Navigation – Plan du site

L’institution au cœur : Émile Poulat

Yvon Tranvouez
  • 1 Le fonds est sous la responsabilité de Véronique Cohoner, Bibliothèque Julien Gracq, Institut d’Étu (...)
  • 2 Yvon Tranvouez, « Bibliographie d’Émile Poulat (1950-­‐2014) », dans Émile Poulat, Le Désir de voir (...)
  • 3 Valentine Zuber (dir.), Un Objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile (...)

Une biographie intellectuelle d’Émile Poulat ne sera vraiment possible que lorsque ses archives et sa bibliothèque, qu’il a confiées à l’Institut d’Études Avancées de Nantes, où elles sont déposées, auront été classées, inventoriées et mises à la disposition des chercheurs1. Cela prendra un certain temps, un an ou deux, j’imagine, compte tenu de l’ampleur du fonds (350 cartons, près de 30 000 volumes). En attendant, nous ne sommes pas démunis. Émile Poulat aurait été le premier à nous le dire, lui qui s’est toujours élevé contre le préjugé de l’inédit. Or sa bibliographie est considérable : 34 livres (dont beaucoup, il est vrai, sont des recueils d’articles), plus de 700 articles ou notices de dictionnaire, des milliers de comptes rendus, tout cela constitue une masse documentaire qui s’offre à notre réflexion2. Le colloque organisé par Valentine Zuber en 1999 en a fourni une première occasion3. Le numéro d’hommage qui se prépare aux Archives de Sciences Sociales des Religions, sous la direction de Frédéric Gugelot, en sera une autre. Et il y a eu, au fil des années, quelques controverses significatives surgies à l’occasion de ses publications ou de celles de ses contradicteurs.

Pour ce travail, je suis à la fois l’un des mieux et l’un des plus mal placés. Je suis, sauf erreur, le seul historien de formation à avoir soutenu sa thèse sous la direction du sociologue qu’était administrativement Émile Poulat. Mais par cette proximité, je manque de distance critique. Heureusement, j’ai la chance d’avoir quasiment à ma porte, à Brest, un excellent ami, André Rousseau, qui est un affidé de Pierre Bourdieu. Comme vous pouvez l’imaginer, dans ce compagnonnage insolite chacun tient l’autre en respect : chaque fois que je dis : « le catholicisme », André me répond : « non, les catholiques », et réciproquement. Nous touchons ici à l’un des aspects – et non des moindres – de la question à laquelle il m’a été demandé de réfléchir aujourd’hui.

Je vois au moins trois dimensions au problème : celui du rapport d’Émile Poulat à l’Église catholique avant et après son abandon du sacerdoce ; celui de son inscription dans l’institution scientifique au sens large ; celui du mode d’approche et du traitement du catholicisme dans son travail de chercheur. Il y en aurait un autre, mais plus difficile à documenter, celui de son rapport au Parti communiste : je n’en dirai donc rien.

Sacerdos in æternum ?

  • 4 Émile Poulat, Le Désir…, op. cit.
  • 5 Les PrêtresOuvriers, Paris, Éditions de Minuit, 1954.
  • 6 Notice biographique par Bruno Poucet dans le Maitron (en ligne).

Émile Poulat, né en 1920, a été ordonné prêtre pour le diocèse de Paris en 1945. Il a été professeur de français au petit séminaire de Conflans de 1945 à 1948, trois ans pendant lesquels il a passé successivement, une licence de lettres classiques (1946) et une licence de philosophie (1947) à la Sorbonne, puis, sans assister aux cours, une licence de théologie (1948) à Strasbourg. Lecteur de français à la Faculté de Théologie de l’Université de Fribourg-­‐en-­‐Brisgau durant l’année universitaire 1948-­‐1949, il y prépare un doctorat de théologie qu’il soutiendra en janvier 19504. D’octobre 1949 à mars 1954, il est membre de la Mission de Paris. Sans être prêtre-­‐ouvrier stricto sensu, il travaille dans une compagnie d’assurances, puis, à partir de 1952 comme assistant de laboratoire dans une entreprise d’électrométallurgie à Grenoble. En mars 1954, il fait partie de ceux qui refusent la décision prise par la Hiérarchie épiscopale d’arrêter l’expérience des prêtres-­‐ouvriers. L’été suivant, il met en forme le livre blanc des prêtres-­‐ouvriers insoumis, publié par les Éditions de Minuit5. En octobre, il est recruté comme attaché de recherche au CNRS. Le 12 avril 1955, il épouse Odile Jacquin, qu’il a connue à Grenoble. Son nom n’apparaît plus dans l’Ordo du diocèse de Paris. Fin de la carrière ecclésiastique d’Émile Poulat. Il a trente-­‐cinq ans6.

  • 7 Émile Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-­‐1953) », Le Supplément, n°173, juin 1990, p. 147-­‐199. (...)
  • 8 Gilles Ferry, « Lettre à un ami sur Jeunesse de l’Église, 1940-­‐1951 », dans Jeunesse de l’Église, (...)
  • 9 Philippe Ploix à Yvon Tranvouez, courriel du 13 juin 1914.
  • 10 Émile Poulat, « La théologie face à l’histoire. Retour sur un itinéraire », entretien avec Yvon Tra (...)

