Navigation – Plan du site
Varia

Nouvel espace rituel en Iran : le cas de la retraite des jeunes à Chiraz

A New Ritual Space in Iran: The Case of a Youth Retreat in Shiraz
Nuevo espacio ritual en Irán: el caso del retiro de los jóvenes en Chiraz
Alireza Khoddami
p. 229-245

Résumés

La retraite (é’tékâf) est un des rituels recommandés de l’islam. Par un ensemble de prières et d’invocations, le mo’takef (retraitant) vise à purifier son âme. Jusqu’à il y a peu de temps, ce rituel se pratiquait de façon sporadique et en petits groupes en Iran. Mais, depuis quelques années, à Chiraz, un des plus grands centres urbains du pays, l’encadrement de cette cérémonie a été officiellement confié à un centre de propagande religieuse. Depuis, la retraite ne cesse d’attirer un nombre croissant de la population de la ville, mais aussi de fidèles provenant de villes et villages proches et lointains. Force est de constater que l’écrasante majorité des retraitants se compose de jeunes. Tant dans leur mode d’engagement que dans leurs attitudes et comportements, ils manifestent au cours de cette assemblée quelques traits qui diffèrent de ce qui est habituellement observé dans l’espace de sociabilité religieuse. L’étude de la retraite de Chiraz nous permet ainsi de mettre en évidence quelques-uns des changements du mode de manifestation du religieux en Iran contemporain. Après avoir dessiné brièvement le portrait du groupement chargé de son organisation, nous présenterons les principaux résultats de l’enquête – sous forme d’entretiens et d’observations ethnographiques – que nous avons pu mener au cours de la cérémonie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Portrait du groupe organisateur
Déroulement de la cérémonie
Les participants

Aperçu du texte

La retraite (é’tékâf) est un des rituels recommandés de l’islam. Par le biais d’observances comme le séjour de trois jours dans l’une des plus grandes mosquées de la ville, le jeûne (de l’aube jusqu’au coucher du soleil), l’abstinence sexuelle, le retraitant (mo’takef) se destine à purifier son âme.

Les meilleurs moments pour la célébration de ce rite sont les derniers jours du mois de ramadan (Encyclopédie de l’Islam, 1965-2005). Les ayyâm-ol bayz (jours blancs) – correspondant aux treize, quatorze et quinze rajab, cinquième mois de l’année hégireconstituent également une période propice pour cette pratique pieuse.

Si l’é’tékâf se pratiquait en Iran avant la révolution islamique de façon sporadique et en petits groupes, les autorités de la République, soucieuses de propager « les pures valeurs religieuses », ont largement contribué à la mise en place de structures. À Chiraz, un des plus grands centres urbains du pays, l’organisation de la cérémonie a été officiellement confiée à ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alireza Khoddami, « Nouvel espace rituel en Iran : le cas de la retraite des jeunes à Chiraz », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 229-245.

Référence électronique

Alireza Khoddami, « Nouvel espace rituel en Iran : le cas de la retraite des jeunes à Chiraz », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 170 | avril-juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://assr.revues.org/26949 ; DOI : 10.4000/assr.26949

Haut de page

Auteur

Alireza Khoddami

Islamic Azad University, Jahrom, Iran, Groupe sociétés, religions, laïcités, GSRL – UMR 8582 (EPHE-CNRS), alirezakhoddamy@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org