Navigation – Plan du site
Edmond Ortigues : théologie, philosophie et sciences sociales

D’une thèse l’autre

Le nominalisme dans l’œuvre d’Edmond Ortigues
From a thesis to the other: Nominalism in the work of Edmond Ortigues
De una tesis a la otra: el nominalismo en la obra de Edmond Ortigues
Christophe Grellard
p. 131-144

Résumés

Partant du constat qu’Edmond Ortigues a repris en 1959, dans sa thèse complémentaire de philosophie, plusieurs éléments de sa thèse de théologie de 1948, et qu’il l’a fait en insistant (notamment dans le titre) sur la place du nominalisme, l’étude entend mettre au jour le rôle que joue ce courant de pensée dans la philosophie d’Ortigues. Alors que la thèse de 1948 s’inscrit encore dans une perspective néothomiste qui juge négativement et sévèrement le nominalisme, la prise en compte de nouveaux travaux permet en 1959 de mettre au jour le rôle du nominalisme dans l’introduction de la contingence au sein de l’ecclésiologie et la mise en évidence d’une historicité du salut.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Moyen Âge et modernité dans la thèse de 1948
Le nominalisme en 1948
Les nouvelles sources de 1959
Ce qu’il reste de 1948
Les sources nouvelles relatives au nominalisme
Nominalisme et philosophie de l’histoire
Le rôle théorique du nominalisme en 1959
Le nominalisme dans les œuvres ultérieures

Aperçu du texte

Edmond Ortigues a laissé trois études sur le concile de Trente : la thèse de théologie de 1948, Histoire et Parole de Dieu. Essai sur les rapports entre exégèse et théologie ; l’article « Écriture et tradition apostolique au concile de Trente » paru en 1949 dans les Recherches de sciences religieuses (repris in Ortigues 2007 : 167-186) ; et la thèse complémentaire de philosophie soutenue en 1959 et intitulée Tradition et nominalisme, à propos de la quatrième session du Concile de Trente. La thèse de 1948, soutenue à Lyon, sert indubitablement de matrice aux deux écrits suivants qui en reprennent certains passages textuellement. Néanmoins, la thèse de 1959, soutenue en Sorbonne, en complément de la thèse principale Le discours et le symbole, tout en supprimant les parties proprement théologiques pour conserver principalement les analyses d’histoire intellectuelle, introduit un certain nombre de modifications marginales qui ne sont pas dénuées de signification. Le titre de la thèse, e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Grellard, « D’une thèse l’autre », Archives de sciences sociales des religions, 173 | 2016, 131-144.

Référence électronique

Christophe Grellard, « D’une thèse l’autre », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 173 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/27579 ; DOI : 10.4000/assr.27579

Haut de page

Auteur

Christophe Grellard

École pratique des hautes études, Institut universitaire de France, christophe.grellard@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org