Cette sortie est tout, sauf claire. À la différence d’Henri-­‐Charles Desroches, qui a nettement rompu avec l’Ordre dominicain en 1951, Émile Poulat n’a pas donné une forme canonique régulière à son départ. Il n’a pas demandé sa réduction à l’état laïc. Il s’est simplement trouvé hors du clergé, par la force des choses, dès lors qu’il s’est marié. Par la suite, il n’a jamais fait état de son passé clérical, ni pour le rejeter, ni pour l’invoquer : il l’a au contraire soigneusement occulté. Ses amis et certains de ses lecteurs savaient qu’il avait été prêtre, mais beaucoup l’ignoraient. Lorsque, en 1999, je lui avais demandé ce qu’il pensait devoir figurer de ses productions antérieures à 1955 dans la bibliographie que je préparais alors pour les besoins du colloque de Valentine Zuber, il m’avait répondu en gardant sa thèse de 1950, mais sans préciser qu’elle était de théologie ; en conservant aussi des écrits de jeunesse déjà republiés par ses soins7 et dont rien n’indiquait le statut clérical de leur auteur, mais sans mentionner qu’ils avaient circulé dans le milieu des prêtres-­‐ouvriers et que des extraits en étaient parus, sous la signature de Gilles Ferry, dans le dernier cahier de Jeunesse de l’Église8 ; en excluant enfin le livre blanc des prêtres-­‐ouvriers, qui l’aurait rattaché explicitement à ce passé. Comme me l’écrivait en juin 2014 le Père Ploix, archiviste du diocèse de Paris, qui me confirmait l’absence de demande de réduction à l’état laïc, « je connais trop Monsieur Poulat pour savoir qu’il entretient un ‘flou artistique’ sur sa situation »9. Ma stupéfaction a donc été grande, quelques jours plus tard, d’entendre Émile Poulat, à qui je demandais, pour une interview dont il savait qu’elle allait être publiée, ce qu’il faisait en Allemagne en 1949, glisser incidemment dans sa réponse qu’il disait « la messe le dimanche pour les pensionnaires d’un sanatorium universitaire français établi dans la région»10.

  • 11 Émile Poulat à Georgette Pelloux, 2 mai 1971 (archives Yvon Tranvouez). Sur les Chrétiens du XIIIèm (...)
  • 12 Émile Poulat, « La théologie… », loc. cit., p. 291.

Ce silence durable n’a rien de comparable à celui qu’on a pu observer par exemple chez d’anciens communistes ayant rompu avec le Parti et soucieux de faire oublier un passé encombrant. Chez Émile Poulat, il s’agissait plutôt, me semble-­‐t-­‐il, de la conviction qu’il avait été victime d’un conflit dont il regrettait que l’institution n’ait pas su le gérer. Il écrivait en 1971 à Georgette Pelloux, ancienne militante du groupe des Chrétiens du XIIIème, que 1954 avait représenté pour lui « une rupture non personnelle mais décrétée d’en haut »11. « À cause de la position que j’ai prise en 1954, je me suis retrouvé dehors, c’est tout », me confirmait-­‐il l’an dernier, ajoutant : « Je ne me suis pas senti rejeté, et je n’ai pas été rejeté. Pendant un temps il n’y a plus eu de relations, jusqu’au moment, au début des années 80, où La Croix a fait une démarche exploratoire pour me demander des chroniques périodiques »12. En somme, on l’aurait mis dehors, et trente ans après on serait revenu le chercher. Mais le parallèle est trompeur : ce n’est pas l’ancien prêtre-­‐ouvrier ou assimilé qui réapparaît dans La Croix à l’automne 1983. Avant d’être simplement « Émile Poulat », que la régularité de ses articles et la photo qui les estampille suffisent à identifier comme collaborateur patenté du grand quotidien catholique, le nouveau chroniqueur est identifié, selon les cas, comme « historien », «sociologue » ou « directeur de recherche au CNRS ».

  • 13 Émile Poulat, « Dieu est-­‐il moderne ? », dans Jean Duchesne et Jacques Ollier (dir.), Demain l’Ég (...)
  • 14 Émile Poulat, « La laïcité au nom de l’État », Documents Épiscopat, octobre 1990. « Une catégorie p (...)

Il rentre donc au port sous un autre pavillon que celui qu’il arborait quand il avait pris le large, mais il rentre. Reçu en audience privée par Jean-­‐Paul II en 1989, il sympathise avec le cardinal Lustiger au point de collaborer, en 2001, au volume d’hommages composé pour les vingt ans de son épiscopat parisien et de devenir plus tard un familier du Collège des Bernardins13. Sa réinsertion dans le paysage catholique se manifeste notamment par les expertises qu’il réalise pour le compte de la Conférence épiscopale française14, mais surtout par sa proximité avec la communauté Sant’Egidio, fondée par son disciple et ami Andrea Riccardi.

