Navigation – Plan du site
La vie de la matière

La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie

The discipline of drunkenness in a Muslim brotherhood of Turkey
La disciplina de la embriaguez en una cofradía musulmana de Turquía
Nicolas Elias
p. 241-254

Résumés

Quel sens (et quels effets) peut avoir la consommation rituelle d’alcool au sein d’une confrérie qui se réclame explicitement de l’islam ? C’est à cette question que s’attache ce texte, à partir d’une enquête dans un village de la Turquie méridionale affilié à la confrérie bektaşi. Là, lors des rituels du cem, de l’alcool est consommé en quantité conséquente. Mais l’ivresse ainsi instituée doit se comprendre en relation avec une éthique de la maîtrise du corps – « de la main, de la langue et des reins » – et relève dès lors de l’épreuve spirituelle. De sorte que l’alcool n’y est plus l’objet d’un contrôle social mais le moyen d’une discipline de soi. Et joue un rôle majeur dans la structuration de l’ordre confrérique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Instituer l’ivresse
Discipliner le corps
Émousser l’ego
La loi et la voie
Structurer un ordre

Aperçu du texte

« Sans alcool, il n’y a pas de liturgie possible » (dem yoksa ibadet olmaz). De la part d’un dignitaire bektaşi, une confrérie majeure de l’islam anatolien et balkanique, ces propos ont tout l’air d’une provocation. Que ceux qui se réclament de l’autorité de Hacı Bektaş Veli, « saint » de l’Anatolie médiévale qui donna son nom à la confrérie bektaşi, prennent des libertés avec les interdits religieux est, en Turquie, de notoriété publique. Ils sont accusés, généralement à raison, de ne pas se joindre aux prières à la mosquée, de ne pas observer le jeûne du ramadan ou encore de consommer de l’alcool malgré l’interdit (haram). De fait, la confrérie professe une compréhension ésotérique de l’islam, dans laquelle le Coran est remplacé par les enseignements de maîtres passés sous la forme de poèmes ou d’hagiographies (vilayetname) en langue turque. Mais que certains d’entre eux aillent jusqu’à boire durant la cérémonie, jusqu’à faire de la transgression un acte de piété, voilà qui est pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Elias, « La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 241-254.

Référence électronique

Nicolas Elias, « La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/27818 ; DOI : 10.4000/assr.27818

Haut de page

Auteur

Nicolas Elias

Musée du Quai Branly, Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, ruesaintlazare@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org