Navigation – Plan du site
Notes critiques

L’École en Italie

Michel Ostenc
p. 209-216
Référence(s) :

Cavallera Hervé A., Storia della scuola italiana, Florence, Le Lettere, 2013, 313 p.

D’Aprile Gabriele, Adolphe Ferrière et les « oubliés » della scuola attiva in Italia, Pise, Edizioni ETS, 2010, 268 p.

Pomante Luigiaurelio, Per una storia delle università minori nell’Italia contemporanea. Il caso dello « Studium generale Maceratense » tra Otto e Novecento, Macerata, Edizioni Università di Macerata (EUM), 2013, 451 p.

Ghizzoni Carla, Scuola e lavoro a Milano fra Unità e fascismo. Le civiche Scuole serali e festive superiori (1861-1926), Lecce, Pensa Multimedia, 2014, 225 p.

Gecchele Mario, Momenti di storia dell’istruzione in Italia, Lecce, Pensa Multimedia, 2014, 441 p.

Targhetta Fabio, « Signor Maestro Onorandissimo ». Imparare a scrivere lettere nella scuola italiana tra Otto e Novecento, Turin, Società Editrice Internazionale (SEI), 2013, 175 p.

Chiosso Giorgio, Sani Roberto (dir.), Dizionario Biografico dell’Educazione (1800-2000), 2 vol., Milan, Edigeo Editrice Bibilografica, 2013, vol. 1 : 721 p., vol. 2 : 731 p.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Aperçu du texte

L’école en Italie puise ses racines dans le monde gréco-romain. La première éducation chrétienne contribua de façon décisive à la naissance et au développement des écoles par l’exigence de la diffusion du verbe divin auprès des moins cultivés. La permanence des structures laïques de l’école et la continuité d’une culture dépendante des clercs caractérisaient l’Empire romain d’Orient. Cette séparation du profane et du religieux dans une société pourtant profondément religieuse s’expliquait par un amour des études classiques comme instrument fondamental de la formation de l’homme qui laissera des traces dans l’Italie byzantine. L’éducation médiévale a promu une culture plus attentive à la dimension religieuse, mais qui n’oubliait pas ses répercussions sur le monde laïque. Dans une communauté de maîtres et de disciples, la scolastique de Thomas d’Aquin avait recours à Aristote pour expliquer la foi chrétienne par la lecture et la discussion des textes sacrés. L’école était réservée à u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « L’École en Italie », Archives de sciences sociales des religions, 172 | 2015, 209-216.

Référence électronique

Michel Ostenc, « L’École en Italie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 172 | octobre-décembre, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/27259 ; DOI : 10.4000/assr.27259

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Professeur d’Université honoraire, nmod@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org