  • 15 Voir ce « testament spirituel » dans Émile Poulat, Le Désir, op. cit., p. 297-­‐298.

De ce recentrage ecclésial, accentué à la fin de sa vie, les collègues d’Émile Poulat n’ont pas toujours pris conscience, et plusieurs ont été surpris par son testament spirituel, lu lors des obsèques à Saint-­‐Séverin en présence de trois évêques – Mgr Paglia, assistant général de Sant’Egidio, Mgr Dagens, académicien français, évêque d’Angoulême, et Mgr Beau, auxiliaire de Paris – et d’une douzaine de prêtres15. Pour ceux qui, comme moi, n’ignoraient rien du passé, le plus stupéfiant, ce jour-­‐là, était que l’homélie de Mgr Paglia, qui était aussi, il est vrai, le Président du Conseil pontifical pour la famille, fût centrée sur le couple exemplaire que formaient Odile et Émile Poulat, sans considération du passé sacerdotal du défunt et de son absence de règlement canonique. Mon voisin, Jean-­‐Michel Leniaud, ajouta un moment à la confusion de mon esprit parce qu’il avait cru remarquer que le cercueil avait été disposé la tête côté chœur, comme il est d’usage pour les prêtres : il se trompait. Sacerdos in æternum, me soufflait Leniaud : jusqu’à un certain point, mais tout de même…

Une culture de la marge scientifique ?

  • 16 Émile Poulat, L’Ère…, op. cit., p. 9.
  • 17 Émile Poulat, « Aux origines du ‘Groupe de Sociologie des Religions’ et de ses Archives », Archives (...)

Le positionnement scientifique d’Émile Poulat est aussi complexe que son positionnement ecclésial. On se souvient du liminaire de L’Ère postchrétienne, son ouvrage le plus autobiographique : « Je ne suis pas historien (…). Je ne suis pas davantage théologien (…). Je suis donc sociologue »16. Administrativement, c’est sûr. C’est bien au Centre d’Études Sociologiques du CNRS qu’il est recruté en 1954, et il rejoint immédiatement le Groupe de Sociologie des Religions, dont il est l’un des membres fondateurs. En 1962, le jury qui le fait docteur d’État ès-­‐lettres, « mention sociologie », comprend deux historiens patentés – Alphonse Dupront et Henri-­‐Irénée Marrou – à côté du philosophe Henri Gouhier, directeur de thèse, et du juriste Gabriel Le Bras, mais il est vrai que la sociologie n’avait pas encore, à l’époque, de véritable assise universitaire17. Sociologue patenté, il est aussi, quoi qu’il en dise, théologien, puisque docteur en cette discipline depuis 1950, même s’il assure après coup avoir fait un travail d’histoire de la pensée théologique, étrangement accepté comme thèse de théologie. Mais précisément, qu’il fasse de la sociologie ou de la théologie, c’est toujours par l’histoire qu’il traite les problèmes, et c’est sans doute chez les historiens que ses ouvrages ont été les plus lus. La chose est d’autant plus curieuse qu’il n’avait aucune formation d’historien et qu’il a appris le métier en lisant Febvre et Braudel, donc au contact d’une école, celle des Annales, que le catholicisme des XIXe et XXe siècles n’intéressait pas. Il n’a donc pas été immédiatement adoubé par le milieu de l’histoire religieuse contemporaine. Si le courant est passé avec Jean-­‐Marie Mayeur, chacun sait ses relations conflictuelles avec René Rémond, qu’il n’a, il est vrai, guère ménagé. En fait, c’est la génération suivante, celle d’Étienne Fouilloux, Claude Langlois ou Michel Lagrée, qui l’acclimaté à la corporation.

On sent encore l’influence des Annales dans l’attrait d’Émile Poulat pour la pluridisciplinarité, pas seulement comme association de spécialités dans un laboratoire, mais aussi, dans les limites du possible et du raisonnable, comme polyvalence du chercheur. Il s’en est expliqué clairement :

  • 18 Émile Poulat, L’Ère…, op. cit., p. 47.

Au départ, je ne me voyais pas comme historien, mais comme sociologue : non pour « faire de la sociologie », mais parce que je ne me situais pas dans le passé (…). Mon projet partait du présent, et ne remontait le temps que pour échapper à son instantanéité apparente. Je n’arrivais pas avec des techniques soigneusement rodées par des professionnels, mais avec des questions nées d’une observation réfléchie et de doutes méthodiques. « Discipline » ne signifiait pas pour moi un domaine mais une hygiène : la recherche scientifique m’apparaissait comme une discipline de l’esprit plus que comme un corps de disciplines, une maîtrise plutôt qu’un lotissement. Quand on sait ce qu’on chasse, il faut être prêt à suivre son gibier partout où sa trace vous entraîne, souvent loin de l’enclos où l’on apprenait les rudiments du métier, et à se donner les moyens de ne pas perdre cette trace aux parcours aussi imprévisibles que ses ramifications18.

