Navigation – Plan du site

Laïcité, mais dans la pluralité

Rita Hermon-Belot

Texte intégral

1Parmi les sévères polémiques qui ont actuellement cours dans notre pays au sujet de la laïcité, on peut d’emblée écarter certaines formes de récupération. Voir le Front national se poser en champion et défenseur de la laïcité, relève de la supercherie et en tout état de cause de l’inacceptable ; parce que, jusqu’à sa très récente conversion, cette force politique s’est toujours située dans des horizons bien hostiles à la laïcité ; parce que la laïcité dont elle se réclame ne sert qu’à s’en prendre à l’islam.
Autrement problématique est le fossé qui se creuse, particulièrement au sein de la gauche française, sur le sens même de la laïcité et sur les modalités selon lesquelles elle devrait se traduire aujourd’hui dans les pratiques sociales, politiques et juridiques. Des divergences qui s’avèrent d’autant plus difficiles à résoudre que si la Constitution place la laïcité au plus haut dans la hiérarchie des normes lorsqu’elle affirme que la République est laïque, aucun texte législatif ou juridique ne donne une véritable définition de cette laïcité.
Ces controverses se sont ouvertes depuis la fin des années 1980 autour des formes d’expression d’un islam devenu endogène et fortement naturalisé dans l’espace métropolitain. Ceci alors que l’entrée des catholiques dans la laïcité à partir des années 1920 et surtout dans l’après-Seconde guerre mondiale, semblait avoir enfin installé une laïcité républicaine apaisée et rassembleuse, les autres groupes religieux minoritaires, protestants et juifs, lui ayant d’emblée réservé le meilleur accueil.
Il est indéniable que la situation de l’islam en France requiert des mesures qui doivent être élaborées avec attention et empathie. Mais lorsqu’il s’agit de penser la laïcité, ne nous faut-il pas résister à la polarisation autour de cette seule religion, pour tenter plutôt d’avoir toujours présent à l’esprit l’ensemble du tableau, celui d’une très grande diversité religieuse en France comme dans la plupart des démocraties occidentales ? Et ceci sans perdre de vue non plus les aspirations et les droits de toutes celles et ceux qui ne se reconnaissent dans aucune appartenance religieuse.
Il y a des réalités, et de fait des inégalités, matérielles incontestables héritées de l’histoire. Pour faire droit à l’article 1er de la loi de 1905, affirmant que la République garantit le libre-exercice des cultes, un « rattrapage » est bien nécessaire pour les fidèles de cultes qui sont nouveaux venus dans l’hexagone et dont les ressources sont souvent limitées. Concernant l’islam, un effort important est en cours en ce qui concerne la construction de mosquées, grâce notamment aux terrains que les collectivités locales mettent à disposition par le moyen de baux emphytéotiques.
Mais dans quelle mesure cette latitude juridique à laquelle les catholiques ont eu les premiers recours dans la grande période de reconstruction de l’après-guerre est-elle également utilisée pour répondre aux besoins d’autres groupes partageant ces mêmes caractères sociaux de derniers arrivés. Qu’en est-il ainsi des évangéliques ou des bouddhistes  ?
Une question hautement clivante aujourd’hui est celle des expressions religieuses dans l’espace public. On a récemment souligné, et avec raison, le fait que la laïcité ne les interdit que dans un espace que l’on pourrait qualifier de « politique », celui de l’État et de ses services. Il faut toutefois souligner deux particularités françaises. Cet espace neutralisé s’étend à l’école, enseignement primaire et secondaire (mais pas à l’enseignement privé sous contrat lui aussi financé par l’argent public). Et il comprend également l’état-civil des personnes institué sous la Révolution en 1792 : le « mariage pour tous » a d’abord été un mariage pour tous quelle que soit leurs appartenances, ou absence d’appartenance religieuse. Ce qui nous rappelle combien c’est l’instauration de la laïcité qui a constitué dans l’histoire française la voie d’accès à l’égalité entre les individus appartenant aux divers groupes religieux, mais combien aussi la pluralité religieuse a joué un rôle décisif dans la genèse même de l’idée laïque.
Les fidèles de tous les cultes sont libres de faire célébrer les cérémonies de leur choix mais tous sont soumis à une obligation commune, celle de contracter au préalable un mariage civil.
Au-delà de ces spécificités, certes essentielles, l’espace public est aussi celui de la libre expression de chacun. Des événements récents ont pourtant attiré l’attention sur une restriction qui semble avoir cours dans certaines parties du territoire de la République. Le port de la kippa juive y exposerait à des violences telles que des autorités religieuses ont pu conseiller aux fidèles d’y renoncer. N’y a-t-il pas là une atteinte inadmissible à la liberté d’expression religieuse dans l’espace public, donc à la laïcité ? Et puisqu’il semble que la contrainte ait été intériorisée et que des stratégies d’invisibilité aient d’ores et déjà été adoptées, n’avons-nous pas besoin d’en savoir plus ? Mais à qui de telles études incombent-elles, ne serait-ce pas aux spécialistes de la laïcité et non aux seuls spécialistes du culte concerné, ici le judaïsme, comme cela semble être malheureusement le cas ?
S’astreindre à ne jamais cesser de penser toutes ces questions dans le cadre de la pluralité requiert sans doute des efforts dans un pays où conceptions et catégories, où la culture même et le paysage, gardent une telle prégnance catholique. Mais c’est ce dont nous avons cruellement besoin aujourd’hui. Nombre de musulmans en France seraient sans doute soulagés d’échapper à une sollicitude qui concentre autant les regards sur eux et de voir leurs difficultés traitées à la même aune que celles de tous les autres. Et ce serait peut-être le moyen aussi de sortir de cette guerre d’épithètes entre laïcité « ouverte » (pléonasme ?) ou « fermée » (oxymore ?), dont on voit bien dans quelle impasse elle finit par nous enfermer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rita Hermon-Belot, « Laïcité, mais dans la pluralité  », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 2016, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/27197

Haut de page

Auteur

Rita Hermon-Belot

EHESS-CéSor

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org