Navigation – Plan du site
Expériences esthétiques

Couleurs, rituels et normes religieuses en Grèce ancienne

Colors, rituals and religious norms in ancient Greece
Colores, rituales y normas religiosas en la Grecia antigua
Adeline Grand-Clément
p. 127-147

Résumés

Dans le système de représentations des Grecs anciens, la poikilia (« bigarrure ») était mise en relation avec l’harmonie et la disposition harmonique (disposición armó) du monde. Mais quel rôle jouaient exactement les couleurs dans les dispositifs rituels, destinés précisément à entretenir de bons rapports avec les puissances divines et maintenir cet ordre cosmique ? Les Grecs leur attribuaient-ils une valeur intrinsèque, un mode d’action propre, une forme d’agency ? L’étude des inscriptions réglementant les actes du culte et les comportements dans les sanctuaires et lors des rituels révèle que les couleurs peuvent faire l’objet d’une attention particulière dans trois types de cas. D’abord, la blancheur de certaines substances ou matières peut servir à effacer les traces de souillure et à garantir la pureté rituelle au sein de l’espace sacré, pour assurer une communication harmonieuse avec les dieux. Ensuite, la couleur peut être l’une des caractéristiques exigées des animaux sacrifiés aux dieux. Il s’agit souvent de se procurer des bêtes « sans tache », au pelage uniforme, tantôt blanc, tantôt noir, plus rarement roux. Enfin, la couleur et le décor des vêtements du prêtre et des fidèles font l’objet d’une réglementation parfois stricte. Il s’agit alors de distinguer, de hiérarchiser les différents acteurs en fonction de leur statut social et de leur degré de participation aux rituels, mais aussi de garantir l’efficacité des rites.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Blancheur et pureté rituelle
Couleurs et victimes sacrificielles
Des couleurs liturgiques ?

Aperçu du texte

En permettant la production de pigments et de colorants de synthèse, la révolution technologique du xixe siècle a entraîné, dans les sociétés européennes, un « désenchantement » de la couleur (Taussig, 2009). Cette dernière a alors perdu le rôle de « substance magique polymorphe » (polymorphous magical substance) qui était le sien jusque-là et qui lui reste dévolu dans nombre de sociétés non occidentales. Les Indiens Chamacoco du Paraguay, par exemple, considèrent que les couleurs exercent une forme de pouvoir sur les objets : elles contraignent ceux-ci à « révéler des significations cachées, significations qui ne sont ni complètes ni durables, sans doute, mais qui peuvent renvoyer, de façon toujours très détournée, à des vérités qui resteraient sinon enfouies » (Escobar, 2007 : 66). Créditées de ce pouvoir de « révélation », les couleurs peuvent aussi être pensées comme exerçant une influence directe sur le monde sensible, par-delà la sphère du visible : « Étendue sur l’épiderme ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Grand-Clément, « Couleurs, rituels et normes religieuses en Grèce ancienne », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 127-147.

Référence électronique

Adeline Grand-Clément, « Couleurs, rituels et normes religieuses en Grèce ancienne », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/27750 ; DOI : 10.4000/assr.27750

Haut de page

Auteur

Adeline Grand-Clément

Équipe PLH-ERASME, Université Toulouse 2 Jean Jaurès, adelinegc@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org