C’est ce nomadisme intellectuel qui explique la double aporie institutionnelle d’Émile Poulat. En amont, il s’est réclamé de Meyerson, Bachelard et Le Bras. Autant dire des marginaux, sinon des originaux : en tout cas des artisans, pas des firmes. En aval, il n’a pas constitué une école de disciples qui auraient relayé sa pensée en investissant des postes stratégiques. Le site theses.fr lui accorde 8 directions de thèse ; en cherchant à l’ancienne, dans le papier, j’en ai déjà trouvé 17 (1 thèse d’État – celle de Jacques Sutter, 10 thèses de troisième cycle, 6 thèses nouveau régime) et je ne suis pas sûr d’avoir fait le tour. Mais la plupart sont le fait d’étudiants étrangers et, à part Jean-­‐Pierre Laurant et moi, je ne lui vois aucune descendance institutionnelle directe dans l’Université française. À vrai dire, je crois que ce n’était pas sa préoccupation. Il ambitionnait avant tout d’écrire, de laisser après lui une œuvre qui, du coup, le mobilisait totalement. Émile Poulat a été à la fois un immense lecteur et un auteur prolifique, le reste venait par surcroît.

  • 19 Émile Poulat, « Dieu est-­‐il moderne ? », loc. cit., p. 133.
  • 20 De la Ligue de l’enseignement à Itinéraires (de Jean Boussinesq à Jean Madiran) on voit la largeur (...)

Une autre limite à sa visibilité dans l’institution scientifique tient à l’étonnante dispersion des supports de ses publications. André Rousseau s’emploie actuellement à objectiver le phénomène, mais un simple survol de sa bibliographie montre qu’Émile Poulat a écrit dans les périodiques les plus disparates, de la revue sociologique ou historique la plus distinguée à la feuille de chou confessionnelle la plus improbable, signant aussi bien à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite ou au centre dans les bulletins militants qui le sollicitaient. Lui-­‐même s’amusait « d’entendre blâmer (s)es mauvaises fréquentations »19 : il s’était fait un réseau incomparable d’informateurs et d’interlocuteurs dans le monde catholique comme dans les milieux laïques20.

Son influence s’est cependant exercée plus largement qu’on ne croit dans la communauté savante parce que nombreux sont ceux qui, sans être directement ses élèves, ont été, le temps d’une ou de quelques années, les auditeurs fidèles de son séminaire. On en sortait à chaque fois plus perplexe qu’on n’y était entré, mais toujours sous le charme d’une atmosphère érudite qui faisait qu’on en devenait dépendant. Luc Perrin a merveilleusement décrit le spectacle qui s’offrait au nouveau venu :

  • 21 Luc Perrin, « Retour de Chine », dans Valentine Zuber (dir.), Un Objet, op. cit., p. 56-­‐61.

L’observateur découvrait une bien étrange société : au hiératisme sorbonicole succédait une anarchie aimable et déconcertante. Latino-­‐ Américains de l’Argentine au Mexique, un Italien, une Polonaise, un Zaïrois d’alors, diverses autres nationalités et quelques Français allaient et venaient dans ce maelström de thésards tandis qu’autour du maître de céans siégeaient, tels des trônes et des dominations, de mystérieux personnages auxquels il était fait appel parfois pour confirmer un souvenir. J’apprendrai, plus tard, que ces garant(e)s de la mémoire magistérielle étaient comme les buttes témoins de recherches antérieures principalement des travaux sur le modernisme21.

  • 22 Sur l’analyse des mélanges en général, voir Patrick Harismendy, « Des Mélanges et des genres », dan (...)

Si jamais les cahiers de présence que faisait circuler Odile Poulat ont été conservés (mais où ?), il sera instructif de reconstituer la liste des auditeurs et d’en tirer une double cartographie, géographique et institutionnelle. Je donne simplement deux exemples : la diffusion de la pensée d’Émile Poulat en Suisse via Francis Python ; sa pénétration dans le domaine des sciences politiques via Philippe Portier. En attendant cette source hypothétique, la tabula gratulatoria du volume d’hommages publié en 2001 mériterait un semblable traitement22.

  • 23 Émile Poulat, « Aux origines… », loc. cit., p. 30.
  • 24 Émile Poulat, « Préface 2 » à Jean-­‐Pierre Deconchy, L’Orthodoxie religieuse. Essai de logique psy (...)

Une incertitude disciplinaire, une influence diffuse : du point de vue scientifique, on ne lui trouve finalement de point de repère institutionnel que dans son appartenance au GSR, qu’il a dirigé de 1970 à 1980. Un groupe et non un centre, « sans hiérarchie et sans directive », a-­‐t-­‐il assuré à l’occasion des cinquante ans des Archives23. En 1971, il était moins affirmatif. Évoquant le « consensus scientifique » de ses membres, tous entraînés dans la même « marche à la rationalité », il ajoutait : « Cette confrérie des Égaux, qui trouve toujours quelque chose d’étrange au mot autorité, possède cependant une savante hiérarchie interne, et sans doute même plusieurs. Ces hiérarchies ne se fondent ni sur l’âge ni sur le grade ou les titres, mais sur de mutuelles reconnaissances infiniment plus complexes, plus subtiles et plus mobiles24 ». C’était suggérer qu’à côté de l’œuvre commune – la revue et son impressionnant bulletin bibliographique – chacun menait sa barque, qui l’éloignait ou le rapprochait des autres.

