Navigation – Plan du site
Varia

Dévotion et institution

Pour une histoire cohérente des confréries en Europe occidentale (XIIe-XVIIIe siècles)
Devotion and Institution: for a Coherent History of Confraternities in Western Europe (12-18th Centuries)
Devoción e institución: para una historia coherente de las cofradías en Europa Occidental (siglos xii-xviii)
Alexis Fontbonne
p. 191-208

Résumés

L’étude de la relation entre confrérie et institution peut permettre de comprendre les conséquences possibles de cette relation sur la vie spirituelle des confréries sans s’enfermer dans des schémas hérités de la réforme tridentine fondés sur la dévotion. La confrérie médiévale se caractérise par son autonomie à l’égard de l’institution, en particulier ecclésiastique. Cela n’exclut cependant pas une conception institutionnelle de la confrérie comme un moyen d’assurer un financement, de servir le bien public et de mettre en avant une pratique spirituelle. Au début de l’époque moderne, une crise conjoncturelle des confréries, conjuguée à une crise plus structurelle occasionnée par un contrôle croissant des institutions, ecclésiastiques et communales, permet à la conception institutionnelle de s’imposer. On assiste à l’émergence des confréries de dévotion, outils de diffusion et de normalisation des nouvelles formes de la dévotion, mais aussi étape dans la dilution du mouvement confraternel au sein de l’institution.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La dualité de la conception médiévale de la confrérie
Une dévotion communautaire
La conception institutionnelle
La naissance de la confrérie moderne
Le renforcement du contrôle institutionnel
L’évolution des dévotions

Aperçu du texte

L’étude du mouvement confraternel fait apparaître une suspension entre les xve et xvie siècles au sortir de laquelle les confréries semblent profondément transformées. Le critère retenu pour décrire cette transformation est la dévotion qui caractériserait la confrérie moderne par un engagement collectif et individuel de ses membres envers le mystère ou le saint dont ils se réclament. À l’inverse, la confrérie médiévale serait quant à elle centrée sur l’intercession, les patronages multiples ou encore la délégation de presque toutes les activités religieuses à une élite de dignitaires et de frères servants empêchant de parler d’une dévotion réelle et se rapprochant du totémisme (M. Venard, 1988 : 252-261). Cette approche conduit à réduire l’évolution des confréries à celle de leurs pratiques en s’attachant avant tout à leurs dévotion, pénitence, confession, communion (C. Black, 1988 : 277). De plus, la conception archaïsante de la confrérie médiévale qui en résulte est précisément dé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Fontbonne, « Dévotion et institution », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 191-208.

Référence électronique

Alexis Fontbonne, « Dévotion et institution », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 170 | avril-juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/26923

Haut de page

Auteur

Alexis Fontbonne

Université Paris Ouest, ED 395, a.fontbonne84@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org