Navigation – Plan du site

Fragments et fondements : François-André Isambert

Pierre LASSAVE

En recherchant un petit titre pour notre communication, on a chacun été plus ou moins confronté à la question des deux ou trois mots qui peuvent résumer une figure ou un parcours intellectuels. C’est le fil rouge ou la clé qu’il faut trouver en donnant envie d’ouvrir la porte.

Les sociologues sont sans doute moins aguerris à cet exercice de style que les historiens, du fait de leur culture anti-biographique. De Simiand à Passeron en passant par Bourdieu nos règles de la méthode ont en effet longtemps dénoncé les mirages de la biographie : illusion rétrospective et autres chausses trappes de la vie exemplaire ou de la cause originelle.

Mais les biographèmes de Barthes qui transforment l’entreprise biographique en jeu de puzzle réflexif aux fragments plus ou moins ajointés entre biographe et biographié, vie et œuvre, textes et archives, déterminisme et contingences, rendent l’exercice plus attractif. Ce serait plutôt de lui que je me réclamerai, mais dans un espace déjà balisé par l’histoire des sciences avec les themata de Gerald Holton, ces quasi schémas mentaux qui hantent un parcours de recherche à la manière du conatus de Spinoza, cette persévérance dans l’être. Par exemple, l’astronome Kepler n’aurait pas pu passer du cercle à l’ellipse pour expliquer la mécanique céleste s’il n’avait été obsédé toute sa vie par l’harmonie du monde.

Dans cet espace et pour parler d’Isambert, le troisième larron du GSR après Le Bras et Desroche, je partirai d’une des conclusions du bel essai de Jean-Philippe Bouilloud (présent) sur le « devenir sociologue », enquête à base de récits autobiographiques d’un vaste panel de sociologues connus : « Faire de la sociologie, écrit-il, c’est ainsi se battre contre soi et pour soi : contre soi car il faut bien s’arracher aux prédispositions originelles, sortir et se distancier de ce que sont nos origines. Pour soi, c’est-à-dire se battre pour donner sens à sa vie, son histoire, pour créer et à travers cela se re-créer, jusqu’à l’auto-fondation, mais aussi pour faire partager sa vision du monde, être reconnu par ceux dont on attend encore et espère le jugement favorable, voire entraîner d’autres, faire école, laisser sa marque et ses œuvres. »

Cette idée de parthénogenèse comme il est dit va guider mon petit portrait d’Isambert.

A la différence de Danièle face à Séguy ou d’Yvon face à Poulat, mon parcours personnel ne m’a amené à rencontrer Isambert que de façon cursive dans les années 1990 et trop tardivement ces toutes dernières années quand je me suis mis à reconnaître son parcours.

La première fois était purement livresque : son article critique dans la Revue Française de Sociologie sur la nouvelle anthropologie des sciences façon Latour avait retenu toute mon attention par la clarté et la finesse d’une pensée qui montrait comment le programme fort de David Bloor, de réduction de la science à sa fabrication sociologique, noyait le poisson de la consistance objective du savoir. La seconde fois était étrange : au moment où je découvrais que le syntagme « François-André Isambert » était littéralement phagocyté sur internet par son ancêtre homonyme, célèbre jurisconsulte sous la Monarchie de Juillet ayant entre autres œuvré à l’abolition de l’esclavage, je recevais en même temps de lui, le descendant, une lettre à la main tremblée me demandant si la revue Archives de sciences sociales des religions pouvait être intéressée à publier un article sur une vie de Jésus qui fut l’œuvre secrète, érudite et historico-critique de ce même ancêtre et dont il détenait encore le manuscrit de 600 pages !

Ces deux premiers contacts sont parlants : le premier est un indice de la diversité des investissements thématiques du sociologue ; le second est un signe du risque de disparition de son œuvre des tablettes de la discipline, mais aussi et à la marge la marque d’un héritage familial à honorer. Je vais développer cela en trois temps :

1) en rappelant d’abord quelques propriétés personnelles et éléments de carrière ;

2) en indiquant ensuite les apports conceptuels d’une œuvre prolixe ;

3) en pointant enfin certains manques à gagner qui font que son nom ne figure pas vraiment au panthéon disciplinaire aux côtés de ses proches collègues Touraine, Bourdieu et Boudon. Le puzzle en question est à la jointure de ces trois points.