  • 25 Idem, ibidem.

Au total, si l’on regarde les différents indices de reconnaissance scientifique, il semble que, par rapport à d’autres chercheurs, universitaires ou non, Émile Poulat souffre d’un déficit de notoriété, et surtout d’une suspicion d’identité. J’incline à penser que c’est une infortune qu’il partage avec ses collègues fondateurs du GSR, parce qu’ils ont fait d’emblée le choix de ce que Gabriel Le Bras appelait joliment une « sociologie riche »25, c’est-­‐à-­‐dire enrichie par l’histoire et la psychologie, alors que la distribution des places repose sur la vigilance aux frontières disciplinaires, intellectuellement stérile mais corporativement gratifiante.

Penser catholiquement le catholicisme ?

  • 26 Émile Poulat, Église contre Bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris-­‐To (...)

Sur les travaux d’Émile Poulat, et notamment sur le fameux modèle triangulaire catholicisme/libéralisme/socialisme, qu’il a développé à partir de la conceptualisation du catholicisme intransigeant et qu’il a exposé dans Église contre Bourgeoisie, de loin le plus connu de ses ouvrages26, il y a eu un certain nombre de débats et de polémiques.

Je négligerai ici les querelles secondaires, soulevées essentiellement par les historiens qui se sont interrogés sur la pertinence d’un modèle théorique trop contraignant et aléatoire à leurs yeux. On est là dans le débat historiographique classique, avec des questions attendues, par exemple sur la conception sociale ou symbolique du catholicisme bourgeois, ou sur la validité de l’extension chronologique du catholicisme intransigeant au-­‐delà de Vatican II. Je préfère m’arrêter sur l’objection majeure qui pose précisément la question du rapport des études d’Émile Poulat à l’institution dont elles traitent.

  • 27 Jean-­‐Marie Donegani, La Liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le (...)

Dans sa thèse de science politique, publiée en 1993 sous le titre La Liberté de choisir, Jean-­‐Marie Donegani a reproché à Émile Poulat de réduire le catholicisme à l’intransigeantisme. Sur la base d’une enquête détaillée réalisée au début des années 1980, il identifiait sept modes différents d’appartenance à l’Église, attestant le pluralisme religieux au sein du catholicisme, phénomène qui s’était accentué, à son sens, après Vatican II, le concile ayant favorisé, à ses yeux, une dissociation entre l’intégralisme et l’intransigeantisme. Et Donegani de souligner ce changement que Poulat, selon lui, s’obstinait à ne pas voir27.

Ce dernier lui a répondu que le pluralisme avait toujours existé, que l’intégralisme était déjà, à la fin du XIXe siècle, un mode de décomposition et de reconfiguration du catholicisme intransigeant, et que tous ses travaux tendaient précisément à comprendre comment l’Église avait fait en sorte de conjurer les forces de désintégration qui la menaçaient :

  • 28 Émile Poulat, « Catholiques sans Église », Catholica, n°43, avril 1994, p. 62.

Mon seul problème (…) a toujours été le passage d’une société fondée sur le principe de catholicité à une société fondée sur le principe de laïcité – « l’âge des révolutions » – l’état critique qui en résulte pour l’Église catholique et les réactions qu’elle développe pour surmonter cet état. De là, des initiatives périphériques (le modernisme) ou centrales (le mouvement catholique), des replis (l’intégrisme), des rêves, des illusions, des échecs, et surtout – d’importance inégale, de significations différentes, mais récurrentes comme une mauvaise fièvre – des crises28.

  • 29 Idem, p. 61
  • 30 Émile Poulat, Modernistica. Horizons, physionomies, débats, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1982 (...)

Émile Poulat récuse donc la réduction du catholicisme aux catholiques. « L’idée qu’ils se font de leur rapport à l’Église et la réalité même de ce rapport ne constituent pas l’Église », qui n’est pas une addition mais « une totalité intégrée »29, un système qui vit « d’échanges constants avec le monde environnant, de sa propre transgression. Une transgression ordonnée à son entretien dont elle est une des conditions et limitée à cette fonction, asservie à cet exercice »30.

  • 31 Danièle Hervieu-­‐Léger, Vers un nouveau christianisme ? Paris, Cerf, 1986, p. 297.
  • 32 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-­‐Martin, « La sainte famille. L’épiscopat français dans le champ (...)
  • 33 Jean-­‐Marie Donegani, « Le catholicisme selon Émile Poulat », La Croix, 19 février 2001.

