Navigation – Plan du site
Recensions

Charles Coutel, Olivier Rota (éds.), Deux personnalistes en prise avec la modernité : Jacques Maritain et Emmanuel Mounier

Arras, Artois Presses Université, coll. « Études des faits Religieux », 2012, 144 p.
Benjamin Fabre
p. 287
Référence(s) :

Charles Coutel, Olivier Rota (éds.), Deux personnalistes en prise avec la modernité : Jacques Maritain et Emmanuel Mounier, Arras, Artois Presses Université, coll. « Études des faits Religieux », 2012, 144 p.

Texte intégral

1L’Institut d’études des faits religieux (IEFR) publie un ensemble d’articles consacrés à Jacques Maritain et Emmanuel Mounier « en prise de la modernité ». En prise, et non pas aux prises, ce qui pose d’emblée que leur relation pourra s’étudier à partir de leur ouverture à ce qu’on appelle ici la « modernité ». Il s’agit, avec ces articles, de la reprise de deux séminaires distincts tenus en 2010 et en 2011 sur l’actualité de ces deux penseurs chrétiens, augmentés de brefs extraits de deux de leurs ouvrages. Deux séminaires, deux groupes d’articles, deux parties du livre : il ne faut pas, en effet, exagérer la convergence de ces deux hommes. Tous deux sont catholiques, ouverts au « monde moderne », également sincères et bienveillants l’un envers l’autre : c’en est assez pour évoquer une certaine proximité, pas assez pour parler d’une véritable convergence. Leurs références, leur univers, restent distincts au point de s’opposer parfois malgré leurs relations amicales. L’ouvrage publié par l’IEFR peine à les rapprocher, même en réunissant les études qui leur sont consacrées.

2Celles-ci montrent bien qu’une même exigence habite ces deux penseurs : retrouver, recréer un contact, un lien entre le monde moderne et le catholicisme. Mais ils n’empruntent pas les mêmes voies. On peut ici regretter que le fond de leur débat ne soit pas suffisamment éclairé. L’un plus à droite, l’autre plus à gauche, mais encore ? Il semble bien que pour Maritain, le monde doive se retrouver dans une sorte de chrétienté nouvelle, alors que pour Mounier, il s’agit plutôt d’assurer une présence des chrétiens au milieu des hommes qui luttent pour un monde plus juste. C’est pourquoi leur attitude en face du communisme tend à les séparer tout à fait : Maritain n’est pas « anticommuniste », mais il n’attend rien du développement du monde marxiste et des luttes qui s’y déroulent. Mounier, au contraire, ne disjoint pas l’avenir du mouvement communiste : « Le communisme, écrit-il en 1947, représente pour l’instant, sur le plan des forces, la seule menace sérieuse au désordre capitaliste ». Ce qui ne signifie nullement pour lui – ni pour les gens du groupe et de la revue Esprit – un ralliement quelconque au communisme. Mounier s’oppose en 1931 à la formule d’ Aubier : « mon rêve, ce serait d’intégrer communisme et catholicisme ». Et pourtant, dit alors Mounier, c’est peut-être sur une formule aussi grossière que nous reconnaîtrons justement nos hommes. « Qui peut la dire sans qu’elle lui arrache la langue est souvent capable de toutes les corrections et de toutes les nuances de la vérité. » Or, une telle formule aurait probablement arraché la langue de Maritain. Et ce recul, aux yeux de Mounier, creuse un fossé : « qui a immédiatement souci des nuances et des atténuations, il lui arrive de défendre une position juste, mais on sent bien qu’il n’y est pas ». Or Maritain, en ce sens, n’y est pas. Évidemment, la position de Mounier ne va pas sans difficulté. Rejeter une formule comme grossière, souhaiter qu’on la corrige et la nuance, mais tout aussitôt rejeter les nuances et les atténuations, ce n’est pas une attitude facile. « Le marxisme, dit alors aussi Mounier, est l’armature des réprouvés. » Dans un entretien avec Mounier en 1932, Maritain souhaite que les catholiques s’expriment comme tels dans les luttes qu’ils trouvent légitimes, sous peine d’être ensuite jugés hypocrites, « quand nous parlerons comme catholiques ». Pour Mounier, il suffit d’être présent dans ces luttes pour y trouver tout le sens d’un engagement chrétien, sans que, pour autant, les valeurs chrétiennes ne dépérissent comme le craindrait Maritain. Opposition entre eux qui n’est pas seulement tactique, mais s’enracine dans les perspectives différentes des deux hommes.

3Sur ces points, sur les débats qui ont souvent réuni Maritain et Mounier comme on le voit dans les lettres et les carnets de ce dernier, le parallèle ouvert par le livre de l’IEFR ne nous instruit pas suffisamment.

