Navigation – Plan du site
Parcours politiques des objets

La très petite image de Notre-Dame de Soufanieh

Our Mother of Soufanieh’s very small image
La pequeña imagen de Nuestra Señora de Soufanieh
Emma Aubin-Boltanski
p. 101-123

Résumés

Au Liban et en Syrie, deux espaces politiques étroitement liés en raison de leur histoire et de leur configuration communautaire, un réseau de mystiques chrétiennes s’est constitué depuis le début des années 1980. Ces femmes, qui officient dans leur appartement ou maison particulière, ne se fréquentent pas ou très rarement. Elles sont néanmoins liées entre elles par Notre-Dame de Soufanieh, une « icône » miraculeuse dont la reproduction se retrouve chez chacune d’entre elles. L’histoire de cette image commence à Damas en novembre 1982, quelques mois après l’insurrection de Hama, dans un contexte d’extrême violence. S’intéresser à sa biographie, à sa matérialité et à son parcours politique apporte un éclairage sur les modalités de présentification de « la Vierge » qui, ici, exprime et provoque – par un déplacement ténu inattendu – un désordre critique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Désordre critique (novembre 1982, Soufanieh)
Une Vierge-risâla
Une icône inattendue
D’une image à l’autre, de passe en passe
L’Hodegetria et Notre-Dame de Kazan
Une très petite image
Tentatives de remise en ordre
Une image maltraitée par les services de renseignement
Une image humiliée par l’Église orthodoxe
Dissémination
L’image enrôlée

Aperçu du texte

Au Liban, la plupart des églises maronites restaurées sont « vidées » de leurs représentations saintes. Cette tendance s’observe depuis la promulgation en 1990 par le Vatican du Code des canons des Églises orientales et la mise en place d’une politique de purification de la liturgie et des lieux de culte de leurs composantes latines. La tendance est aujourd’hui aux pierres apparentes et à la sobriété. L’objectif est à la fois de retrouver l’atmosphère des églises des premiers chrétiens et de valoriser le patrimoine maronite longtemps délaissé au profit d’une latinisation de la vie religieuse. Sont tout particulièrement disqualifiées les statues polychromes, perçues comme des éléments exogènes à la culture locale importés d’Occident.

Ce dénuement contraste de façon saisissante avec l’abondance des images – statues, photos, icônes – qui se bousculent dans le petit appartement d’une mystique de Beyrouth appelée Catherine Fahmi. Dans cet espace transformé en « église de maison », chaque ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Aubin-Boltanski, « La très petite image de Notre-Dame de Soufanieh », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 101-123.

Référence électronique

Emma Aubin-Boltanski, « La très petite image de Notre-Dame de Soufanieh », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/27738 ; DOI : 10.4000/assr.27738

Haut de page

Auteur

Emma Aubin-Boltanski

Centre d’études en sciences sociales du religieux, CéSor, EHESS-CNRS, emma.aubin-boltanski@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org