierska-Manzon, « Le sacrifice comme mode de construction », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/27839 ; DOI : 10.4000/assr.27839

Haut de page

Auteur

Agnieszka Kedzierska-Manzon

Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires, Centre d’anthropologie sociale (LISST, CAS), Université Jean Jaurès, Toulouse, akedzierskamanzon@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org