Cette idée que ce ne sont pas les catholiques qui font l’Église, mais l’Église qui fait les catholiques, et l’insistance sur la permanence du système intransigeant à travers sa recomposition perpétuelle, ont amené Danièle Hervieu-­‐Léger à pointer le risque de « se trouver pris au piège d’une du refus qu’oppose l’institution à toute pensée du changement la concernant, afin, justement, de préserver la fiction de sa continuité et de son homogénéité »31. N’ayant pas besoin de s’embarrasser de tant de précautions, Pierre Bourdieu avait déjà écrit plus sèchement que l’œuvre d’Émile Poulat était une «homologation universitaire de l’image officielle » que l’Église catholique donnait d’elle-­‐ même32. En 2001, après que La Croix eut malencontreusement confié à Jean-­‐Marie Donegani, qui en avait profité pour réitérer ses critiques, le compte rendu du volume composé par Valentine Zuber en l’honneur d’Émile Poulat33, celui-­‐ci répliquait vivement:

  • 34 Émile Poulat, « La religion de l’opinion », La Croix, 28 mars 2001. L’auteur était présenté comme « (...)

Ce que j’avance a toujours été et me semble encore la doctrine commune de l’Église. On m’objectera (Pierre Bourdieu l’a écrit) que c’est une opinion « confessante » – ce qu’elle est, effectivement, et je l’assume pleinement – par là même scientifiquement et sociologiquement disqualifiée. Pourtant il n’est pas nécessaire d’être catholique, ni même croyant, pour la partager. (…) Quoi qu’on pense d’elle, l’Église, c’est autre chose34.

  • 35 André Rousseau, Pour une sociologie de la crise catholique. France, 1960-­‐1980, Brest, UBO/CRBC, 2 (...)
  • 36 Émile Poulat à Yvon Tranvouez, 31 janvier 1990.

Émile Poulat n’a donc cessé de défendre son analyse historique de l’Église comme système irréductible au jeu des libres opinions de ses membres comme à la surdétermination de ceux-­‐ci par leurs appartenances sociales ou culturelles, récusant ainsi à la fois Rémond et Bourdieu, relativisant aussi bien la « liberté de choisir » de Jean-­‐Marie Donegani et la « différenciation religieuse » par « position de classe », chère à André Rousseau35. J’ajoute que c’était depuis longtemps un sujet de tension au sein du GSR. « Ce n’est pas seulement les Bourdieu, mais Isambert, Ladrière, etc. qui sont contre », m’écrivait Émile Poulat en 199036.

Allons plus loin. La Providence, qui veille aussi sur la programmation des colloques, a fait que j’ai été amené à relire tout récemment, pour les besoins d’un autre auditoire, une petite étude qu’Émile Poulat a consacrée au Père Maydieu, directeur de la revue La Vie Intellectuelle du milieu des années 1930 jusqu’à sa mort en 1955. Il trouve en lui, assure-­‐t-­‐il,

  • 37 Émile Poulat, La Question religieuse et ses turbulences au XXe siècle. Trois générations de catholi (...)

tout ce qui façonne une sensibilité plus libérale que cléricale dont mon milieu lyonnais m’a donné un exemple fort. Elle autorise toutes les attitudes religieuses, de l’indifférence à la ferveur (…). Elle ne fait pas des ‘catholiques libéraux’, préoccupés de réconcilier l’Église et le siècle, moins encore des ‘catholiques intransigeants’, désireux de conquérir le siècle à l’Église. Plus simplement, elle les établit dans une société où chacun est laissé à la liberté et aux exigences de sa conscience37.

  • 38 A.-­‐J. Maydieu, Le Désaccord, Paris, PUF, 1952.

Maydieu, catholique bourgeois allergique au catholicisme intransigeant, veut donc acclimater le catholicisme à la culture du désaccord, à laquelle il a consacré un livre trop méconnu38. Et Poulat commente, dans des phrases où je ne peux m’empêcher de lire en creux son autoportrait :

Maydieu n’éprouve aucune nostalgie pour « la chrétienté perdue » et il ne pousse personne à la restaurer. Il est établi activement dans un monde qui s’invente lui-­‐même tous les jours hors de toute référence chrétienne, pour le meilleur et pour le pire. (…) Il ne l’idéalise pas, mais il y voit bien le seul monde réel vivre et penser la foi chrétienne.

  • 39 Émile Poulat, La Question…, op. cit., p. 251-­‐252.

« L’ère Maydieu », c’est la reconnaissance chrétienne de ce monde désaccordé39.

  • 40 Émile Poulat, « La théologie… », loc. cit., p. 296.

