Navigation – Plan du site
Informations bibliographiques
130.48

Amanda Porterfield, Peter E. Williams, American Religious History /Perspectives on American Religion and Culture

Malden, Mass., Blackwell, 2002, 338 p. (coll. « Blackwell Readers in American Social and Cultural History »)/ Malden, Mass., Blackwell, 1999, 418 p.
Isabelle Richet
p. 113-202

Texte intégral

1L'intérêt croissant pour l'étude du fait religieux dans les premiers cycles universitaires d'Études américaines et d'histoire des États-Unis, outre-Atlantique comme au Royaume-Uni, explique la multiplication des recueils de textes ou d'articles thématiques alors que, depuis les ouvrages de Sidney Ahlstrom en 1972 et de Catherine Albanese en 1981, aucun auteur ne se risque plus à offrir une synthèse d'un phénomène dont l'étude est désormais dominée par le paradigme pluraliste. On a là deux exemples complémentaires du type de manuels publiés aujourd'hui qui offrent une solide introduction à l'histoire de la religion aux États-Unis. L'ouvrage dirigé par Amanda Porterfield regroupe des sources primaires et des études historiques devenues depuis longtemps des classiques. Dans une introduction très dense, l'auteure présente ce qu'elle considère comme les quatre éléments fondateurs de l'histoire de la religion aux États-Unis : la liberté religieuse, l'expérience individuelle, la vie familiale et les réformes sociales. Ces thèmes ont structuré les choix à la fois des essais historiques et des sources primaires. La première partie regroupe neuf textes allant d'une étude classique de Perry Miller sur les puritains à un article portant sur les femmes musulmanes dans les États-Unis contemporains ; les autres textes portent sur l'émergence du courant évangélique au dix-neuvième siècle, l'establishment protestant libéral, le fondamentalisme, le catholicisme, le judaïsme et le bouddhisme. Chacun de ces textes, écrits par les meilleurs spécialistes, étudie ces traditions du point de vue de leur expérience particulière. Par contre, le texte de Catherine Albanese, « Exchanging selves, exchanging souls » traite de la rencontre entre différentes traditions et des rapports entre diversité et syncrétisme dans l'histoire religieuse des États-Unis.

2La seconde partie présente trente-quatre sources primaires et on imagine aisément les dilemmes qui ont dû accompagner leur sélection, étant données la grande richesse et diversité de cette histoire. L'ensemble offre une lecture très stimulante, même si certains choix ne sont pas toujours convaincants. Ainsi les puritains monopolisent les cinq textes consacrés à la période coloniale, ce qui ne rend pas compte de nombreuses autres expériences qui ont participé de l'aspiration à la liberté religieuse, présentée dans l'introduction comme un des quatre thèmes structurants de cet ouvrage. La même remarque peut s'appliquer au choix de documents pour la période révolutionnaire qui se limite au texte de la loi de Jefferson sur la liberté religieuse en Virginie. Par contre, les réveils et la diversification de l'expérience religieuse au dix-neuvième siècle sont mieux couverts, même si on regrettera l'absence de textes rendant compte de l'expérience des immigrants catholiques et protestants et des esclaves noirs, tout comme des puissants mouvements de réforme d'inspiration religieuse (abolitionnisme, tempérance, droit des femmes) alors qu'il s'agit d'un autre des thèmes fondateurs présentés dans l'introduction. Le vingtième siècle est de loin le mieux couvert avec une sélection de textes qui rend compte à la fois du dynamisme et de la fragmentation de l'expérience religieuse des Américains, même si, encore une fois, on pourra questionner certains oublis (le pentecôtisme ?). Mais ces manques reflètent surtout la difficulté de restituer dans un seul ouvrage l'extrême diversité de l'expérience religieuse étasunienne et ne diminuent en rien l'intérêt de la sélection présentée par A. Porterfield.

3Peter Willliams a, lui, fait un choix différent, tout d'abord en centrant son ouvrage sur l'interaction entre religion et culture au cours de l'histoire étasunienne, ensuite en demandant à certains des chercheurs les plus innovateurs du moment d'écrire des essais originaux pour ce manuel, ce qui donne une grande cohérence à l'ensemble présenté. Les textes sont regroupés en sept parties : diversité religieuse et pluralisme, les racines religieuses de la culture américaine, les cultures religieuses en transition, la culture populaire et matérielle, les questions raciales et ethniques, le genre et la famille, la vie intellectuelle et littéraire. L'accent est mis avant tout sur les apports récents de la recherche qui ont rejeté les grands récits privilégiant les approches institutionnelles et le prisme puritain comme principe organisateur de la dynamique de la religion aux États-Unis, en faveur d'une approche interdisciplinaire s'intéressant avant tout au pluralisme, à la culture populaire et à la religion vécue. Introduction stimulante aux évolutions de la recherche, l'ouvrage permet aussi, par la diversité et l'originalité des thèmes abordés, de saisir dans toute son épaisseur l'expérience religieuse étasunienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Richet, « Amanda Porterfield, Peter E. Williams, American Religious History /Perspectives on American Religion and Culture », Archives de sciences sociales des religions, 130 | 2005, 113-202.

Référence électronique

Isabelle Richet, « Amanda Porterfield, Peter E. Williams, American Religious History /Perspectives on American Religion and Culture », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 130 | avril - juin 2005, document 130.48, mis en ligne le 21 novembre 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/2747

Haut de page

Auteur

Isabelle Richet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org