Navigation – Plan du site
Recensions

Bartolomeo Conti, L’Islam en Italie. Les leaders musulmans entre intégration et séparation

Paris, L’Harmattan, coll. « Penser le temps présent », 2014, 346 p., Préface de F. Khosrokhavar
Jean-Louis Ormières
p. 280
Référence(s) :

Bartolomeo Conti, L’Islam en Italie. Les leaders musulmans entre intégration et séparation, Paris, L’Harmattan, coll. « Penser le temps présent », 2014, 346 p., Préface de F. Khosrokhavar.

Texte intégral

1Comprendre le degré d’insertion de la religion musulmane dont les adeptes ne cessent de progresser depuis les années 1970 en Italie, tel est l’objectif de ce livre « remarquable », comme le souligne à juste titre son préfacier. Autrefois pays d’émigration, l’Italie accueille depuis plusieurs décennies un nombre croissant de migrants venus du sud de la Méditerranée. Estimé à quelques dizaines de milliers dans les années 1980, le nombre de musulmans s’élèverait aujourd’hui à plus d’un million et demi. Plutôt que de se lancer dans une enquête sur les fidèles de cette religion, Bartolomeo Conti a entrepris d’interroger ses leaders. Recueillis dans 22 mosquées ou centre de prières répartis sur l’ensemble du territoire, les propos et la vision de ces leaders sont décrits et analysés en distinguant trois niveaux : le local, le national et le transnational. L’interaction de ces trois niveaux permet à l’auteur de montrer toute l’ambivalence, maître mot de ce travail s’il en fut, qui caractérise la vision de ces leaders « à propos de l’ouverture ou de la fermeture à l’altérité, d’une conflictualisation majeure ou mineure de la différence, de l’acceptation de la multidimensionnalité de l’identité ou de sa réduction à une seule dimension totalisante ».

2Après un premier chapitre qui retrace les grandes lignes de la chronologie et de l’implantation géographique de cette immigration musulmane, un deuxième chapitre traite de la question des mosquées et des problèmes que suscitent leurs constructions dans un espace public jusque-là dominé exclusivement par les signes du catholicisme. L’islam en Italie est, comme ailleurs, un islam pluriel. Outre le fait que les adeptes et leurs leaders proviennent de différents pays, les uns et les autres appartiennent à des courants différents de cette religion. Les Frères musulmans qui œuvrent le plus souvent en faveur de l’intégration et contrôlent un grand nombre de lieux de prière sont de plus en plus confrontés au courant salafiste, clairement fondamentaliste et qui entend « créer une sorte de société parallèle ». De plus, ici, comme en France, le gouvernement tente, non sans mal, d’organiser la représentation de la communauté musulmane sur la scène publique. Enfin, il faut aussi tenir compte de l’attitude plus ou moins conciliante des autorités locales, comme en témoigne la comparaison entre ce qui s’est passé dans les villes de Florence et de Bologne. Alors que le projet de construction d’une mosquée avait suscité une intense conflictualité et nourri un discours islamophobe à Bologne, à Florence le « parcours » participatif intégrant tous les acteurs de la ville, catholiques et musulmans aura permis d’aboutir à un consensus. Dans un cas (Bologne), les autorités de la ville ont engagé le débat dans un cadre national ou transnational, dans l’autre (Florence), la municipalité a privilégié le cadre local, incluant le plus grand nombre de citoyens et contrairement à Bologne, les musulmans ont été invités à participer au débat.

3Afin d’obtenir une représentativité diversifiée des centres islamiques, B. Conti a restreint son champ d’analyse à quatre régions, trois au Centre (Lazio, Ombrie, Toscane) et une au Nord (Émilie-Romagne). D’origine marocaine, pour la moitié d’entre eux, seuls six des vingt-deux leaders interviewés, n’ont pas obtenu la citoyenneté italienne. Pour chacun d’eux, la migration a largement contribué à renforcer leur religiosité. Les entretiens permettent néanmoins de distinguer ceux « qui revendiquent un choix personnel à la base de leur être musulman pratiquant » et ceux pour qui l’appartenance religieuse est avant tout un héritage. L’obstacle de la langue et la crise identitaire suscitée par le fait migratoire ont contraint ces leaders à opter, soit pour la recherche de la communauté religieuse (intégration transnationale), soit pour la recherche de compatriotes (intégration nationale).

