Navigation – Plan du site
Edmond Ortigues : théologie, philosophie et sciences sociales

Edmond Ortigues et les clercs sortis d’Église dans les années 1950

Edmond Ortigues and the clergy who left the Church in the fifties
Edmond Ortigues y los clérigos salidos de la Iglesia en los años 1950
Frédéric Gugelot
p. 33-49

Résumés

En 1952, un jeune clerc, Edmond Ortigues, quitte le ministère sacerdotal. Ce départ est l’aboutissement d’un cheminement à la fois intellectuel et personnel mais il n’est pas isolé. Jean Massin, des philosophes comme Henry Duméry, Pierre Hadot, Lucien Jerphagnon, Roger Munier, des sociologues : Henri Desroche, Maurice Montuclard et Émile Poulat, des biblistes : Jean Bottéro et Jean Hadot, s’éloignent et rejoignent l’Université, le CNRS et les Écoles des Hautes Études, alors en quête de nouveaux talents. Dans les suites de la guerre et de la Libération, ces clercs sont engagés dans des projets de renouvellement de l’Église qui se heurtent à la reprise en main intransigeante de l’Église de Rome. Fort de leur solide formation, ils réussissent une transition intellectuelle et personnelle. Ces conflits entre conscience et institution les éloignent d’une Église dans laquelle ils ne se reconnaissent plus, tant pour des raisons internes à l’institution que pour des motifs de liberté d’expression et de recherche. L’Église perd ainsi des ressources dans la transmission qui lui manqueront dans les années 1960.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Défections
De l’aspiration à la réforme à la sortie de l’Église
Hétérodoxie, reprise en main et éloignement

Aperçu du texte

En 1952, un jeune clerc, Edmond Ortigues, membre de la Société de Marie, se déclare solidaire de son ami Paul Montuclard, dénoncé comme trop proche des prêtres ouvriers. Il doit alors clarifier ses positions lors de ce qu’il appellera plus tard un « procès de Moscou » où il refuse de renoncer à ses opinions (Ortigues, 2003 : 95-96). Il en déduit que, « l’exercice du ministère sacerdotal est incompatible avec ses positions personnelles ». Un long argumentaire sur « Le problème de la liberté d’expression dans les structures actuelles de l’Église » (Ortigues, 2007 : 27-59) explicite son départ. Ce texte marque la rupture du religieux avec son ordre et son Église. Cette rupture est l’aboutissement d’un cheminement à la fois intellectuel et personnel. Exclu de la Société de Marie, il demande sa réduction à l’état laïc. Cet épisode pourrait n’être qu’un départ de clerc comme l’Église en a connu d’autres dans sa longue histoire.

Mais ce départ n’est pas isolé. Au même moment, les mêmes cond...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Edmond Ortigues et les clercs sortis d’Église dans les années 1950 », Archives de sciences sociales des religions, 173 | 2016, 33-49.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Edmond Ortigues et les clercs sortis d’Église dans les années 1950 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 173 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 28 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/27514 ; DOI : 10.4000/assr.27514

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Centre d’études en sciences sociales du religieux, CéSor, EHESS-CNRS & Centre d’études et de recherche en histoire culturelle, Cerhic, Université de Reims Champagne-Ardenne, frederic.gugelot@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org