Navigation – Plan du site

Notes sur la table ronde Journée du 14 décembre. Archives GSR

Jean-Philippe Bouilloud

Quelques points que j’ai évoqués :

1) Je ne suis un spécialiste ni des biographies, ni de l’histoire, ni des sciences religieuses. Ce sont donc des remarques « extérieures » de quelqu’un qui s’est penché sur des autobiographies de sociologues dans une perspective de sociologie des sciences que je vais présenter.

Il me semble que l’autobiographie est toujours le fait d’un « amateur », contrairement à la biographie qui est quasiment un genre « professionnel », une partie de l’histoire, avec ses origines (Plutarque, Diogène Laërce, Emerson …) et ses modalités.

Quelles que soient les facettes du « pacte autobiographique », cet « amateurisme » se retrouve dans la présomption de maladresse de l’autobiographe (cf. les introductions de nombreux textes des Essais d’Ego-Histoire) et la manière de justifier son geste autobiographique (je ne parle pas des autobiographies demandées, comme dans le cas des Dossiers HDR – voir le projet « Histinéraires », avec François Dosse et al.).

La biographie, elle, est souvent savante (elle regroupe plusieurs manières de faire cette histoire particulière), et elle est a priori légitime : elle n’a guère besoin de se justifier.

La difficulté précisément, dans le cadre des biographies du GSR, c’est que les biographes ont souvent connu ceux dont ils écrivent l’histoire : il y a donc des « moments autobiographiques » du biographe dans l’écriture même de ces biographies, ce qui est une difficulté supplémentaire, puisqu’il faut jouer sur l’extériorité nécessaire du biographe tout en étant, en tant que chercheur, interne au milieu décrit.

2) Ce qui pose la question de la place du chercheur, et notamment de ce qu’il ressent : que faire des souvenirs, des émotions, de l’admiration? Comment rendre compte de cela ? (voir Clifford Geertz ? Georges Devereux ?)

3) Par rapport aux autobiographies de sociologues que j’avais étudié dans Devenir Sociologue, (Eres, 2009), certains résultats me semblent intéressants à confronter à ce que j’ai pu entendre :

- la place des moments de souffrance initiaux (enfance ou jeune adulte), qui se transforment souvent en objets de recherche ;

- importance des bifurcations, liées à des événements (rencontres, déplacements, événements politiques ou sociaux…), qui sont l’occasion de réorienter la trajectoire. (cf. ruptures avec les institutions religieuses pour certains). La vie professionnelle du chercheur apparaît comme une succession de moments où il se laisse porter par les institutions ou réseaux dans lesquels il évolue, et de moments où il prend une décision qui rompt avec ce qui préexiste : ruptures, départs, changements d’orientation.

- il y a une généralisation du « bricolage intellectuel » (source : dialogue Deleuze-Foucault, Lévi-Strauss) chez les chercheurs, à partir de multiples éléments quelquefois éloignés ; la « science pure », au sens de l’application stricte d’une théorie donnée, semble une pratique exceptionnelle. Ce « bricolage intellectuel » permet de laisser sa marque dans une ou des disciplines : c’est donc aussi un enjeu de reconnaissance.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org