Émile Poulat rappelait, quelques mois avant sa mort, la « nuit critique » qu’il avait traversée en 1950 : il était alors, on s’en souvient, prêtre de la Mission de Paris et venait de soutenir sa thèse de doctorat en théologie, qui tournait largement autour de la querelle blondélienne. Il a pris alors conscience de l’impasse de la critique moderne dans l’Église, et compris que sa propre réflexion « ne pouvait se faire qu’à distance »40. La distance s’est matérialisée en 1954, quand il a fait l’expérience d’une deuxième impasse, celle du mouvement missionnaire. Mais sa réflexion n’a cessé ensuite de porter sur ce double désaccord. Si l’on ramène son œuvre à ses lignes de force, il a traité d’abord deux grands dossiers, celui du modernisme et celui des prêtres-­‐ouvriers, qui sont précisément ceux dont l’absence de solution l’a conduit lui-­‐même à l’abandon du sacerdoce. Après quoi, en théorisant l’intransigeantisme, il a essayé de penser la logique du catholicisme contemporain qui l’avait exclu de facto, avant de consacrer ses dernières recherches à la laïcité, c’est-­‐à-­‐dire à la manière moderne de gérer le désaccord, en essayant d’en convaincre ses relations dans l’épiscopat.

  • 41 Tangi Cavalin, « Le récit de Noël Barré dans l’histoire des prêtres-­‐ouvriers », préface à Noël Ba (...)

Tangi Cavalin a regretté récemment qu’il ait, en quelque sorte, verrouillé l’histoire des prêtres-­‐ouvriers en la réduisant abusivement à celle des pionniers, victimes de l’arrêt de 195441. En fait, je crois qu’Émile Poulat s’intéressait moins aux prêtres-­‐ouvriers en général qu’à la crise dont leur première génération avait été l’objet et à ce que cette crise révélait du fonctionnement du système catholique. Il en va de même pour le modernisme, dont on pourrait dire tout autant que l’histoire ne s’arrête pas à la crise inaugurale et à l’encyclique Pascendi. Dans les deux cas, la solution du désaccord a tenu finalement à la suppression du problème, ou plus exactement à sa relativisation : il y a des prêtres au travail un peu partout, et le modernisme s’est généralisé, mais l’institution catholique n’y voit plus le danger qu’elle y voyait hier, ou elle feint de ne plus l’apercevoir pour éviter d’avoir à manifester qu’elle n’y peut rien.

#

Une interprétation psychologique de l’œuvre d’Émile Poulat serait de dire qu’elle est un effort de justification a posteriori d’une rupture de jeunesse, une tentative de rationalisation par l’histoire d’une impasse théorique ressentie en 1950 et d’une marginalisation pratique subie en 1954, un essai de compréhension d’un Kulturkampf intériorisé. Mais on pourrait dire la même chose, mutatis mutandis, de chacun des fondateurs du Groupe de Sociologie des Religions. Ceci étant, la question reste entière de savoir s’il est pertinent de prendre au sérieux, comme Poulat, le discours que l’Église tient sur elle-­‐même, ou s’il vaut mieux l’introduire a priori dans les brodequins d’une grille d’analyse exogène, à la manière de Bourdieu. Après tout, chacun siffle avec son sifflet, mais vous devinez que je préfère celui de Poulat.

  • 42 Émile Poulat à Yvon Tranvouez, 6 mars 1990.

Il reste que ce choix méthodologique lui a valu une double suspicion de nicodémisme, catholique masqué dans le monde scientifique pour les uns, scientiste camouflé dans le monde catholique, pour les autres. Il lui a valu surtout des controverses qu’il a toujours perçues, sans jamais expliquer pourquoi, comme des dialogues manqués parce que ses adversaires s’y seraient refusés. « Je sais les réticences et résistances que je suscite, sans véritable débat intellectuel, m’écrivait-­‐il en 1990. Je sais aussi qu’elle sont invincibles, passionnelles ou irrationnelles, je ne sais, et qu’il est vain de s’escrimer contre elles. Il faut faire avec… C’est l’enseignement des maîtres spirituels et c’était celui de Meyerson»42.

Notes

1 Le fonds est sous la responsabilité de Véronique Cohoner, Bibliothèque Julien Gracq, Institut d’Études Avancées de Nantes, Maison des Sciences de l’Homme Angé Guépin, 5 allée Jacques Berque, Nantes.

2 Yvon Tranvouez, « Bibliographie d’Émile Poulat (1950-­‐2014) », dans Émile Poulat, Le Désir de voir Dieu et sa signification pour la théologie française contemporaine, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.

3 Valentine Zuber (dir.), Un Objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile Poulat (en Sorbonne, 22-­‐23 octobre 1999), Paris, Bayard, 2001.

4 Émile Poulat, Le Désir…, op. cit.

5 Les PrêtresOuvriers, Paris, Éditions de Minuit, 1954.

6 Notice biographique par Bruno Poucet dans le Maitron (en ligne).

7 Émile Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-­‐1953) », Le Supplément, n°173, juin 1990, p. 147-­‐199. Repris partiellement dans Émile Poulat, L’Ère postchrétienne. Un monde sorti de Dieu, Paris, Flammarion, 1994, p. 173-­‐181.

8 Gilles Ferry, « Lettre à un ami sur Jeunesse de l’Église, 1940-­‐1951 », dans Jeunesse de l’Église, Les Événements et la foi, 19401952, Paris, Seuil, 1951, p. 85-­‐146.