4Plus d’un lecteur d’aujourd’hui souhaiterait aussi des éléments plus précis pour mieux se reconnaître dans les débats des écoles thomistes d’avant-guerre. La longue étude de Michel Fourcade sur « le maritanisme des thomistes » laisse le lecteur un peu perdu dans ce langage bien oublié. En 1949, Aspects de la France reprochait à Maritain « un illisible océan de médiocrité et de pathos ». Reproche sûrement injuste, mais que vise-t-il précisément ? Quelle vision s’élaborait dans les dimanches de Meudon où Maritain réunissait ses proches. Si, comme le disait Paul Archambault en 1926, Maritain est « un Viollet-le-Duc ravalant la façade thomiste », en quoi compromettait-il « la solidité du monument où il s’était promis de ramener ses contemporains » ? Doctrine « ouverte et sans frontières », nous dit-on. Mais on voit trop peu ici quel en était le contenu. Si les termes du débat avec Mounier nous reste encore assez proches, les positions des thomistes ou des néo-thomistes face à Bergson ou à Kant ne nous sont plus guère familières. Et c’est bien, semble-t-il, autour de la pensée critique et du grand reproche fait à Kant d’ouvrir la voie à l’agnosticisme que s’opposaient Maritain et ses amis.

5Olivier Rota nous fait mieux comprendre la pensée et la personne de Jacques Maritain quand il aborde le terrain délicat de sa vie spirituelle. Il remarque qu’on explique le plus souvent les conduites philosophiques par des raisons intellectuelles, courants d’idées et influences, et qu’on ne se réfère pas volontiers aux « mouvements spirituels ». Cette réserve tient sans doute à ce que le champ de la spiritualité n’est plus très visité par nos contemporains et qu’il peut sembler à beaucoup mouvant et imprécis. Or l’évolution de la pensée politique de Maritain, qui l’a conduit de l’extrême droite intransigeante à des positions plus ouvertes et souvent progressistes obéit pour Olivier Rota à des mouvements profonds, antérieurs à la condamnation de l’Action française en 1926. C’est en 1925 que Maritain publie avec sa femme Raïssa De la vie d’oraison, ou l’amour chrétien se présente comme le fondement de leur système de pensée : « la perfection de l’homme, écrira plus tard Maritain, consiste à aimer, en passant par tout ce qu’il y a d’imprévisible et de dangereux, d’obscur, d’exigeant et d’insensé dans l’amour ». La rupture avec le maurrassisme, nous dit Rota, est le fruit de cette passion spirituelle. Mais cette dimension est-elle bien « une spécificité propre au fait religieux » ? Ne serait-il pas souvent fécond, au-delà ces cercles religieux, de s’interroger davantage sur la « spiritualité » des philosophes ?

6C’est bien aussi une fidélité spirituelle qui réunissait Maritain et Mounier autour de Charles Péguy. Mounier publie en 1931 son premier essai, La pensée de Charles Péguy, dans la collection du Roseau d’or que dirigeait chez Plon Jacques Maritain. Charles Coutel évoque avec ferveur ce qui, là, rapprochait Maritain et Mounier. Celui-ci resta toujours ce que Coutel appelle « l’hôte de Péguy ». Bergson dira de ce premier ouvrage de Mounier : « personne n’a mieux compris Péguy que Mounier ». On trouve dans cet ouvrage cette formule un peu mystérieuse, rappelée par Coutel : « chacune de nos vies est une petite affaire Dreyfus ». Cela peut-il avoir un autre sens que de faire de toute vie une marche vers la vérité ? L’espérance chère à Péguy nous aide à surmonter découragement et routine – le personnalisme de Mounier naît de cette confiance, de ce refus d’accepter « l’inhospitalité du monde de l’Argent, du Pouvoir et de l’Orgueil ». On voit ici ce qui rapprochait profondément Mounier et Maritain. Didier Da Silva rappelle vigoureusement dans son article sur le personnalisme cet humanisme commun à des deux philosophes : « nous avons découvert que le développement économique et social de l’Europe exigeait une révolution profonde dans la ligne socialiste, mais en même temps nous voulons que le socialisme sauve l’homme », écrivait Mounier après la guerre. Ce souci de l’homme, contre toutes les oppressions, celles qui sont visibles et celles qui se déguisent en démocratie, c’est bien, au terme de ces études et comme le soulignent finalement dans leur conclusion Charles Coutel et Olivier Rota, « ce qui réunit Jacques Maritain et Emmanuel Mounier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Fabre, « Charles Coutel, Olivier Rota (éds.), Deux personnalistes en prise avec la modernité : Jacques Maritain et Emmanuel Mounier », Archives de sciences sociales des religions, 172 | 2015, 287.

Référence électronique

Benjamin Fabre, « Charles Coutel, Olivier Rota (éds.), Deux personnalistes en prise avec la modernité : Jacques Maritain et Emmanuel Mounier », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 172 | octobre-décembre, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/27336

Haut de page

Auteur

Benjamin Fabre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org