Navigation – Plan du site

Inculturation ou ethnicisation. Les pratiques religieuses des Pondichériens catholiques en île-de-france

Brigitte Sébastia
p. 99-126

Résumés

Confrontée au double mouvement de décolonisation et de migration, l’Église, depuis le second concile du Vatican, s’est donnée les priorités de favoriser l’intégration des communautés catholiques au sein de leur propre culture (niveau indigène), et de favoriser l’intégration des différentes communautés catholiques migrantes au sein des pays d’accueil (niveau exogène). L’article traite de ces questions à travers le cas de l’Inde et de la communauté pondichérienne installée en Île-de-France. Les exemples présentés démontrent un important décalage entre les perspectives ecclésiales et ses applications. L’élite cléricale indienne, invitée à réfléchir sur les moyens d’« inculturer » le catholicisme en tenant compte de la sensibilité indienne, se montre plus soucieuse de créer une « Église authentiquement indienne » qu’à répondre aux besoins réels de sa communauté. Aussi, les traits d’inculturation qu’elle introduit dans la liturgie ne sont guère pratiqués en Inde du fait de leur connotation hindoue. En revanche, ils suscitent un vif intérêt auprès des Pondichériens de France qui les considèrent comme des marqueurs de l’identité indienne. Ils apparaissent dans les messes tamoules dès lors que les Pondichériens sont dotés d’un aumônier tamoul ou lorsqu’ils sont invités à présenter devant la communauté paroissiale, une messe selon la coutume du pays. Les objectifs ecclésiaux visent l’intégration des communautés culturellement plurielles au sein de la grande famille catholique, mais la présence d’aumôniers tamouls a favorisé l’expression d’un catholicisme « à l’indienne » marqué par les jeux de pouvoir basés sur des critères indiens (caste ; statut économique) ou français (grade militaire). Ces rivalités ont provoqué l’éclatement de la communauté en six groupes qui se font mutuellement concurrence. Cette émulation apparaît nettement à travers les innovations ou l’ajout d’un rite d’inculturation dans certaines messes annuelles organisées par les «.Communautés.» qui possèdent une statue de la Vierge de Velankan≥n≥i (Vierge apparue au Tamil Nadu) dans leur paroisse. Dans ce cas, les traits d’inculturation fonctionnent comme des marqueurs d’altérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Sébastia, « Inculturation ou ethnicisation. Les pratiques religieuses des Pondichériens catholiques en île-de-france », Archives de sciences sociales des religions, 119 | 2002, 99-126.

Référence électronique

Brigitte Sébastia, « Inculturation ou ethnicisation. Les pratiques religieuses des Pondichériens catholiques en île-de-france », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 119 | juillet - septembre 2002, mis en ligne le 22 novembre 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/2778 ; DOI : 10.4000/assr.2778

Haut de page

Auteur

Brigitte Sébastia

Centre d’anthropologie de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org