Navigation – Plan du site
Varia

Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles)

Transmission and Practice of the Sufi adab in the Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, a Sufi Confraternity in Middle-Egypt (19-20th Centuries)
Transmisión y práctica del adab en la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, cofradía sufí del Egipto Medio (siglos xix-xx)
Renaud Soler
p. 209-227

Résumés

Deux importants ouvrages soufis ont été transmis de l’époque ottomane jusqu’à la campagne égyptienne aux xixe et xxe siècles. Présents dans le milieu azharien, le long des chaînes initiatiques de la Ḫalwatiyya, à partir du milieu du xviiie siècle, ils comptent parmi les plus notables sources d’un certain nombre de petits cheikhs qui, après leurs études, retournèrent enseigner en province. Des confréries furent souvent fondées après leur mort par leurs enfants, en capitalisant sur l’héritage du père : son charisme, ses ouvrages et, parfois, sa richesse et sa position sociale. Loin d’être un milieu uniforme, composé de paysans analphabètes, la campagne égyptienne est foncièrement diverse, ce qui permit jusqu’à ce jour aux cheikhs de disposer de nombreux intermédiaires culturels, choisis parmi les artisans, les commerçants ou les fonctionnaires, pour diffuser la culture religieuse soufie. L’enquête de terrain permet alors de retrouver dans les pratiques la trace singulière de ces œuvres, trop souvent présentées comme purement abstraites ou théoriques, qui n’ont cessé d’organiser les réunions communes, ou de fournir les mots des prières quotidiennement récités par les fidèles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

L’œuvre soufie et dévotionnelle du cheikh ‘Abd al-Ḥāfiẓ
La conception de l’adab soufi dans les ouvrages du cheikh ‘Abd al-Ḥāfiẓ

Aperçu du texte

Deux ouvrages soufis de l’époque ottomane, récemment présentés par Rachida Chih, le Tuḥfat al-iwān (Trésor des frères) d’Aḥmad al-Dardīr (m. 1786) et le Sayr wa l-sulūk ilā malik al-mulūk (La Marche et le cheminement vers le Roi des rois) de Qāsim al-Ḫānī (m. 1697), occupent une place éminente dans le patrimoine littéraire d’une petite confrérie soufie égyptienne, comme ils n’ont cessé d’être présents dans sa mémoire collective et d’en informer les pratiques religieuses. Cette confrérie est la Ḥāfiẓiyya, discrète branche de la plus célèbre Ḫalwatiyya, implantée en Moyenne-Égypte, près d’al-’Ayāṭ, à l’extrémité méridionale du gouvernorat de Ǧīza. Elle nous offre la possibilité d’étudier en détail le rapport entre les fondements scripturaires d’une confrérie et son quotidien, révélant par là que l’adab, littérature qui prescrit le comportement social et religieux d’un soufi, souvent décrite comme abstraite et normative, entretient en réalité un rapport plus complexe à la mémoire et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Soler, « Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 209-227.

Référence électronique

Renaud Soler, « Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 170 | avril-juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/26938

Haut de page

Auteur

Renaud Soler

Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, renaud.soler@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org