Navigation – Plan du site
Varia

Le Maître spirituel au sein du Xidaotang

Enquête sur la reconnaissance d’une autorité sainte en islam soufi chinois (Gansu)
Spiritual Master within Xidaotang. Investigate into the recognition of a holy authority in Chinese Sufi Islam (Gansu)
El Maestro religioso en el seno de Xidaotang. Investiga sobre el reconocimiento de una autoridad santa en Islam sofí chino (Gansu)
Marie-Paule Hille
p. 179-199

Résumés

Cette étude, en restituant le processus de découverte de l’enquête ethnographique, rend compte de la nature du lien qui unit les fidèles du Xidaotang, communauté musulmane chinoise, à leur Maître religieux. En contournant le discours de modernité et de rationalité véhiculé par l’élite religieuse et le milieu scientifique ou politique, l’enquête examine les cadres d’interprétation des formes symboliques propres à la confrérie. L’examen des termes utilisés pour désigner le Maître a d’abord indiqué une résistance des appellations populaires anciennes qui reflètent moins une habitude langagière qu’une réelle capacité de jugement des acteurs. Puis, les critères évoqués par les croyants pour légitimer la nomination de l’actuel chef religieux montrent les cadres de référence auxquels le groupe religieux accorde pertinence et validité. Enfin, la signification que les croyants portent aux signes divins indique que leur croyance est un mode typique de rapport aux formes locales de sainteté.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

« Nous on y croit pas à tout ça, on pratique un islam rationnel »
Les situations sociales d’interlocution : désignation du Maître et degré de familiarité
Le processus de reconnaissance du pouvoir religieux et politique du Maître
Les épreuves de la sainteté

Aperçu du texte

L’enquête se déroule à Lintan – anciennement appelée Taozhou – bourgade multiculturelle du Gansu méridional (nord-ouest de la Chine), située à 2 500 mètres d’altitude, où se côtoient des populations aux cultures et croyances diverses : Tibétains, Chinois musulmans et Chinois non musulmans. Là, parmi les courants islamiques, les mouvements mystiques, centrés autour de leur maître (shaykh) dont on vénère les tombeaux, rivalisent entre eux depuis le xviiie siècle. Puisqu’il en sera question tout au long de cette étude, donnons dès à présent la définition que Gilles Veinstein propose de l’islam soufi :

Cet Islam [...] est celui des ordres ou confréries mystiques, désignés par le terme tarîqa (pluriel : turuq). Le mot signifie littéralement : voie, chemin, et s’appliqua à l’origine à l’itinéraire par lequel le mystique (sûfî) parvient, à travers diverses étapes psychologiques (maqâmât, ahwâl), à une connaissance directe de la réalité divine (haqîqa). Cette « voie » était donc initialement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Paule Hille, « Le Maître spirituel au sein du Xidaotang », Archives de sciences sociales des religions, 173 | 2016, 179-199.

Référence électronique

Marie-Paule Hille, « Le Maître spirituel au sein du Xidaotang », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 173 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/27611 ; DOI : 10.4000/assr.27611

Haut de page

Auteur

Marie-Paule Hille

LabEx Hastec, GSRL, EPHE-CNRS, mp.hille@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org