Navigation – Plan du site
Parcours politiques des objets

Médiation funéraire en Mongolie

Cercueil, yourte miniature et nourriture
Funerary mediation in Mongolia: coffin, miniature yurt and food
Funeraria mediación en Mongolia: ataúd, yurta miniatura y alimentos
Sandrine Ruhlmann
p. 75-100

Résumés

À la fin du xvie siècle, le clergé bouddhique interdit d’adresser de la nourriture sacrificielle aux morts. Aujourd’hui, en contexte postcommuniste de tolérance religieuse où se mêlent des éléments bouddhiques et chamaniques, des familles bouddhistes mobilisent de nouvelles techniques de médiation et de nouveaux artefacts pour instaurer une relation avec les morts. Elles fabriquent des objets (cercueil, yourte miniature), manipulent des matières (bois, tissus, métal) et partagent des substances (nourriture) pour favoriser la bonne renaissance des âmes des morts et entretenir de bonnes relations avec elles. L’analyse praxéologique déployée se fonde sur des descriptions ethnographiques de type monographique, des schémas et des photographies des médiations funéraires contemporaines mongoles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le cercueil, une reconstitution de l’ancien dépôt des morts dans la steppe
La yourte miniature, une maison pour l’âme dans l’au-delà
La nourriture : des purifications, des offrandes et des repas

Aperçu du texte

De nos jours, en contexte postcommuniste de tolérance religieuse, les pratiques funéraires mongoles présentent une combinaison d’éléments de différentes références culturelles : chamanisme, bouddhisme, athéisme et hygiénisme communiste. L’effondrement du régime communiste en 1990 et la reconnaissance du bouddhisme comme religion officielle ont permis un retour aux traditions et notamment l’intégration d’éléments bouddhiques et chamaniques dans le rituel funéraire.

À partir de la fin du xvie siècle, le clergé bouddhique avait déjà fortement investi le traitement de la mort. Il s’était notamment attaqué à la pratique de nourrissement de l’âme du défunt qui jusque-là consistait en de la nourriture brûlée transmise au moyen de la fumée qui montait dans les airs. Un passage renommé de l’Histoire secrète des Mongols (1994, trad. Even, Pop) atteste du partage de nourriture sacrificielle (hešig [kesig mongol classique]) avec les mânes des ancêtres. Au xiiie siècle, les groupes lignagers viva...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Ruhlmann, « Médiation funéraire en Mongolie », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 75-100.

Référence électronique

Sandrine Ruhlmann, « Médiation funéraire en Mongolie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 174 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/27722 ; DOI : 10.4000/assr.27722

Haut de page

Auteur

Sandrine Ruhlmann

Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires, Université Jean Jaurès, Toulouse, sandrine_ruhlmann@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org