4Pour ces leaders, la mosquée revêt deux fonctions, religieuse – lieu de pratique du culte – et sociale – lieu de rencontre des membres de la communauté. Signe ou facteur d’occidentalisation, la mosquée devient peu à peu le lieu de célébration de mariages et d’enterrements, fonction dont elle est dépourvue à l’origine. Reste qu’en Italie, comme d’ailleurs dans les pays voisins, la formation des imams est devenue l’un des thèmes majeurs du débat public sur l’islam comme en témoignent les entretiens. Tout tourne autour de deux points clefs : d’une part la relation avec les États d’origine du migrant ou avec les organisations transnationales et la revendication de représenter « le vrai islam ». Tout oppose sur ces questions les imams de l’Union des Communautés et des Organisations Islamiques en Italie (UCOII) qui entendent contribuer à la constitution d’un « islam vraiment italien » au leader de la Grande Mosquée de Rome, représentant d’un « Islam des États ».

5Aux yeux de Conti, l’islam en Italie se singularise par son caractère local, fruit d’une forte différenciation régionale, et de l’absence d’une politique migratoire (mais n’en est-il pas de même dans les pays voisins ?). Objet d’un quatrième chapitre, la présence de l’islam dans l’espace public local amène l’auteur à interroger les leaders sur le regard qu’ils portent sur leurs relations au quotidien avec le quartier ou le village où ils se trouvent, le degré d’intégration de leurs coreligionnaires sur les lieux de travail ou dans les écoles, mais aussi les formes de collaboration avec les institutions et la société civile. Finalement, le degré d’intégration dépend non seulement de l’ancienneté de la présence de la mosquée, mais également du niveau de conflictualité suscitée par sa présence et surtout de l’attitude du leader de la mosquée. Bartolomeo Conti constate en effet que les mosquées d’inspiration salafiste et tabligh font montre d’une moindre ouverture que celles ayant à leur tête des imams de l’UCOII qui collaborent à divers titres avec les institutions et la société civile.

6Centré sur le processus de communautarisation et l’islamophobie, le cinquième chapitre est essentiel pour comprendre les menaces qui pèsent sur la place de l’islam en Italie et sur la manière dont les leaders les appréhendent. Si tous les leaders dénoncent l’exploitation de la peur qu’entretiennent certains hommes politiques italiens, ils se distinguent là encore quant à la place qu’ils entendent réserver aux lois islamiques (shari’a) dans la législation italienne. Certains affirment la nécessité de respecter totalement la loi italienne, d’autres voudraient pouvoir appliquer une « Shari’a de minorité », une minorité, celles des Salafistes, souhaite l’appliquer intégralement dans tous les domaines possibles.

7Regrettant un laïcisme excessif à leurs yeux, les leaders interviewés sont en phase avec les autorités catholiques. Les uns et les autres réprouvent une société en voie de sécularisation et privée de valeurs morales.

8Le regard des leaders sur les relations entre Islam et Occident (dernier chapitre) demeure ambivalent. Si une minorité entend séparer religion et politique, la question palestinienne continue de jouer un rôle fondamental pour la plupart d’entre eux. Concernant le « retour » de l’islam, la plupart dédouanent l’islam de toute responsabilité de ce qui se passe en son nom dans les pays musulmans. Considérant le Coran comme un livre incréé, plusieurs acceptent l’idée d’une possible réadaptation de l’islam selon le temps et le lieu et l’abandon de certaines pratiques telles que les punitions corporelles (hudud).

9Plus identitaire que religieux, l’islam en Italie (mais n’en est-il pas de même ailleurs en Europe notamment en France) demeure néanmoins fortement marqué par une certaine ambivalence, conséquence de l’interaction entre le local, le national et le transnational.

10Cette interaction concourt également à l’émergence de trois tendances parmi les leaders. B. Conti distingue en effet ceux qui, à l’instar de l’UOCII, se sont engagés dans la construction d’un islam italien, ceux qui, ayant conservé un lien avec les institutions des pays d’origine, sont porteurs d’une vision « culturelle » de l’islam et, enfin, les leaders « fondamentalistes » qui s’inspirent du mouvement tabligh ou du salafisme. Ayant « mal vécu » leur émigration et leur relation à la modernité, leur crise identitaire les conduit à se réfugier dans un monde imaginaire, celui d’un islam « déculturé » et « déterritorialisé », pour reprendre les expressions d’Olivier Roy.

11L’intégration d’un islam pacifié et une cohabitation apaisée dépendront, en Italie comme dans les pays européens, tant du comportement des autorités locales que des leaders musulmans pour autant que ceux qui sont favorables à un islam adapté à un contexte laïque parviendront à l’emporter sur les salafistes et autres fondamentalistes.

12On regrettera l’absence d’un index, tout en louant la qualité et la pertinence des notes de bas de page.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « Bartolomeo Conti, L’Islam en Italie. Les leaders musulmans entre intégration et séparation », Archives de sciences sociales des religions, 172 | 2015, 280.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « Bartolomeo Conti, L’Islam en Italie. Les leaders musulmans entre intégration et séparation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 172 | octobre-décembre, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/27330

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org