1. Eléments de carrière ou propriétés

Isambert est né en 1924 à Coblence où son père, était secrétaire de la Commission interallié gouvernant la Rhénanie ; un père qui devint dirigeant industriel puis présida sur le tard l’Ecole des parents. Famille de la bourgeoisie intellectuelle catholique et humaniste peuplée d’avocats, de magistrats et d’écrivains.

Lycée Janson-de-Sailly à Paris puis Khâgne à Lyon pendant l’Occupation, participation à la Résistance via la Jeunesse étudiante chrétienne puis engagement volontaire dans l’Armée de libération en 44, retour en Sorbonne, agrégation de philosophie, mariage avec Viviane, fille de Georges Jamati haut fonctionnaire chargé des sciences humaines au CNRS.

Premier poste d’enseignement de la philosophie au lycée de Besançon en 47 puis retour à Paris comme assistant de sociologie de Gurvitch en Sorbonne. Recruté au CNRS en 54 par Le Bras, et avec Desroche, pour créer le GSR au sein du Centre d’études sociologiques du CNRS. Militant à cette époque de l’Union des chrétiens progressistes et du Mouvement de la Paix. 3 enfants, maison à Montrouge. Créateur en 57 du syndicat national des chercheurs (SNCS).

Pionnier de la Revue française de sociologie dirigée par Stoetzel ; il y siègera de 1960 à 1993 !

En 67, thèse principale sur Buchez et l’utopie sociale (Aron directeur en remplacement express de Gurvitch brusquement décédé) et thèse secondaire sur les fêtes de Noël et du Nouvel An (Stoetzel directeur).

Professeur de sociologie à la faculté de Lille puis de Nanterre en pleine révolte. Responsable du programme Religion, politique et changement social.

En 71, directeur d’études à la VIe section de l’EPHE, comme successeur désigné de Le Bras et avec Jean Séguy comme candidat malheureux.

Président de l’Association française de sociologie religieuse, Président du conseil scientifique du Centre Thomas More. Mais la fin des années 70 sera pour lui comme pour beaucoup un temps de désillusionnement religieux, politique et syndical.

Le directeur d’étude fonde en 78 un groupe de sociologie de l’éthique qui deviendra un laboratoire autonome dans les années 80 (création considérée par Poulat comme un acte de dissidence, sinon de trahison du GSR).

Envahi par les activités du laboratoire et des comités d’éthique, il prend sa retraite au début des années 90.

Il y a là tous les éléments nécessaires au titre de sociologue refondateur de la discipline sous l’égide des Gurvitch et Aron et aux côtés des Touraine, Boudon, Morin, Balandier ou Mendras. Notons au passage le couple de sociologues qu’Isambert forme avec son épouse Viviane Isambert-Jamati, pionnière de son côté des études industrielles sous l’égide de Friedmann, puis de la sociologie de l’éducation et des rapports de genre. Autant d’éléments qui creusent l’écart et expliquent les tensions entre Isambert et ses collègues du GSR, peu insérés ou plutôt rebelles aux arcanes de la science normale. Les travaux du sociologue ne contribueront pas moins en même temps à la légitimation scientifique du GSR au sein de la discipline et plus largement des sciences sociales.

2. Apports conceptuels ou fondements

En schématisant la chose par décennie, je dirais qu’Isambert s’est fait connaître de ses pairs dans les années 60 par son histoire sociale toute en nuances des rapports entre christianisme et classe ouvrière, une histoire lestée de corrélations statistiques sophistiquées très dans le goût de la sociologie mathématique du moment. Boudon a même parlé du « modèle écologique d’Isambert » consistant à montrer par des algorithmes pointus que plus l’ouvrier habite un quartier ouvrier plus se creuse son écart à l’Eglise. Contrairement aux poncifs sur la solidarité entre Eglise et bourgeoisie, le sociologue détaille plus généralement les formes historiques de la présence ouvrière dans le catholicisme, des utopies saint-simoniennes à certains îlots d’intensité paroissiale dans lesquels il se fait lui-même observateur-participant.

Dans les années 70, le voilà au centre des débats sémantiques sur la sécularisation interne du christianisme et sur la religion populaire. Il montre brillamment comment ces constructions intellectuelles à forte charge polémique relèvent des fractures qui traversent conjointement les institutions ecclésiastiques et académiques. Au-delà de ces débats qu’il arbitre en président actif de société savante en pleine déconfessionnalisation, on le voit refonder la théorie sociologique de Durkheim, Mauss et Hubert sur le sacré comme force agissante, contagieuse et ambivalente. Conceptualisation qui le conduit au seuil des mécanismes psycho-physiologiques d’efficacité symbolique entrevus par Lévi-Strauss, mais sans aller au-delà de la fenêtre qu’il ouvre sur le pragmatisme anglo-saxon.

