Navigation – Plan du site
Edmond Ortigues : théologie, philosophie et sciences sociales

Edmond Ortigues entre théologie et sciences religieuses

Edmond Ortigues between theology and religious sciences
Edmond Ortigues entre teología y ciencias religiosas
Pierre Gisel
p. 115-130

Résumés

On revient ici sur la thèse de théologie d’Ortigues de 1948, où est posée la question de ce qu’il convient d’entendre par origine, commencement, source, force d’institution et de constitution, et dès lors de ce qui tient les institutions. La thèse en déployait la problématique à propos de débats noués au début des Temps modernes, au xvie, où la « source » ou le fondement prend la forme du « document », ainsi livrée aux historiens, ce qui décale et relance le travail, mais peut aussi y substituer un positivisme, fût-il le positivisme d’une « révélation ». Dans un second temps, on s’interroge sur le passage d’Ortigues dans le champ des sciences des religions, qu’il travaille dans leur positivité, mais comme philosophe. On s’efforce enfin de dire en quoi demeure, par-delà le changement de champ et de discipline, une même interrogation et comment elle est rendue fructueuse au cœur de la réalité sociale qu’est le religieux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La posture d’Ortigues en matière de théologie
La thématique ou le questionnement
D’une hypothèque moderne, de son décalement et de sa problématisation
Lecture de la thèse
Le positionnement d’Ortigues dans le champ des sciences humaines et sociales du religieux
Appendice : bref retour sur la thèse de philosophie

Aperçu du texte

La posture d’Ortigues en matière de théologie

La thématique ou le questionnement

À l’arrière-plan du travail d’Ortigues se tient la question de ce qu’il nommera ultérieurement « l’autorité des commencements » (Ortigues, 2007 : 65, une expression que Dominique Iogna-Prat mettra en exergue) ou la question de l’« origine », une « origine fondatrice », précise Ortigues dans le même texte (p. 70 s.), expression qui apparaît déjà dans un article de 1949, dès sa deuxième phrase (Ortigues, 1949 : 167).

Notons que cette question de l’origine, dite « puissante », a une dimension large, « psychologique » et « anthropologique » (Ortigues, 2007 : 71, 193). Par-delà le « d’où l’on vient » (parents, ancêtres, événements d’un « grand récit » ou d’un plus petit récit, d’une « intrigue » biographique ou d’un « récit de vie »), il y va de ce au nom de quoi on se positionne, socialement et individuellement, ou de ce qui vaut, en fin de compte, comme référence ou allégation de première et dernière instance...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gisel, « Edmond Ortigues entre théologie et sciences religieuses », Archives de sciences sociales des religions, 173 | 2016, 115-130.

Référence électronique

Pierre Gisel, « Edmond Ortigues entre théologie et sciences religieuses », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 173 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 août 2017. URL : http://assr.revues.org/27563 ; DOI : 10.4000/assr.27563

Haut de page

Auteur

Pierre Gisel

Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Lausanne (Suisse), Pierre.Gisel@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org