9 Philippe Ploix à Yvon Tranvouez, courriel du 13 juin 1914.

10 Émile Poulat, « La théologie face à l’histoire. Retour sur un itinéraire », entretien avec Yvon Tranvouez et François Trémolières, posface à Émile Poulat, Le Désir…, op. cit., p. 287.

11 Émile Poulat à Georgette Pelloux, 2 mai 1971 (archives Yvon Tranvouez). Sur les Chrétiens du XIIIème, voir Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-­‐1955, Paris, Cerf, 2000, chapitre X.

12 Émile Poulat, « La théologie… », loc. cit., p. 291.

13 Émile Poulat, « Dieu est-­‐il moderne ? », dans Jean Duchesne et Jacques Ollier (dir.), Demain l’Église, Paris, Flammarion, 2001, p. 133.

14 Émile Poulat, « La laïcité au nom de l’État », Documents Épiscopat, octobre 1990. « Une catégorie perdue : la morale publique. Le bien et le lien », Documents Épiscopat, juin 1997.

15 Voir ce « testament spirituel » dans Émile Poulat, Le Désir, op. cit., p. 297-­‐298.

16 Émile Poulat, L’Ère…, op. cit., p. 9.

17 Émile Poulat, « Aux origines du ‘Groupe de Sociologie des Religions’ et de ses Archives », Archives de Sciences Sociales des Religions, n°136, octobre-­‐décembre 2006, p. 23-­‐37.

18 Émile Poulat, L’Ère…, op. cit., p. 47.

19 Émile Poulat, « Dieu est-­‐il moderne ? », loc. cit., p. 133.

20 De la Ligue de l’enseignement à Itinéraires (de Jean Boussinesq à Jean Madiran) on voit la largeur du spectre.

21 Luc Perrin, « Retour de Chine », dans Valentine Zuber (dir.), Un Objet, op. cit., p. 56-­‐61.

22 Sur l’analyse des mélanges en général, voir Patrick Harismendy, « Des Mélanges et des genres », dans Patrick Harismendy et Luc Capdevila (dir.), L’Engagement et l’émancipation. Ouvrage offert à Jacqueline Sainclivier, Rennes, PUR, 2015, p. 159-­‐171.

23 Émile Poulat, « Aux origines… », loc. cit., p. 30.

24 Émile Poulat, « Préface 2 » à Jean-­‐Pierre Deconchy, L’Orthodoxie religieuse. Essai de logique psycho-­‐ sociale, Paris, Éditions Ouvrières, 1971, p. 16.

25 Idem, ibidem.

26 Émile Poulat, Église contre Bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris-­‐Tournai, Casterman, 1977 (2ème édition augmentée, Paris, Berg-­‐International, 2006).

27 Jean-­‐Marie Donegani, La Liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de la FNSP, 1993, p. 173.

28 Émile Poulat, « Catholiques sans Église », Catholica, n°43, avril 1994, p. 62.

29 Idem, p. 61

30 Émile Poulat, Modernistica. Horizons, physionomies, débats, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1982, p. 17.

31 Danièle Hervieu-­‐Léger, Vers un nouveau christianisme ? Paris, Cerf, 1986, p. 297.

32 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-­‐Martin, « La sainte famille. L’épiscopat français dans le champ du pouvoir », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n°44-­‐45, novembre 1982, p. 4.

33 Jean-­‐Marie Donegani, « Le catholicisme selon Émile Poulat », La Croix, 19 février 2001.

34 Émile Poulat, « La religion de l’opinion », La Croix, 28 mars 2001. L’auteur était présenté comme «historien, sociologue ».

35 André Rousseau, Pour une sociologie de la crise catholique. France, 1960-­‐1980, Brest, UBO/CRBC, 2015 (chapitre 7, « Différenciation religieuse et position de classe»).

36 Émile Poulat à Yvon Tranvouez, 31 janvier 1990.

37 Émile Poulat, La Question religieuse et ses turbulences au XXe siècle. Trois générations de catholiques en France, Paris, Berg International, 2005, p. 247 (par suite d’une fâcheuse bévue au moment de la relecture des épreuves, ce livre recueil ne figure pas dans la bibliographie que j’ai publiée en annexe à la publication posthume de la thèse de théologie d’Émile Poulat : Yvon Tranvouez, « Bibliographie…», loc. cit.).

38 A.-­‐J. Maydieu, Le Désaccord, Paris, PUF, 1952.

39 Émile Poulat, La Question…, op. cit., p. 251-­‐252.

40 Émile Poulat, « La théologie… », loc. cit., p. 296.

41 Tangi Cavalin, « Le récit de Noël Barré dans l’histoire des prêtres-­‐ouvriers », préface à Noël Barré, Jésuites et ouvriers. La mission ouvrière jésuite de 1944 à la fin des années 1990, Paris, Karthala, 2014, p. 7-­‐17.

42 Émile Poulat à Yvon Tranvouez, 6 mars 1990.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org