Dans les années 80, renouant avec la sociologie morale dans les pas de Durkheim et Gurvitch, il bifurque en effet vers les terrains alors effervescents de l’ingénierie génétique et des « situations à propositions profuses » (sic) telles que les débats sur l’avortement, la procréation assistée ou le don d’organe. La généalogie de la biomédecine qu’il entreprend alors dans le laboratoire d’éthique qu’il crée à l’EHESS le ramène à la phénoménologie de l’action de Schütz et à la rationalité en valeur de Weber. C’est à ce moment exploratoire et de perspectivisme sociologique réaffirmé qu’il fustige le Programme fort de sociologie des sciences qui confond les symétries logiques du vrai et du faux avec les symétries ontologiques des êtres et des choses.

Dans les années 90, le directeur à la retraite poursuit son chemin critique en se trouvant à l’origine de tout un mouvement ultérieur de retraduction des textes de Max Weber qui récuse les schématismes des années 60 sous l’égide de Raymond Aron. Par exemple, la fausse opposition entre éthique de conviction et éthique de responsabilité ou bien le désenchantement du monde qui n’est en fait que désensorcellement lié à la théodicée monothéiste. Le critique n’en poursuit pas moins son compagnonnage avec les études durkheimiennes déplacées à Oxford et entrouvre par ailleurs quelque fenêtre sur la sociologie du paupérisme par goût de la connaissance en prise avec l’actualité, ici celle du chômage. Mais nombre de ces initiatives de précurseur, passées ou tardives, n’aboutissent pas toujours sur une œuvre rayonnant au-delà du cercle immédiat des pairs et certains programmes de recherche restent en suspens comme on l’a déjà suggéré en évoquant le phénoménologue rendu aux portes du pragmatisme.

Mais quels sont les obstacles rencontrés par une œuvre que quelques proches considèrent comme celle d’un touche-à-tout de génie et que l’auteur juge lui-même avec une pointe d’amertume comme faite de pièces et de morceaux ?

3. Fragments d’obstacles

  • 1 Voir tableau annexe.

Si d’après Google Scholar Isambert arrive encore aujourd’hui largement en tête du nombre de citations parmi ses collègues du GSR1, force est cependant de constater que seuls quelques textes ont retenu l’attention. Par exemple, son essai sur le Sens du sacré, la fête et la religion populaire, publié en 82 dans la collection de Minuit de son collègue Bourdieu, mais aussi quelques articles phares comme celui sur la sécularisation interne du christianisme (RFS, 76) ou sur le programme fort de sociologie des sciences déjà cité (RFS, 85). Bien que refondateur, l’essai sur le sacré arrive cependant un peu après la bataille de la religion populaire qui a sévi au milieu des années 70. Quant à la riche thèse sur le parcours post saint-simonien de Buchez, son édition en deux ouvrages (la jeunesse de Buchez d’un côté, l’œuvre et sa portée de l’autre), du fait de l’empressement de Gurvitch, n’a pas aidé à sa postérité. On peut dire que ce travail pionnier intervient un peu trop avant les redécouvertes ultérieures de Le Play et autres inventeurs oubliés de la sociologie (cf. Antoine Savoye, ici même).

Si le troisième Isambert de la bioéthique a été également pionnier, son grand essai attendu sur la généalogie de la biomédecine entre Etats-Unis et Europe n’a pas vu le jour, sans doute du fait des crises dépressives qui ont alors accompagné ses difficultés à développer son laboratoire de sociologie de l’éthique. Structure de recherche qui n’a d’ailleurs pas survécu à son tiraillement entre les tenants de la philosophie morale d’un côté et ceux ou plutôt celles des enquêtes empiriques de l’autre. Dans le même ordre de choses, on pourrait également regretter l’absence de débouché marquant donné à son investissement sémantique et biographique tardif mais inédit sur Max Weber.

Plus globalement, si l’on se penche sur les manuels, traités et dictionnaires de la discipline, Isambert fut un de leurs auteurs actifs jusque dans les années 70, puis il accède, sous la plume de ses élèves, au rang de classique de la sociologie des religions, et campe enfin au regard de ses collègues dans un rôle de la vigile épistémologique. Mais à la différence de ces derniers tels Bourdieu, Boudon ou Touraine, Isambert ne se signale pas par un paradigme distinctif, tel le structuralisme génétique, l’individualisme méthodologique ou l’actionnalisme de l’autoproduction. Esprit trop curieux ? Tour d’ivoire ? Charisme insuffisant ? C’est là qu’il faut revenir pour conclure à la parthénogenèse de Bouilloud.

