Navigation – Plan du site
La vie de la matière

Cadavres et churinga

Des objets cultuels exemplaires ?
The Corpse and the Churinga as Exemplary Ritual Objects
Cadáveres y churinga: ¿objetos culturales ejemplares?
Marika Moisseeff
p. 255-278

Résumés

À l’instar de cet objet cultuel paradigmatique de la littérature anthropologique qu’est le churinga des Aranda, les artefacts rituels considérés comme les plus sacrés dans nombre de sociétés exotiques se singularisent par une matérialité paradoxale allant de pair avec leur aptitude à engendrer des émotions d’une exceptionnelle violence. Cet article montre que ces qualités sont également partagées par le cadavre qui doit en conséquence être appréhendé comme un objet cultuel naturel. Cette perspective permet d’envisager le corps comme la pièce maîtresse d’un culte laïc compatible avec le sacré reposant sur l’institution médicale dont l’emprise de plus en plus prégnante, dans l’Occident contemporain, permet aujourd’hui de conférer au corps mort le statut de quasi relique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

De l’art d’évoquer l’effroi
De l’inquiétante étrangeté du cadavre
Les soubassements physiologiques de l’effroi
Un macchabée « qui nous f’ra dégueuler »
Le corps, matière et instrument des rites médicaux
Un sacré compatible avec la laïcité
De l’immortalité des corps dans l’Occident contemporain

Aperçu du texte

La mort a un double aspect : elle est le non-être. Mais elle est aussi l’être, l’être atrocement matériel du cadavre (M. Kundera, 1987 [1978] : 262, cité par H. Guy, 2012 : 3).
Car un cadavre est essentiellement une absence, une chose quittée [...] : celui que nous aimons [...] laisse entre nos bras cette part de son être, la seule visible, la seule tangible, et qui pourtant ne lui ressemble plus (F. Mauriac, 1934 : 53, cité par J. Candau, 2012 : 33).

Je me propose ici de montrer que le cadavre possède naturellement toutes les qualités requises pour être investi du rôle dévolu dans des sociétés non occidentales, en l’occurrence océaniennes, à des artefacts considérés comme des plus sacrés qui ont focalisé l’attention d’un certain nombre d’ethnologues. Pour ce faire, je prendrai appui sur les travaux que j’ai menés sur l’un des objets cultuels des Aranda, un groupe aborigène du désert central australien : le churinga ou tjurunga (Moisseeff, 1994, 1995). De fait, cet objet occupe une pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marika Moisseeff, « Cadavres et churinga », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 255-278.

Référence électronique

Marika Moisseeff, « Cadavres et churinga », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/27826 ; DOI : 10.4000/assr.27826

Haut de page

Auteur

Marika Moisseeff

Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS, marika.moisseeff@college-de-france.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org