Conclusion : ajustements

Permettez-moi ici de marcher sur les œufs de conjectures analytiques encore bien fragiles. Contre et de quel soi –Self comme dirait Mead- ce chercheur aux propriétés et dispositions culturelles les plus élevées du GSR a-t-il dû pourtant se battre et se défaire ? Dans le complexe des causes temporelles considérons seulement l’état maniaco-dépressif, condition fréquente pour ne pas dire banale dans la vie savante.

Alternance de moments d’exaltation intellectuelle chez François qui rappellent les élans d’une mère mystique et de périodes d’abattement qui rappellent la crise d’angoisse d’un père brillant et entreprenant, intellectuel antifasciste pris de panique un jour en Italie par les chemises noires mussoliniennes qui le menaçaient. D’une certaine manière, le fils qui opte pour la philosophie poursuit la seconde carrière réflexive du père qui a quitté l’industrie pour embrasser la psychanalyse et l’éducation permanente. Sa vocation sociologique leste la pensée philosophique d’un principe empirique qui permet d’avancer dans le monde du réel. Féru de Descartes, Kant et Husserl, le jeune philosophe trouve dans Durkheim un guide de pensée et d’action tout en rencontrant chez Weber, autre bipolaire chronique, une sorte de fraternité élective. La reconversion d’une vocation sacerdotale naissante dans les camps de la jeunesse chrétienne en objet de connaissance universitaire ultérieur procède sans doute chez Isambert de cette volonté de maîtrise rationnelle de soi et du monde qui animait également ses ancêtres libres penseurs.

Entreprise à vie qui passe cependant par nombre de médiations obligatoires avec les autres, de sa rencontre enchantée avec les fils du peuple dans le bataillon de choc de 44 aux débats moins pittoresques avec les chercheurs divisés du laboratoire d’éthique qu’il a créé au forceps, en passant par la concurrence sévère pour les places dans le microcosme du GSR. Si le successeur désigné de Le Bras a su incontestablement honorer l’héritage académique, il n’a cependant pas pris le relais de Desroche à la tête de la « firme GSR-ASSR » trouvant ses collègues Poulat, Séguy ou Maître en travers de sa route.

Reste qu’à défaut d’avoir déployé le charisme personnel d’un Desroche ou d’un Touraine, le sociologue à l’esprit curieux, à l’écriture alerte et à la pensée déliée, laisse une œuvre, certes diffractée en divers champs, mais fort stimulante. Ses lecteurs proches ou élèves, tels Danièle Hervieu-Léger pour la partie religieuse, Patrick Pharo pour la partie philosophie morale, Paul Ladrière pour la partie éthique et Simone Bateman pour la partie bioéthique sont d’ores et déjà là pour prolonger son sillon de perspectiviste imaginatif. La référence que certains de ses textes représentent encore dans ce qui pourrait être la troisième génération, je pense à Bruno Karsenti revisitant l’individu selon Durkheim ou à Bernard Lahire s’interrogeant sur l’efficacité symbolique d’un tableau de Poussin, ces échos donc montrent que la sève circule toujours dans l’arbre. Reste sans doute à l’histoire de la discipline à poursuivre l’enquête sur ses figures en retrait qui de près n’en sont plus.

Tableau annexe des citations Google Scholar 2015 pour les pionniers du GSR

Il ne faut surtout pas surévaluer ce genre de test numérique de notoriété qui est relatif au système de référencement des éditions par lesquelles transitent les citations. Seules les valeurs numériques relatives sont à prendre en compte. Ainsi, les citations des pionniers en question naviguent dans les classes des milliers et des centaines d’occurrences, alors que les principaux tenants de la sociologie d’après-guerre (Boudon, Bourdieu, Crozier, Touraine, Morin) naviguent dans la classe des dizaines de milliers. Bourdieu d’ailleurs crève de loin le plafond en planant dans le ciel des centaines de milliers. Faut-il enfin rappeler que tout indice relatif de notoriété a peu à voir avec la qualité d’une œuvre qui s’appréhende à partir de critères spécifiques de contenu et de contexte ?

Image 1000020100000309000001E8FCD2C6F4.png

Notes

1 Voir tableau annexe.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org